Version originale et plus à jour : http://troumad.org/Linux/Linux.odt ou http://troumad.info/Linux/Linux.odt

Table des matières

I ) INTRODUCTION 5

A ) Mon cours 5

B ) Unix 5

C ) GNU : GNU's Not Unix 5

D ) Linux 5

E ) Les interfaces graphiques 5

F ) Les distributions 6

G ) Les listes de discussions – aides en ligne 7

II ) Disques et partitions et système de fichiers 8

A ) Structure de disques dur 8

B ) Disques et partitions 8

C ) Système de fichiers 8

D ) L'arborescence Linux 8

E ) Remarques 9

III ) Fichiers, Répertoires et Liens 10

A ) Répertoires/Fichiers 10

B ) Les liens 10

1)présentation 10

2)Les droits 10

C ) Premiers outils pour manipuler les fichiers 10

1)Ligne de commande 10

2)Les scripts 13

3)Interface graphique 17

D ) Résumé des commandes du shell (BASH) 17

IV ) Installation de Mandriva LINUX 20

A ) Présentation 20

B ) Préparation de l'installation 20

C ) Cahier des charges de l'installation 20

D ) Installation 20

E ) Configuration 21

V ) Manipulation 22

A ) Création de comptes et de groupes 22

1)Présentation 22

2)ligne de commande 22

3)interface graphique 23

B ) Système de droits sur les fichiers 24

1)Propriétaire, groupe propriétaire et autres 24

2)Les droits sur les fichiers 24

3)Avec les répertoires 24

4)Les ACL 24

C ) Gérer les processus 25

1)ps, top, kill et killall 25

2)exécution d'une commande 25

D ) Arrêt et lancement des démons 27

1)C'est quoi un démon? 27

2)En ligne de commande 27

3)Avec une interface graphique 27

E ) Ajouter/Enlever un programme 27

1)Avec les rpm ou deb 27

2)Sans les rpm 30

F ) Configuration des serveurs 30

G ) Mettre le serveur à l'heure 30

H ) Plantages? 30

1)En sortir 30

2)Pourquoi ? 31

VI ) Le réseau 32

A ) Les adresses réseau. 32

B ) Attribuer une adresse à la carte ethernet. 32

C ) Les fichiers 32

1)Sous Mandriva 32

2)Sous debian 33

D ) Un nom d’ hôte 33

1)Sous Mandriva 33

2)Sous debian 34

E ) Les adresses des PC du réseau 34

F ) Changer la mac adresse 35

VII ) ftp 36

A ) La configuration du serveur 36

B ) Certificat SSL 37

C ) gproftpd 37

VIII ) ssh 38

A ) Présentation 38

B ) Installation 38

C ) Utilisation 38

D ) Ouverture de sessions graphiques 39

E ) Génération des paires de clef privée/publique 39

F ) Utilisation de scp 40

G ) Se loguer par SSH sans taper de mot de passe 40

1)Le principe 40

2)La pratique 40

3)Automatisation en mode graphique 40

4)Automatisation en mode texte 41

H ) Quelques commutateurs 41

I ) Tunnel ssh (redirection de ports) 41

J ) Intégration de KDE 42

1)kdessh 42

2)Konqueror 42

K ) sftp 42

L ) Se connecter sur une session graphique en ssh sur un autre ordinateur 42

M ) Astuces 43

IX ) samba 44

A ) Exemple de serveur 44

B ) Client Samba 45

C ) À essayer 45

X ) httpd 46

A ) Présentation 46

1)Petite protection en lecture 46

2)Répertoire personnel 46

3)Virtualhost 47

4)Répertoires des sites web sur votre PC 47

5)Ajuster la charge 47

6)Protection intranet-extranet 48

7)Les log 48

B ) php 48

1)Mandriva 48

2)debian 48

3)Général 48

C ) WebDAV 49

1)Présentation 49

2)Installation/configuration 49

3)Utilisation d'un serveur DAV 49

D ) HTTPS 50

E ) Apache sans internet 50

XI ) MySQL 52

A ) Installation 52

1)Les paquetages 52

2)Répertoire des données 52

3)Plus de sécurité 52

B ) Création d'une base pour un utilisateur 52

C ) phpMyAdmin 53

D ) Bonus 54

E ) Accessibilité de l'extérieur 54

F ) ODBC 54

XII ) Partage de données / nfs 56

A ) Présentation 56

B ) Serveur nfs 56

1)Installation 56

2)Avec un fire-wall 56

3)Protection avec hosts.deny et hosts.allow 57

4)derrière un routeur 58

C ) Client nfs 58

1)Logiciels à installer 58

2)/etc/fstab 58

3)récupérer le partage 59

4)Fermer le partage 59

D ) NFSv4 59

1)Présence de NFSv4 59

2)Configuration de kerberos 59

E ) shfs 60

F ) LUFS 60

G ) SSHFS 60

H ) Autres (à regarder) 61

XIII ) Fire-wall 62

A ) Shorewall 62

1)Présentations 62

2)Configurer le fichier "zones" 62

3)Configurer le fichier "interfaces" 62

4)Configurer le fichier "masq" 63

5)Configurer le fichier "policy" 63

6)Configurer le fichier "rules" 64

7)Configurer le fichier "tunnels" 66

8)Configurer le fichier "hosts" 66

9)Prendre en compte la configuration 66

B ) Notions Iptables 66

1)On vérifie qu'iptables est disponible 66

2)Iptables 67

3)Fichier de configuration 67

4)Mise en place 71

5)Autres astuces 71

C ) Tests 72

XIV ) Serveur DNS 73

A ) Présentation 73

B ) Liens 73

C ) Exemple 73

1)named.conf 73

2)Fichier named.local 75

D ) MyDNS-Admin 76

E ) Tests 77

F ) resolv.conf 77

XV ) Proxy 78

A ) Présentation 78

B ) Fichier de configuration 78

C ) Francisation 79

D ) Squid ne trouve plus votre site préféré 79

XVI ) Dansguardian 80

XVII ) Serveur DHCP 81

A ) Présentation 81

B ) Exemple 81

C ) remarques 81

1)Interdire une personne 81

2)Plusieurs cartes réseaux 82

3)Récupérer les mac adresses des PC du réseau 82

XVIII ) Terminal serveur X 83

XIX ) Gestion d'un serveur de Courriel (Mail) 84

A ) Installation 84

B ) Les aliases 84

1)Utilisation normale 84

2)Création d'adresse de groupe (nom à revoir) 84

C ) Premier test : messagerie locale. 84

D ) Second test : vers l'extérieur 85

1)Sans nom de domaine valide 85

2)Avec un nom de domaine valide 86

E ) Troisième test : lire le courriel de l'extérieur 86

F ) Quatrième test : recevoir le courriel de l'extérieur 87

G ) Cinquième test : envoyer le courriel depuis l'extérieur 87

H ) Exemple de fichiers de configuration 87

1)/etc/postfix/main.cf 87

2)/etc/postfix/access 89

I ) Petit plus 89

J ) Test « open relais » 89

K ) SpamAssassin 89

L ) Améliorations possibles 89

XX ) Serveur NIS 90

A ) Présentation 90

B ) Le serveur 90

C ) Les clients 91

D ) Changement de mot de passe / ajout d'utilisateurs 91

XXI ) Configurer un serveur d'impression 92

A ) Une imprimante / plusieurs ordinateurs 92

B ) Cups 92

1)Serveur 92

2)Client 92

XXII ) Partage de scanner 93

A ) serveur 93

B ) Client 93

XXIII ) Configurer un serveur de temps avec ntp 94

A ) Introduction 94

B ) Le principe dans ses grandes lignes 94

C ) L'installation concrète 95

1)Configuration de ntp 95

2)Synchroniser un poste LINUX sur votre serveur de temps local 97

3)Synchroniser un poste windows 98

4)Synchroniser un poste MACINTOSH SYSTEME 8 OU 9 98

5)Système MacOSX 98

XXIV ) LDAP 99

A ) Présentation 99

B ) Installation 99

1)Les rpm 99

2)Le fichier de configuration 99

3)Premiers essais 100

4)Structure des données 102

C ) Un peu de vocabulaire 103

1)Le schéma 103

2)Les attributs 103

3)Les classes d'objets 104

4)Le Distinguish Name 104

5)LDIF 104

D ) phpldapadmin 104

E ) Utiliser OpenLDAP pour l'authentification 104

1)Manipulation sur le serveur 105

2)Installation du client 106

F ) Utiliser OpenLDap pour Samba 107

XXV ) Sauvegarde système 109

XXVI ) Configurer et compiler le noyau 111

A ) Premier test 111

B ) Tests suivants 111

C ) Faire le ménage 112

XXVII ) Sécurité 113

A ) Les utilisateurs 113

B ) l'utilisateur root 113

C ) Configurer lilo 113

D ) Configurer le noyau 113

E ) Les démons et versions de logiciels 113

F ) Un bon fire-wall 114

G ) Visualiser vos ports ouverts 114

H ) votre sécurité réseau 114

I ) Consultez régulièrement vos fichiers de log 114

1)log 114

2)ulog 115

3)fail2ban 115

J ) La sauvegarde des données 115

1)Le script 115

2)Les besoins 115

3)Version plus simple 116

4)Encore plus simple 116

K ) Les vers et autres 117

XXVIII ) À ranger ! 118

A ) Installation de Grub 118

1)Présentation 118

2)Installation 118

3)menu.lst 119

4)Sécuriser Grub 120

B ) Quota 120

C ) forkbomb 121

D ) Passerelle Linux avec du Wifi 121

E ) Mise à jour Mandriva 123

F ) Onduleurs (UPS en anglais) 123

G ) La mémoire 125

H ) Sécurité avec un changement de port 125

I ) Annexes 126

A ) Remerciements et bibliographie 126

Index Lexical 127

Petit lexique 128

Petit lexique 129

I ) INTRODUCTION

A ) Mon cours

Le but de ce cours est de montrer que LINUX existe et qu'on peut monter pleins de serveurs différents à partir des CD d'installation. Le public visé est une classe de licence professionnelle, le temps d'enseignement est de 4 heures de TD et 9 de TP. Ce cours déborde donc largement du peu de temps disponible.

Dans ce document je ne fais que relater mon expérience et je me sers aussi de ce cours pour monter mes propres serveurs. Ceci me permet de le modifier à chaque utilisation. Je n'aborde pas l'installation de tous les serveurs, chaque serveur abordé mériterait à lui seul un livre entier et je ne peux lui consacrer que quelques pages qui sont donc incomplètes.

Je serais heureux de recevoir des remarques constructives à mon adresse : troumad@libertysurf.fr afin d'améliorer ce document qui a comme mission aussi bien d'aider les utilisateurs de LINUX à monter leurs serveurs sur leur PC que de faire découvrir LINUX à des personnes qui s'intéressent à l'installation de serveurs. Je peux aussi rajouter des chapitres sur d'autres serveurs si vous me les passez.

B ) Unixi

Informations disponibles sur :

http://www.linux-france.org/article/jdanield/V2.0/

http://fr.wikipedia.org/wiki/UNIX#.C3.80_l.27heure_actuelle


Unix est un système d'exploitation multi-utilisateur et multi-tâche né en 1969. Depuis 1973, Unix est écrit en C.

Une des forces d'UNIX est d'être disponible sur plusieurs architectures avec des normes suffisamment strictes qui permettent d'avoir seulement à recompiler un programme pour passer d'une architecture à l'autre.

Depuis 1987, UNIX est même disponible sur PC , le nom de cette première version est Minix.


L'interface utilisateur d'Unix est constituée :

- D'un ensemble de programmes exécutables : les commandes

- Du shell, interpréteur de commande mais aussi, plus que dans n'importe quel autre système d'exploitation, langage de commande permettant d'écrire des programmes, scripts, d'une grande complexité. Travailler en ligne de commande, c'est utiliser la puissance du shell sur une console texte sans interface graphique.

C ) GNU : GNU's Not Unix

(http://www.gnu.org/)

Le 27 septembre 1983, le projet GNUii naît dans la tête de Richard Stallman :

« A dater de ce Thanksgiving, je vais écrire un système d'exploitation complet compatible Unix appelé GNU (pour Gnu N'est_pas Unix) et le donner gratuitement à toute personne qui peut l'utiliser. Des contributions en temps, argent, programmes sont grandement nécessaires ».

« Pourquoi Je Dois Écrire GNU

Je considère que la règle d'or exige que si j'aime un programme je dois le partager avec les autres personnes qui l'aiment. Je ne peux pas, en bonne conscience signer un accord de non divulgation ou de licence sur un logiciel. »

GNU est à l'origine des licences GPL (General Public licence) et donc des logiciels libres. Parmi les logiciels libres, on trouve, entre autre, Linux et une grande partie des logiciels tournant sous Linux.

D ) Linux

Au cours de l'année 1991, un étudiant finlandais, Linus Torvalds, trouvant Minix trop limité, décide d'écrire un noyau Unix pour PC. Il réalise quelques modules (juste de quoi faire fonctionner un lecteur de disquettes) et poste le tout sur le site Internet de son université. Depuis Linus Torvalds est resté propriétaire du noyau et en assure la maintenance.

Son initiative allait déchaîner l'enthousiasme de milliers de programmeurs, et le nom du noyau, « Linux » devait bientôt, dans l'esprit du public, supplanter celui de GNU ou de FSF. Pourtant, en nombre d'octets, la contribution de GNU est bien plus importante que celle de Linux.

Attention, Linux est le noyau. Il ne faut pas le confondre avec les interfaces graphiques qui sont disponibles sous Linux (voir chapitre suivant).

Voir le site : http://cern91.tuxfamily.org/linux/menu.php4?page=gnulinux

Linux est donc un Unix parmi d'autres.

E ) Les interfaces graphiques

Une interface graphique n'est qu'une interface permettant d'accéder à des commandes qui sont souvent si puissantes, que l'on ne peut vraiment les exploiter à fond seulement en ligne de commande. Prenez l'exemple des logiciels graveurs : 4 ou 5 (et plus) interfaces et au fond, 2, 3 commandes derrière qui sont les mêmes (c'est un peu raccourci, mais c'est quand même l'idée).

Linux dispose de plusieurs interfaces graphiques (windows manager ou WM) connues comme KDE, Gnome, ICEwm... Certaines sont plus puissante (KDE) que d'autres qui demandent moins de ressource (ICEwm). Ceci permet de pouvoir installer la version souhaitée en fonction du matériel disponible et des besoins. Sur un petit PC qui peut servir de serveur (http, ftp, samba...), nous pouvons mettre les dernières versions (avec les dernières corrections des derniers bug trouvés) du serveur avec un WM peu gourmand. On peut même se passer de WM car la ligne de commande suffit à configurer notre ordinateur.

Lorsque qu'on travaille avec un WM, nous avons la possibilité d'ouvrir des shell ou console pour travailler en ligne de commande ou lancer des programmes graphiques. Certains programmes graphiques, comme ceux de configurations, ne sont que des interfaces (GUI : Graphical User Interface) conviviales pour faire des manipulations faisables en ligne de commande. Personnellement, je trouve la ligne de commande plus puissante, certes elle demande un investissement au départ, mais il est vite rentabilisé!

Les interfaces graphiques sont gérées par un serveur X, iii, programme qui fournit des services graphiques. Il prend en charge la gestion des périphériques d'entrée et de sortie clavier, souris, écran). Ce serveur a d'énormes possibilités que nous ne traiterons pas ici. Par exemple, le serveur peut tourner sur un ordinateur et l'affichage se faire sur un autre.

Une petite force des interfaces graphiques, à tester avec modération (risque de saturation de RAM ou du processeur) avec le x de la fin supérieur à 0 :

startx /etc/X11/xdm/Xsession Gnome -- :X

startx /etc/X11/xdm/Xsession WindowMaker -- :X

startx /etc/X11/xdm/Xsession Enlightenment -- :X

startx /etc/X11/xdm/Xsession BlackBox -- :X

startx /etc/X11/xdm/Xsession IceWM -- :X

startx /etc/X11/xdm/Xsession Sawfish -- :X

startx /etc/X11/xdm/Xsession XFce -- :X

startx /etc/X11/xdm/Xsession KDE -- :X

Vous ouvrez ainsi un terminal, le 7+X avec l'interface choisie (F(7+X) pour y accéder).

startx /etc/X11/xdm/Xsession fluxbox -- :1 & xrandr -s 640x480 -d :1

Cette dernière ligne impose en plus la résolution.

X -query adresse-IP-de-la-machine :1

Vous êtes en Ctrl-Alt-F8 avec une session X ouverte sur un PC distant indiqué par « adresse-IP-de-la-machine ».


Remarque : il est FORT DÉCONSEILLÉ d'ouvrir une interface graphique en tant qu'administrateur. Il faut le faire en tant qu'utilisateur normal et après prendre le contrôle en tant qu'administrateur dans un shell en faisant « su » ou « su - ».

F ) Les distributions

Linux et tous les programmes qui vont avec sont avant tout livrés sous forme de source à compiler. Il est tout à fait faisable de récupérer les sources (voir de les modifier) puis de les compiler. Ceci est particulièrement fastidieux car il y a souvent une foule de paramètres à régler (il faut connaître parfaitement son système ! ) et c'est vraiment long : plusieurs journées (semaines ?) juste pour la compilation. Pour éviter cela, Linux est bien plus souvent diffusé sous forme d'une distribution. Une distribution est un ensemble de programmes (noyaux, commandes, applications...) qui assure une installation d'un système complet.

Voici une liste de distributions :

Knoppix (http://knoppixfr.tuxfamily.org/) la distribution Linux bootable sur un CD. Elle est installée sur un CD pour tous les ordinateurs! On appelle de telles distributions des distributions lives.

Mandriva / Mandrake (http://www.mandrivalinux.com/fr/) : c'est la distribution française qui s'est surtout orientée grand public avec un effort sur les outils d'installation et de configuration. Mandriva (anciennement Mandrake) distribue gratuitement une version complète et développe aussi une solution serveur payante. Nous utiliserons la version gratuite de Mandriva.

Redhat (http://www.fr.redhat.com/), comme Mandriva, RedHat est une entreprise.

Fedora : la redhat gratuite pour test.

Debian (http://www.fr.debian.org/) est la seule distribution relevant d'un projet GNU, elle est surtout prévu pour les serveurs ou les prof.

Ubuntu (http://www.ubuntulinux.org/), un version démocratisée de la debian.

Slackware (http://www.slackware.org/) soit disant la plus Unix des distributions.

SuSE (http://www.suse.de/fr/) est une distribution qu'on peut trouver gratuitement depuis 2004 (rachat de SuSE par novell).

OpenSuse : (http://www.opensuse.org/Welcome_to_openSUSE.org), la Suse gratuite.

Gentoo (http://www.gentoo.org/) fournit un système de paquetage sources qui sont recompilés au moment de l'installation.

SME (autrefois appelée e-smith Server and Gateway) : (http://smeserver.fr/index.php) orienté serveur.

LFS (http://www.fr.linuxfromscratch.org/) : un système où on doit tout installer à la main à partir de la compilation du noyau.

Rescuecd (http://rescuecd.sourceforge.net) qui permet en cas de gros soucis de réparer son système (Linux ou Windows), elle est basée sur Debian. Elles n'ont pas d'interfaces graphiques, mais elle est très efficace, et en plus elle est personnalisable très facilement et avec n'importe distribution.

System rescue (http://www.sysresccd.org/index.fr.php) est une autre distribution qui permet réparer un système.


La page http://www.linux-france.org/article/choix-distri/choix-distri.html vous fait un meilleur descriptif. Le site http://ikarios.com/ vous permet d'acquérir les distributions gratuites à prix réduits si vous n'avez pas de connexion rapide à internet.


nb : les distributions lives deviennent de plus en plus fréquentes, Elles se révèlent très pratiques pour intervenir sur des PC qui ont des problèmes de disques dur afin de pouvoir espérer sauver des données avant la réinstallation d'un nouveau système,

G ) Les listes de discussions – aides en ligne

Souvent les distributions offrent aussi des listes/forums de discussions gratuites où on peut soumettre nos problèmes et essayer de résoudre ceux des autres. Ces listes sont parfois plus réactives que les hot line et aident pour résoudre les problèmes. Elles ont souvent agréables à fréquenter car l'esprit du libre est le partage et les utilisateurs de LINUX sont souvent des amoureux de leur Os préféré. A ce propos, on comprend la tête sympathique de leur (notre) mascotte TUX (http://dmoz.org/Computers/Software/Operating_Systems/Linux/Tux/).

Profitons en pour donner la définition de tux d'après http://www.linux-france.org/prj/jargonf/ :

TUX = Petit nom du manchot, souvent confondu avec un pingouin, qui est la mascotte de Linux. Rien à voir avec Tuxedo, même si on peut se douter que Tux est une abréviation du « smoking » que portent certains volatiles... La petite histoire dit que le nom a été choisi lors du concours « Let's Name The Penguin While Linus Is Away Contest » (« Donnons un nom au pingouin pendant que Linus a le dos tourné »).


Parmi ces listes, voici l'adresse d'inscription de celles de Mandriva : http://www.mandrivalinux.com/fr/flists.php3 .


Il existe des listes de discutions pour des logiciels libres comme OpenOffice.org (http://fr.openoffice.org/contact-forums.html) le logiciel avec lequel je fais mes cours.

Il existe aussi des forums d'aide comme http://www.developpez.net/forums/viewforum.php?f=5 qui fournissent des aides complètes (avec une introduction spéciale débutant) comme : http://nepomiachty.developpez.com/config-linux/index.php .

Et surtout, on trouve énormément d'aide sur internet. Tout au long de ce document, je m'en inspire en sitant mes source. Voici par exemple un tutoriel fait par un débutant pendant son apprentissage : http://numarrou.free.fr/index.html.

II ) Disques et partitions et système de fichiers

Dessin 1 : plateau de disque dur

A ) Structure de disques dur

Un disque dur est composé de cylindres (pistes) et secteurs, têtes, plateaux. On parle de cylindre quand il y a plusieurs plateaux. Donc s'il y a qu'un seul plateau alors un cylindre = une piste. Voilà a quoi ressemble un disque dur une fois formaté.

B ) Disques et partitions

Un disque dur peut être divisé en plusieurs partitions,donc le diviser en plusieurs parties comme si on avait plusieurs disques dur indépendants.

Avant l'installation de tout OS, il faut préparer le disque dur, c'est à dire créer des partitions et ensuite créer un système de fichiers. En général sous windows vous avez une partition, avec un système de fichiers (fat16, fat32, NTFS, suivant les versions). Un disque bien préparé devrait posséder au moins deux partitions, une pour le système et l'autre pour les données. Pour installer Linux il faut au minimum 2 partitions, mais je conseille minimum 3. La partition de swap, la partition système, et la partition des données.

La partition swap, sert de mémoire virtuelle, la mémoire virtuelle permet d'augmenter la mémoire, mais elle est très lente car elle est sur le disque et que le disque a des temps d'accès plus lent

La partition système s'appelle « / » et elle peut être divisé en plusieurs partitions.

La partition contenant les données s'appelle « /home », et elle contient les données de tous les utilisateurs.

Il existe plusieurs types de disques dur, il y a le type IDE et le type SCSI, je détaille ces deux types car Linux les nomment différemment. Avec le noyau 2.4, le nom du périphérique contient 3 lettres + un nombre. Les 2 premières lettres nous donne le type périphérique, la deuxième le n° du disque dur, et le chiffre le n° de partition.

/dev/fd0 représente le premier (0) lecteur de disquette (fd)

/dev/hda1 représente la première (1) partition du premier (a) disque dur IDE (hd)

/dev/sdb3 représente la troisième (3) partition du deuxième (b) disque dur SCSI (sd)

Avec l'apparition du noyau 2.6, le grand ménage du répertoire /dev a fait changer ses noms en créant des sous répertoires :

/dev/floppy/0 pour le premier lecteur de disquette (le second sera /dev/floppy/1

/dev/ pour les disques durs

C ) Système de fichiers

Après avoir partitionné le disque il faut formater la partition, le formatage crée le système de fichiers qui va recevoir les données et le système d'exploitation. Linux reconnaît beaucoup de système de fichiers. Celui utilisé par Linux est ext2 ou ext3 pour le standard, le premier est non journalisé tandis que le deuxième est journalisé. Mais il en existe d'autres que l'on peut utiliser comme reiserfs ou xfs. Les nouvelles distributions utilisent un système de fichiers journalisé, qui a l'avantage de pouvoir de se réparer plus facilement.

D ) L'arborescence Linux

Le répertoire racine est « / », il est créé par défaut, il contient tous les autres sous-répertoires. Chaque répertoire a une signification bien précise, au moins pour les répertoires système. Donc c'est un système bien organisé comme vous allez le voir.


/usr : Ce répertoire contient toutes les ressources du système, son nom signifie « Unix System Ressources ».

/usr/bin : Contient les utilitaires installés sur le système

/usr/lib : Contient les bibliothèques associées aux exécutables de /usr/bin.

/usr/include : Contient les fichiers d'entête, qui sont présent que si on installe les versions de développement. Ne sert que si on veut installer les versions sources des programmes.

/usr/X11R6 : Concerne tous ce qui concerne Xfree86 ou xorg (l'interface graphique).

/usr/share : Contient les ressources partagées par tous les logiciels présents dans /usr/bin

/usr/local : Il reproduit l'arborescence de /usr, et il contient les programmes installés à partir de sources.

/usr/src : contient les sources des programmes.

/boot : Il contient le noyau et tous ce qui permet à Linux de booter, Il est préférable de mettre cette partition sur les 1024 premiers cylindres, surtout pour les anciennes distributions, car sinon le bootloader ne pourra pas trouver ces fichiers. Il contient aussi le fichier de configuration de lilo (gestion de démarrage multiboot)

/boot/grub : fichiers de configurations de grub (concurent de lilo)

/root : C'est le répertoire du super utilisateur.

/lib : Contient les librairies et les modules du noyau.

/etc : Contient les fichiers de configuration.

/home : Contient les données des utilisateurs. Chaque utilisateur a son propre répertoire.

/var : Il contient les courriers (si vous avez un serveur de mail), les files d'impressions et les journaux (logs), ces derniers ce trouve dans /var/logs. Par exemple si quelque chose ne va pas, on pourra trouver la raison dans ces fichiers. L'origine de var est variable.

/dev : contient tous les fichiers gérant les périphériques, son contenu est surtout généré lors du boot.

/proc : contient l'état du système, à la différence des autres répertoires, « /proc » est stocké en memoire et non sur le disque dur.

/mnt : sert à monter par exemple des disques amovibles ou disques réseaux... mnt vient de mount.

/media : remplace parfois /mnt pour monter des « médias » comme les lecteurs de CDROM, DVD ,disquettes...

/tmp : c'est un répertoire temporaire.

/opt : sert à mettre des exécutables en phase de test.

E ) Remarques

1) Il existe un visualiseur graphique pour analyser l'encombrement des différents répertoires de votre arborescence : filelight. Vous pouvez l'installer avec « urpmi filelight » ou « apt-get install filelight » pour Mandriva ou Debian.

2) Il faut savoir que sur Linux tout est fichiers. Pour vous convaincre : « less /home » par exemple.

3) Il arrive (surtout quand comme moi on fait sans arrêt des tests sur tout et n'importe quoi) qu'on pense avoir tué la table des partitions. Pour ceci il existe plusieurs programmes qui peuvent vous sauver la vie :

- sfdisk : donne des informations ce qu'il croit être avec « sfdisk -l /dev/sda »

- gpart : un peu plus bavard avec « gpart -l /dev/sda »

- estdisk : pour réparer un boot perdu, monter une partition, copier les fichiers même sans boot (il m'a déjà sauvé)

- photorec : pour récupérer des fichiers sur une partition endommagée et même reformatée





III ) Fichiers, Répertoires et Liens

Avant de rentrer dans le système, il faut savoir comment sont rangées les informations.

A ) Répertoires/Fichiers

Les données sont stockées de manière hiérarchisée arborescente sur les disquettes, disques durs, CD-ROM.... Les informations sont dans des cases nommées répertoires, dans ces répertoires on trouve soit des fichiers (qui contiennent les données) soit d'autres répertoires. L'ensemble des répertoires forment l'arborescence de votre système de données.

Sur Unix (Linux donc aussi), la répartition physique des données n'est pas visible de l'utilisateur final si l'administrateur fait bien son travail. On ne parle pas de disque C, du D...(comme dans DOS/Windows) tout est comme si on a un seul disque, même pour les données partagées qui viennent d'un autre ordinateur (voir IX) B) 1) /etc/fstab). Ceci permet à l'utilisateur final de passer d'un ordinateur à l'autre sur un réseau sans changer d'environnement, les données de travail étant toujours stockées dans le même répertoire au même endroit dans l'arborescence. Dire que la structure matérielle est complètement transparente, c'est un peu exagéré car il faut bien savoir où est le CD, la disquette ou les autres périphériques amovibles! Régulièrement, c'est dans le répertoire /mnt. Le premier est habituellement dans /mnt/floppy et le second dans mnt/cdrom. C'est aussi dans ce répertoire que Linux installe (monte) automatiquement les partitions autres comme les partitions windows. Mais Linux étant entièrement libre, on peut faire ce qu'on veut. Ceci peut être modifié lors de l'installation.

B ) Les liens

1)présentation

Ceci n'est pas toujours évident, vous aurez par la suite une série d'essais pour mieux comprendre ( voir III) C) 1) f) liens )!

On peut, au lieu de dupliquer un fichier, mettre un lien vers ce fichier. Si on modifie le fichier à partir du lien, on modifie le fichier, en revanche, si on l'efface une fois il reste pour l'autre. On peut aussi mettre un même fichier dans plusieurs répertoires afin que différentes personnes puissent y accéder avec différents droits.

La différence entre un lien physique et symbolique se voit bien quand on efface le fichier original (voir plus loin).

Un lien symbolique peut permettre par exemple d'avoir un lien vers une application qui pourra être changée lors d'une mise à jour et notre lien lui, inchangé, indiquera la nouvelle version.

Un lien physique sur un fichier ne peut se faire que si le fichier est sur le même système de fichiers (même partition). Il peut être une protection en cas d'effacement intempestif car pour effacer réellement un fichier, il faut effacer tous les liens physiques qui pointent vers lui.

On peut aussi mettre un lien symbolique vers un répertoire pour faciliter la navigation dans l'arborescence.

En fait tout est lien sous Linux. Dans un répertoire, on a des liens vers d'autres répertoires, d'autres fichiers : une information pour savoir où ils sont stockés.

2)Les droits

L'important pour pouvoir supprimer le lien symbolique est le propriétaire et le groupe du lien. « chown -h » permet de changer les droits du lien symbolique et non de l'objet pointé. Un « chmod » change les droits du fichier cible.

Il faut savoir que changer les droits d'un lien symbolique ne sert à rien, et ce pour la simple raison qu'ils ne sont jamais pris en compte.

La création/suppression d'un fichier dans un répertoire, dépend uniquement des droits de l'utilisateur dans ce répertoire.

Concernant la lecture/écriture du fichier en question, seul compte les droits du fichier pointé.

Un cas particulier tout de même : lorsque que le sticky bit est activé sur le répertoire qui contient le lien, le propriétaire du lien est pris en compte. Mais c'est à ma connaissance le seul cas.

C ) Premiers outils pour manipuler les fichiers

1)Ligne de commande

Pour ceux qui ont connu le DOS, c'est fort semblable. La ligne de commande est très puissante, très rapide et importante à connaître car parfois, à distance par exemple, c'est la seule méthode disponible. Cette méthode semble certes fastidieuse, mais elle se révèle rapidement bien plus efficace et plus précise que les méthodes graphiques.

Dès que vous vous posez une question quant à une commande ayez le bon réflexe : « man la_commande », il y a aussi la possibilité de faire « la_commande --help » mais l'explication est plus restreinte. Pour plus d'explication sur la commande man, faîtes « man man » :-). Lorsque le man devient long, dans une interface graphique avec Konqueror par exemple, vous pouvez faire mettre le chemin « man:/la_commande » comme « man:/man ».


a) Affichage du contenu d'un répertoire


Illustration 1: Arborescence visualisée avec une interface graphique (Konqueror sous KDE)

La commande de base pour afficher le contenu d'un répertoire est « ls » pour LiSt. Cette commande possède des options qu'on peut voir en faisant « man ls ». Les plus utilisées sont « ls -l » et « ls -a » qui ont régulièrement des raccourcis : « ll » et « la » (on peut en faire d'autres ou les enlever : voir plus tard les alias).

« ls » ne donne que la liste des fichiers, répertoires,liens et autres contenu dans le répertoire. Souvent, il doté d'un affichage coloré pour informer sur la nature du fichier/répertoire : bleu foncé : un répertoire, bleu clair un lien, blanc : un fichier quelconque, vert un exécutable... Même sans couleurs, ces informations sont visibles : un / à la fin du nom pour un répertoire, un @ pour un lien et un * pour un exécutable.

« ll » lui affiche dans l'ordre, les permissions (ou droits : voir plus loin IV) B) Système de droits), le nombre de liens physiques , le propriétaire du fichier et le groupe propriétaire, la taille en octets, l'horodatage ( par défaut l'horodatage présenté est celui de la dernière modification du fichier), et finalement le nom du répertoire/fichier/...

« la » affiche tous les fichiers des répertoires, y compris les fichiers commençant par un « . ».

Une autre information importante est de savoir où on est sur l'arborescence. Cette information est donnée par la commande « pwd ». Vous remarquerez que l'arborescence est indiquée de la manière suivante : /premier_répertoire/second/... . Le séparateur entre répertoire est le séparateur Unix « / » (normal, LINUX est un UNIX), pas le séparateur microsoft « \ ».

b) bouger dans l'arboscence

La commande de base est « cd » (Change working Directory).

Pour aller à la racine on fait « cd / ». Une fois sur la racine pour aller au répertoire home on fait « cd home ». Ensuite, pour aller dans le répertoire home/root (répertoire de départ de la flèche verte du l'illustration 1), on fait « cd root ». A partir de la racine, on aurait pu faire « cd home/root », en revanche si on est n'importe où, le plus simple est de faire « cd /home/root ».

Pour faire le parcours de la flèche verte sans passer par la racine, on fait : « cd ../mclaires/projets », c'est un déplacement en mode relatif. On aurait pu faire ce déplacement en se référant à la racine « cd /home/mclaires/projets », cette fois, on a fait un déplacement en mode absolu : on se réfère à la racine.

La touche tabulation étant très utile : elle fait la complétion, nous allons la tester de suite : taper « cd /ho » + tabulation vous aurez alors « cd /home/ » qui va s'afficher. En effet, elle complète l'affichage jusqu'où elle peut. Si au bout d'un certain avancement il y a plusieurs choix, elle affiche les choix possibles (ou demande s'il est utile de les afficher s'il y en a trop!).

Remarque 1 : un « cd » seul renvoie l'utilisateur sur son répertoire personnel et « cd ~/un_chemin » donne un chemin absolu à partir du répertoire personnel de l'utilisateur.

Remarque 2 : le répertoire personnel de root (administrateur système) est /root. Comme les nouvelles versions de Mandriva ne permettent pas de le mettre dans une partition séparée de la racine, je copie donc des données importantes de root dans un répertoire que j'attribue à root dans la partition /home afin de sauvegarder des données importantes de root en cas de formatage de la racine si on veux changer de version de Linux. Le passage d'une version à la suivante d'une même distribution se fait sans reformatage, mais si on fait un changement de distribution, rien n'est assuré!

c) Créer et effacer des répertoires

La commande pour créer un répertoire est « mkdir » pour MaKe DIRectory (un raccourci -alias- existe souvent : md). Pour créer un répertoire bidon dans /home, on peut faire « md /home/bidon » (on peut le faire aussi bien en relatif qu'en absolu). « md bidon » créera un répertoire bidon à l'endroit où nous sommes en ce moment, cette commande fera ce qu'on souhaite si on était dans /home.

Maintenant, on veut créer un répertoire vide dans le répertore bidon, on peut faire « md /home/bidon/vide ». Cette commande tapée sans avoir auparavant créé le répertoire /home/bidon aurait donné une erreur : « mkdir: Ne peut créer le répertoire `/home/bidon/vide': No such file or directory ».

La commande pour effacer un répertoire est « rmdir » pour ReMove DRIectory (un alias existe souvent : rd). Maintenant, on veut effacer le répertoire /home/bidon et ce qu'il contient. Pour pouvoir effacer avec « rd » un répertoire, il faut qu'il soit vide, c'est à dire que si on fait « rd /home/bidon », on obtient le message suivant : « rmdir: `/home/bidon': Directory not empty ». Il nous faudra donc faire avant « rd /home/bidon/vide ». Il y a une méthode risquée pour éviter ça qu'on verra plus tard.

Encore la touche tabulation : taper « rmd » + tabulation. Vous allez avoir « rmdir » qui s'affiche car c'est la seule commande qui commence par rmd.

d) copier et bouger les fichiers

Pour copier (dupliquer) un fichier la commande de base est « cp » pour CoPy. cp fichier_origine fichier_arrivée.

Revenons dans le répertoire /home/root. Si nous voulons copier le fichier bashrc dans le fichier .bashrc (caché car il a un point devant) on fait « cp bashrc .bashrc ». Si on avait voulu copier directement ce fichier dans le répertoire /home/mclaires, on aurait pu faire directement « cp bashrc ../mclaires/.bashrc » en relatif ou « cp bashrc /home/mclaires/.bashrc » en absolu. On peut faire la même chose sans mettre de nom, mais juste un chemin vers un autre répertoire. Ceci duplique le fichier dans le répertoire cible sans changer le nom : « cp bashrc ../bs » copie le fichier dans le répertoire /home/bs sans changer son nom.

Cette fois, allons dans le répertoire /home/mclaires/projets « cd ../mclaires/projets ». D'ici rapatrions le fichier XF86Config-4.s_travail qui se trouve dans le répertoire /home/root. Nous pouvons faire soit « cp ../../root/XF86Config-4.s_travail . » ou « cp /home/root/XF86Config-4.s_travail . » Vous avez remarqué, j'espère la présence du « . » à la fin des commandes, celui-ci indique le répertoire courant.

Unix dispose d'une commande équivalente pour déplacer un fichier (MoVe), c'est « mv ». Elle marche comme cp, mais l'original sera effacé et il n'existera plus que la copie. Cette fois, on peut aussi bouger une arborescence complète : « mv /home/bs1 /home/root » créera le répertoire bs1 dans /home/root et y mettra toutes les données du répertoire /home/bs1.

Je peux profiter de ces commandes pour vous parler de caractères jokers :

« * » : Caractère générique qui est équivalent à n'importe quelle chaîne de caractère (y compris les points (" . ") et aucun caractère.

« ? » lui est équivalent a n'importe quel caractère (unique)

« [ ] » signifie n'importe quel caractère compris entre les crochets ( [aeiouy] sera valable pour tout mot comportant au moins une voyelle)

Par exemple, « cp * destination » copie tous les fichiers vers la destination et « cp deb* destination » copie tous les fichiers qui commence par deb vers le répertoire destination. Une astuce : pour vérifier ce qui sera copié, vous auriez pu taper tabulation avant de taper le « * », ceci vous affichera tous les fichiers qui seront bougés. « * » est compris par presque toutes les commandes.

e) éditer, modifier et effacer les fichier

i) Effacer

Pour effacer un fichier, la commande est « rm ». On efface un fichier avec « rm nom_du_fichier ». Cette commande est souvent modifiée par un alias qui oblige la demande de confirmation pour chaque effacement (alias rm='rm -i'). Pour éviter cela, on peut utiliser « rm -f », mais c'est dangereux.

Encore plus dangereux, il y a « rm -f -r * » qui efface tout à partir de l'emplacement actuel en parcourant les sous répertoires. Ceci aurait pu nous être utile pour effacer le répertoire bidon quand il avait encore le répertoire vide : « rm -r -f /home/bidon ». Ceci est d'autant plus dangereux que si on fait « rm -f -r * » sur la racine avec les droits administrateur, on efface toutes les données! Peut-être pas celle qui sont sur d'autres ordinateurs suivant comment ont été définis les partages car l'administrateur de notre ordinateur n'est pas administrateur sur les autres ordinateurs a priori !

ii) Lire

Revenons dans notre répertoire /home/root. Si nous voulons visualiser le fichier bashrc, nous pouvons faire « cat bashrc ». Mais si ce fichier est trop long, il est utile d'utiliser la commande « less bashrc » ou « more bashrc ». Dans ce dernier cas, on parcourt le fichier avec les touches flèche vers le haut/vers le bas (comme les touches j et k) et/ou page suivante/page précédente. On dispose de la touche h pour faire afficher une aide et on sort avec la touche q.

iii) Modifier

Parfois il est aussi utile de modifier en ligne de commande un fichier. Les deux éditeurs principaux en ligne de commande sont « vi » et « emacs ». Les férus d'Unix qui ont appris à utiliser ces éditeurs avant l'existence des modes graphiques vous diront qu'ils sont plus puissants que n'importe quel éditeur graphique. Je pense qu'ils ont raison, mais je ne les maîtrise pas assez pour en profiter! Je vous indiquerais donc les commandes utiles de vi (le seul que je suis arrivé à utiliser). En mode graphique, vous avez par exemple kwrite.

Nous allons donc chercher à modifier le fichier bashrc : « vi bashrc ». Pour se déplacer dans le fichier, vous avez soit les touches h,j,k et l (très utile avant l'apparition des claviers avec pavé numérique : les flèches et les chiffres), soit les flèches. Pour avoir une aide tapez « :h » pour en sortir « :q ». Pour insérer du texte, allez où vous voulez insérer le texte, puis, tapez « i » (ou « a » pour aller après), après tapez « échappe » (touche escape, ESC ou Echap en haut à gauche). Pour effacer le texte, en mode insertion avec les nouvelles versions, vous pouvez utiliser les touches supprime et backup de votre clavier. En revanche si vous n'êtes pas en mode insertion, vous pouvez commencer à goutter la force de vi : « 10 x » effacera 10 caractères à partir du curseur et s'arrêtera à la fin de la ligne. « 5 dd » effacera 5 lignes. « x » seul effacera une lettre et « dd » une ligne. « u » (undo) annulera les précédentes commandes. Pour sauver taper « :w ». vi refusera de se fermer avec « :q » si les dernières modifications n'ont pas été sauvées : « :q! » pour sortir sans sauver et « :wq » pour sauvegarder et quitter. Ceci est une 'sous-utilisation' de vi, mais suffisante pour de petites utilisations.

f) faire des liens

Les liens se font avec la commande « ln ».

Allons encore une fois sur notre répertoire /home/root et créons un répertoire liens.

Nous allons pouvoir tester les différents liens avec les trois fichiers dont nous disposons dans ce répertoire : bashrc, .bashrc et XF86Config-4.s_travail.

Commençons par créer un lien matériel : « ln .bashrc surprise ». Si on regarde le répertoire, « ll », on voit nos 4 fichiers sans distinction entre les 4, si ce n'est que le chiffre de la seconde colonne est 2 pour .bashrc surprise, alors que pour les autres il n'est que de 1 : le nombre de liens physiques. Modifions avec vi le fichier surprise. On rajoute une première ligne par exemple. Regardons ensuite le fichier .bashrc « less .bashrc » : nous y voyons notre modification. Ensuite, on efface .bashrc « rm .bashrc » et on regarde le contenu du répertoire « ls ». Nous avons quatre fichiers bashrc, surprise, surprise~ et XF86Config-4.s_travail. surprise~ est la sauvegarde faîte par vi de notre fichier avant la dernière sauvegarde, on l'efface « rm surprise~ » Il est possible de vérifier notre fichier surprise. Pour finir avec les liens physiques, essayons à partir du répertoire /home/root de faire un lien physique vers un fichier se trouvant à /root. « ln /root/.bashrc baba » et le système répond : « ln: création d'un lien direct `baba' vers `/root/.bashrc': Invalid cross-device link ». Ceci est normal car /root est dans une autre partition!

Continuons par un lien physique « ln -s surprise .bashrc » et regardons le contenu de notre répertoire « ls ». Nous voyons que .bashrc s'affiche différemment : il a au moins un @ dernière le nom. Si on modifie .bashrc avec vi la modification apparaît aussi sur le fichier surprise. Maintenant on efface surprise et on liste le répertoire « ll ». L'affichage de .bashrc a changé : maintenant il clignote car il est relié à un fichier inexistant! Essayons de résoudre le problème en faisant « cp bashrc surprise » et « ll » : tout est revenu dans l'ordre. Pour aller plus loin vous pouvez tester un lien (les 2 sortes) sur un lien symbolique et comprendre ce qui se passe.

Il est même possible de créer un lien vers un répertoire, mais uniquement un lien symbolique.

g) Conclusion

Je conclurai que ces commandes sont très pratiques et rapide. La ligne de commande est un peu austère mais très rapide. Vous pouvez regarder par exemple la page http://www.tuxbihan.org/article.php3?id_article=6. Un expert de script bash m'a dit que tout était dans « man bash »...

je conseillerais aussi d'éviter les noms avec des espaces très facilement faisable en mode graphique car en ligne de commande l'espace devient '\' + espace. Au lieu de mettre un espace dans un nom essayer de mettre un « _ » (souligné) .

2)Les scripts

http://www.ac-creteil.fr/reseaux/systemes/linux/shell-scripts/shell-programmation.html

http://abs.traduc.org/index.html

a) Votre premier script

Voici un exemple très simple de script bash à placer dans un fichier :

#!/bin/bash


echo -n "password: "

read pass

echo "Votre pass est $pass"

La première ligne #!/bin/bash sert à indiquer le type de shell à utiliser avec le script.

La deuxième ligne echo -n "password: " sert à afficher à l'ecran le texte entre guillemet. L'option -n évite un retour à la ligne automatique.

La troisième ligne read pass va lire ce que l'utilisateur tape au clavier et le sauver dans la variable $pass. Du fait de l'option -n, ce que tape l'utilisateur apparaitra à la suite du mot password.

La dernière ligne affiche à l'écran la phrase « Votre pass est » ainsi que le contenu de la variable $pass.

Un fois ces lignes sauvegardées dans un fichier monscript.sh par exemple, vous pouvez le rendre exécutable en tapant: chmod a+x monscript.sh puis en tapant uniquement le nom de votre fichier dans le shell précédé de ./: ./monscript.sh

Le ./ permet d'indiquer que le fichier monscript.sh se trouve dans le répertoire courant.

Voir man chmod et man chown pour apprendre plus de ces deux fonctions très utiles.


Il est également possible de taper ce script en ligne de commande en séparant chaque fonction par un point virgule :

echo -n "password: " ; read pass ; echo "Votre pass est $pass"

b) Les calculs

Il est possible d'utiliser le bash comme une calculatrice. En ligne de commande, voilà ce que cela donne:

echo $[ 4 * 2 ]

8

echo $[ 10 + 5 ]

15


ou parfois

echo $(( 10 + 5 ))

15

c) les tests et comparaisons

Voici un exemple de comparaison utilisant les tests conditionnels « if »

#!/bin/bash


echo -n "entrez un nom: "

read var1

echo -n "entrez un autre nom: "

read var2


if [ "$var1" = "$var2" ]; then

echo "Les noms sont les mêmes"

else

echo "Les noms sont différents"

fi


exit 0

"fi" est la fermeture de if, tout comme "}" est la fermeture de "{", exit 0 termine le script proprement et vous ramène au prompt.

A la place de '=' vous pouvez utiliser '-eq' pour tester si deux expressions sont équivalentes, ou '-eg' pour vérifier si deux entiers sont égaux.

A noter qu'une variable '$var' peut être écrite ${var}.

if test -f $1

then

file $1

else

echo "Le fichier \"$1\" n'existe pas"

fi

Dans le script suivant, $1 renvoie le premier argument entré après le programme ou la fonction à l'exécution. -f renvoie vrai si le fichier (stocké dans $1) existe.

Voici quelques fonctions de test utiles :

Expression Signification

-r fichier vrai si le fichier existe et est accessible en lecture (r)

-w fichier vrai si le fichier existe et est accessible en écriture (w)

-x fichier vrai si le fichier existe et est exécutable (x)

-f fichier vrai si le fichier existe et est un fichier "régulier" (file)

-d fichier vrai si le "fichier" existe et est un répertoire (directory)

-s fichier vrai si le fichier existe et a une taille non nulle (size)

c1 = c2 vrai si les deux expressions sont égales (des chaînes, en sh)

c1 != c2 vrai si les deux expressions sont différentes (des chaînes, en sh)

c1 vrai si c1 n'est pas la chaîne nulle (vide)

e1 -eq e2 vrai si les deux entiers e1 et e2 sont algébriquement égaux (equal)

e1 -ne e2 vrai si les deux entiers e1 et e2 sont algébriquement différents (not equal)

e1 -gt e2 vrai si l'entier e1 est plus grand que l'entier e2 (greater than)

e1 -lt e2 vrai si l'entier e1 est plus petit que e2 (lower than)

! expr négation de l'expression booléenne expr

expr1 -a expr2 et logique entre les deux expressions booléennes expr1 et expr2 (and)

expr1 -o expr2 ou logique entre les deux expressions booléennes expr1 et expr2 (or)

Séparateurs/contrôles en shell:

|	pipe prendra la première commande en argument de la seconde.
||	OR si la première commande est fausse, il prendra la seconde.
|=	OR IS (surtout utilisée dans les tests conditionnels "if").
&&	AND si la première commande est vraie, il exécutera la seconde.
!	NOT (surtout utilisée dans les tests et tests conditionnels "if"), mais
    	utilisé en commande shell, il ouvre un shell pour lancer une commande
    	(ex. `! echo foo`).
!=	NOT IS (surtout utilisée pour les tests conditionnels).
!$	dernières commandes, dernier argument.
!!	répète la dernière commande.
=	IS (surtout utilisé pour les tests conditionnels).
;	séparera 2 commandes comme si elles étaient écrites sur 2 lignes.
;;	fin d'une fonction `case` (voir `case` plus loin).
$	préfixe d'une variable comme "$myvar".
$!	PID du dernier processus enfant.
$$	PID du process courant (PID == Process ID).
$0	Montre les programmes possesseurs du processus courant.
$1	Premier argument entré après le programme ou la fonction à l'exécution.
$2	Second agument entré après le programme ou la fonction ($3 etc.).
$#	Affiche le nombre d'arguments.
$?	N'importe quel argument (bon à utiliser dans les tests conditionnels).
$-	flags de l'option courante (Je n'ai jamais eu à m'en servir).
$_	Dernier(ère) argument (commande).
$*	Tous les arguments.
$@	Tous les arguments.
#	ligne de commentaire, tout ce qui suit sur la ligne n'est pas interprété.
{	accolade ouvrante (début de fonction).
}	accolade fermante (fin de fonction).
[	crochet ouvrant (pour des arguments multiples).
]	crochet fermant (pour des arguments multiples).
@	$@ est équivalent à "$1" "$2" etc. (tous les arguments).
*	wildcard (* remplace un nombre indéterminé de caractères).
?	wildcard (? remplace un unique caractère).
"	quote
'	quote précis (inclura même des " dans le quote).
`	quote de commande (variable=`ls -la`  affichera le contenu du répertoire
    	en utilisant $variable).
.	le point lira et exécutera des commandes à partir de fichiers (. .bashrc).
&	and. utilisé en suffixe, il exécute une tâche en background (./program &).
0<	stdin stream director (Je ne l'ai vu dans aucun script).
1>	stdout stream director (standard output)
2>	stderr stream director (standard error output)
%	caractère des tâches, %1 = fg job 1, %2 = fg job 2, etc.
>>	stream director (inclusion dans un fichier).
<<	stdin stream director. (cat > file << EOF ; anything ; EOF)
>	stream director qui commencera au tout début du fichier (dans les tests
    	conditionnels "if" < et > seront utilisés en comparateurs mathématiques
    	par exemple: if [ "$1" >= "2" ])
\	back-slash, retire le meta-caractère de n'importe quelle chaîne. Ainsi, 
    	\$var ne sera pas traité comme une variable.
    	(et une nouvelle ligne ne sera pas traitée comme une nouvelle ligne)
    	De plus, un \ avant une commande, retire tous les aliases appliqués à
    	cette commande: \rm

>& stream director to stream director, ie. echo "a" 1>/dev/null 2>&1 dirigera 2> au même endroit que 1>

d) fonction case

Case, tout comme if, se termine par la commande inversée esac.

#!/bin/bash


case "$1" in

--help)

echo "Aide..."

;;

--version)

echo "Version 1.0"

;;

esac

Dans cet exemple, si l'argument $1 est '--help', « Aide... » est affiché, si $1 est égale à '--version' etc...

Chaque condition se termine par ;;

e) fonction sed

Sed est utilisé pour formater/modifier du texte.

Par exemple, si vous possédez un fichier tmp contenant des urls et que vous désiriez changer tous les www par ftp, tapez:

sed 's/www/ftp/g' tmp

et sed 's/www/ftp/g' tmp > tmp2 si vous désirez enregistrer les modifications dans un fichier tmp2.

sed -n 3 p tmp2 permet d'afficher la 3ème ligne du fichier tmp2.

f) La fonction more

La fonction more (comme la fonction less) peut être utilisée pour lire des fichiers

more -8 fichier1

affiche le contenu du fichier fichier1 8 lignes par 8 lignes (barre d'espace pour les 8 suivantes , return pour une ligne suivante, q pour quitter).

g) Les Init et system scripts

Le 'system V init', qui est l'init le plus utilisé pour Linux. Les startup scripts permettent de lancer/stopper les services tels que serveur http, ftp, base de données postgresql etc. et sont écrits en bash ! Ils sont stockés dans :

/etc/rc.d/rc0.d/

/etc/rc.d/rc1.d/

/etc/rc.d/rc2.d/

/etc/rc.d/rc3.d/

/etc/rc.d/rc4.d/

/etc/rc.d/rc5.d/

/etc/rc.d/rc6.d/

/etc/rc.d/init.d/

Voici un script permettant de démarrer un démon nommé daemon :

#!/bin/sh

# example Exemple de script qui lancerait 'daemon'

#

# Version: @(#) /etc/rc.d/inet.d/example 0.01 19-Feb-2001

#

# Author: Billy (Alien), <alien@ktv.koping.se>

#


. /etc/rc.d/init.d/functions


function status() {

ps aux | grep daemon &&

echo "Daemon is running." ||

echo "Daemon is not running."

}


case "$1" in

start)

# Vérifie si daemon est dans notre path.

if `which daemon` > /dev/null; then success || failure; fi

echo -n "Starting Daemon"

daemon

echo

;;

stop)

# Vérifie encore si daemon est dans notre path.

if `which daemon` > /dev/null; then success || failure; fi

echo "Stopping Daemon"

killall -15 daemon

;;

status)

echo "Status of Daemon:"

status

;;

reload)

echo "Restarting Daemon."

killall -1 daemon

;;

restart)

if `which echo` > /dev/null; then success || failure; fi

$0 stop

$0 start

;;

*)

echo "Usage: $0 start|stop|restart|status"

exit 0

esac

alors à vous de lire les scripts de votre système et d'essayez de les comprendre ;-)



3)Interface graphique

Ceci est dépendant de l'environnement graphique choisi (WM). Pour trouver votre bonheur, parcourez les menus! Souvent il existe un raccourci du nom de « Dossier personnel », il vous ouvrira un gestionnaire de fichiers « drag and drop ». En cliquant sur un fichier ou un répertoire, l'action automatiquement configuré se passe. Pour faire plus de chose, essayez de cliquer avec le bouton droit et de parcourir les menus... Tout doit être faisable, mais pas aussi facilement. Certes les manipulations courantes comme copier-coller sont très simplifiées.

D ) Résumé des commandes du shell (BASH)

http://www.lea-linux.org/admin/shell.php3

voici les commandes de base sous Linux :

Commandes linux

équivalent MsDos

à quoi ça sert

Exemples :

cd

cd

change le répertoire courant.

cd ..
    - va dans² le répertoire parent du répertoire courant

cd /home/user/.nsmail
    - va dans le répertoire désigné

ls

dir

affiche le contenu d'un répertoire

ls
    - affiche le contenu du répertoire courant

ls -l
    - affiche le contenu du répertoire courant de manière détaillée

ls -a /home/user
    - affiche le contenu du répertoire désigné (ainsi que les fichiers cachés)

cp

copy
xcopy

copie un ou plusieurs fichiers

cp toto /tmp
    - copie le fichier toto dans le répertoire /tmp

cp toto titi
    - copie le fichier toto sur le fichier titi

cp -R /home/user /tmp/bak
    - copie le répertoire /home/user ainsi que tout ce qu'il contient dans /tmp/bak

rm

del

efface un ou plusieurs fichiers

rm toto titi
    - efface les fichiers toto et titi

rm -f toto titi
    - efface les fichiers toto et titi sans demander confirmation

rm -rf

deltree

efface un répertoire et son contenu

rm -rf /tmp/*
    - efface (sans demander de confirmation) tous les fichiers et répertoire de /tmp

mkdir

md

crée un répertoire

mkdir /home/user/mes documents
    - crée le répertoire "mes documents" dans le sous répertoire /home/user

rmdir

rm

efface un répertoire s'il est vide

rmdir /home/user/.nsmail
    - efface le répertoire .nsmail de /home/user si celui-ci est vide

mv

ren
move

déplace ou renomme  un ou des fichiers

mv tata titi
    - renomme tata en titi

mv * *.bak
    - ne fonctionne pas !!!!

mv * /tmp/bak
    - déplace tous les fichiers du répertoire courant vers le répertoire  /tmp/bak

find

dir -s

trouve un fichier répondant à certains critères

find /home -name "*bash*"
    - trouve tous les fichiers contenant le mot bash dans leur nom se trouvant dans le répertoire /home

locate

dir -s

trouve un fichier d'après son nom

locate bash
    - trouve tous les fichiers contenant le mot bash dans leur nom complet (avec le répertoire) : à la différence de find, locate trouve ses informations dans une base de donnée créée par updatedb

man

help

affiche l'aide concernant une commande particulière

man ls
    - affiche l'aide (page de manuel) de la commnade ls. On quitte man en appuyant sur la touche 'q'

chmod

attrib

modifie les permissions d'un fichier

chmod o+r /home/user
    - autorise les autres (o=other) (ie: ceux qui ne sont ni le propriétaire, ni membre du groupe propriétaire) à lire (r=read) le répertoire /home/user

chmod a+rw /home/user/unfichier
    - autorise tout le monde (a=all) à lire et écrire (w=write) dans le fichier /home/user/unfichier

chown

pas d'équi-valent

modifie le propriétaire d'un fichier

chown user unfichier
    rend user propriétaire de unfichier.

chgrp

pas d'équi-valent

modifie le groupe proprétaire d'un fichier

chgrp -R nobody /home/httpd
    - rend le groupe : nobody (un groupe ayant très peu de droit sur un système linux) propriétaire de /home/httpd ainsi que tout les fichiers qu'il contient (-R)

ln -s

pas
d'équivalent

crée un lien vers un fichier

ln -s /dev/fd0 /dev/disquette
    crée un lien vers /dev/fd0 (le lecteur de disquette) nommé /dev/disquette. La manipulation de /dev/fd0 ou /dev/disquette est équivalente (sauf l'effacement).

grep

pas d'équi-valent

recherche une chaine dans un fichier (en fait recherche une expression régulière dans plusieurs fichiers)

grep chaine *.txt
    - recherche la chaine 'chaine' dans tous les fichier se terminant par .txt.

which

pas d'équi-valent

trouve le répertoire dans lequel se trouve une commande

which emacs
    - retourne le nom du répertoire dans lequel se trouve la commande emacs.

cat

type

affiche un fichier à l'écran

cat ~/.bashrc
    - affiche le contenu du fichier ~/.bashrc

Remarque :
Pour en savoir plus sur toutes ces commandes, je vous conseille de consulter leur page de man !

Voir aussi :

http://www.ac-creteil.fr/reseaux/systemes/linux/shell-scripts/shell-bash.html

http://abs.traduc.org/index.html

http://www.shelldorado.com/


IV ) Installation de Mandriva LINUX

A ) Présentation

Il existe plusieurs manières d'installer la distribution Mandriva. La plus courante est l'installation à partir des CD ou DVD de base. Vous allez dire que 3 à 7 CD c'est beaucoup alors qu'il n'en faut qu'un pour windows, c'est exact 3>1. Cependant sur les 3 CD de la version téléchargeable gratuitement de Mandriva, on a le système d'exploitation avec plusieurs WM disponibles (le CD de windows avec un choix en plus), plusieurs suites office (les CD de MS Office), des logiciels de dessins, des logiciels de gravages, des jeux... Et les sources de tout ça (de moins en moins car il faudrait un quatrième CD maintenant)!

Il existe d'autres méthodes d'installation : par réseau/internet, à partir du disque dur (la plus rapide et la plus intéressante par la suite si le disque dur est assez grand). Toutes ces autres méthodes demandent une disquette de démarrage. Pour la liste complète avec explication, voir la page : ftp://fr2.rpmfind.net/linux/Mandrake/current/i586/doc/install/fr/install.htm .

Nous allons utiliser une méthode la rapide d'autant plus qu'elle nous permettra d'économiser le gravage de CD-ROM.

En pratique pour pouvoir utiliser la méthode à partir du disque dur, il faut déjà avoir un système installé sur un PC avec lequel on pourra formater une partition de 2 Go au moins sur laquelle au pourra transférer les données.

Nous allons aussi utiliser une méthode à partir d'un serveur distant : toutes les données d'installation (les CD ou le DVD) sont sur un serveur nfs local rapide d'accès. Attention, prendre un serveur LOCAL sinon, tous les postes feront simultanément des requêtes sur des serveurs externes et le réseau se trouvera rapidement saturé ! Ceci arrivera déjà assez souvent lors des mises à jours...

Attention, par la suite, il faudra laisser intactes les données d'installation. Si on veut modifier le système, c'est indispensable. C'est à ce moment qu'on verra l'intérêt par rapport à une installation à partir de CD-ROM : on n'a pas besoin d'aller chercher nos CD et d'attendre les messages pour savoir quand il faut mettre quel CD !

B ) Préparation de l'installation

Nous avons besoin d'une disquette et d'un PC dont le disque dur contient déjà les CD de Mandriva. J'ai copié ces CD dans un répertoire d'une partition qui peux être au format Linux, Windows ou ReiserFS.

Le premier CD est dans la racine du répertoire, pour les suivants, j'ai copié le contenu du répertoire Mandriva dans le répertoire Mandriva créé lors de la copie du premier. Ces données sont sur le répertoire mdk de la partition |______________|. Cette information est importante car la question sera posée lors de l'installation.

C ) Cahier des charges de l'installation

Pour le partitionnement, il faut obligatoirement avoir une partition / (racine du système), une partition swap (que le système utilise pour stocker des données utiles qui encombrent la RAM). Il est conseillé d'avoir la partition /home où sont stockées les données personnelles (les répertoires personnels) des utilisateurs, (que rien n'empêche de nommer /maison !) afin qu'elles échappent à d'éventuels reformatage du système (répertoire /). Vous allez laisser intactes les éventuelles partitions windows (ou autres?) déjà présentes. Si vous avez un windows d'installé il sera intéressant de prévoir une partition FAT32 pour simplifier les échanges de données d'un système à l'autre.


Nous choisirons l'installation en mode expert. Nous allons installer :

Les environnements graphiques (tous pour tester).

les serveurs suivants : ftp, ssh, httpd, nfs.

Les outils de configuration.

mozilla ou firefox (butineur internet).

OpenOffice.org pour lire l'original de ce document.

Pour avoir une telle précision, il faudra sélectionner les paquets à la main.


Il faudra configurer l'amorçage (lilo ou grub) pour bien booter sur la bonne partition.

Les fenêtres de dialogues sont en général bien faîtes.

D ) Installation

Nous allons commencer par booter sur une disquette qui est prévue pour installer Mandriva à partir de données sur le disque dur. Voici les étapes à suivre après le boot.

Tout d'abord Vous avez un menu qui vous demande si vous voulez plus d'options avec <F1> ou commencer directement avec <Enter>. Nous n'avons pas besoin de plus d'options. Vous pouvez toujours regarder les options proposées...

Dans le menu suivant vous choisirez du disque dur contenant la copie des CD d'install (Il vous propose les disques durs présents).
Puis vous devrez choisir  la partition sur le disque dur choisi précédemment.
Et en dernier, avant de commencer l'installation graphique, reste le choix du répertoire.
NB :en fait vous devez indiquer le chemin complet du répertoire contenant la copie des CD d'install
En cas d'erreur, il est possible de revenir en arrière.

Pour la suite, voir http://doc.mandrivalinux.com/MandrakeLinux/91/fr/Quick_Startup.html/. C'est le document officiel donné par Mandriva.

E ) Configuration

Sur chaque PC, vous allez créer un seul compte : le compte root (obligatoire) avec comme mot de passe linux. Pour le compte suivant, ne pas rentrer de données, et faire directement [Accepter] afin d'être sûr de ne pas le créer.

Il vous faudra aussi le réseau : vous vous mettez en DHCP et surtout lors de la configuration réseau, choisissez le mode expert et cocher lors de la configuration de la carte réseau « ne pas affecter le nom d'hôte à partir de l'adresse DHCP, mais donner vous même le nom du PC.

Il faudra aussi configurer l'affichage.

Pour le moment, surtout, on ne met pas de fire-wall.


Après ceci, vous rebootez la machine. Laissez tomber la mise à jour, elle peut être très longue (on n'aura pas le temps à ce moment), elle est pourtant très importante pour la sécurité!

V ) Manipulation

Avec Mandriva, on peut lancer un exécutable : mcc (centre de contrôle Mandriva) qui fait beaucoup de choses. Il est même disponible en dehors de tout environnement graphique, mais sa version graphique est bien plus avantageuse. Il peut configurer presque tout, mais pour avoir plus de précision, rien ne vaut le travail manuel des fichiers de configuration. Nous allons aussi bien travailler en ligne de commande qu'avec des interfaces graphiques, chaque mode ayant son avantage en fonction du travail à effectuer et de notre connaissance de l'OS.

A ) Création de comptes et de groupes

1)Présentation

a) l'utilisateur

Pour permettre à de nombreux utilisateurs de travailler sur la même machine, Unix met en oeuvre des mécanismes d'identification des utilisateurs, de protection et de confidentialité de l'information, tout en permettant le partage contrôlé nécessaire au travail en groupe. Tout utilisateur est identifié par son nom (login) et ne peut utiliser le système que si son nom (login) a préalablement été défini par l'administrateur du système (root ou super-utilisateur) qui lui donnera en même temps des droits. La définition d'un nouvel utilisateur s'appelle aussi créer un compte.

root a tous les droits et aucune restriction ne lui est applicable. Travailler en tant qu'administrateur (se loger sous root) est donc dangereux, mais utile pour paramétrer le système.

b) Le compte

La première question à se poser c'est que doit avoir chaque compte?

Un compte doit avoir des données personnelles et un endroit propre pour les laisser. On crée donc un répertoire personnel à chaque utilisateur. Ce répertoire est régulièrement placé dans /home : /home/repertoire_personnel. Sa création est normalement automatique.

Les fichiers spécifiques sont (source : « man useradd ») :

- /etc/passwd - information sur les comptes utilisateurs

- /etc/shadow - information sécurisée sur les comptes utilisateurs

- /etc/group - information de groupes

- /etc/default/useradd - information par défaut modifiée avec « useradd -D »

- /etc/login.defs - réglages globaux du système

- /etc/skel - répertoire contenant les fichiers qui seront mis par défaut dans les comptes personnels lors de leur création.

Ce réperoire contient plusieurs fichiers cachés, afin de voir tout son contenu, faire « ll -a /etc/skel ». Un des fichiers caché est .bashrc qui contient la configuration du bash (ligne de commande) de l'utilisateur.

nb : Il se peut que votre .bashrc ne se lance pas en vous loggant sur une console texte. Dans ce cas, il faut rajouter dans ~/.bash_profile les lignes suivantes :

if [ -f ~/.bashrc ]; then

. ~/.bashrc

fi

BASH_ENV=~./bashrc

export BASH_ENV

Le premier test et lancement permet lors du login d'exécuter le .bashrc s'il existe, en effet le bash ne tiens pas compte de la variable BASH_ENV ou moment du login sous X (environnement graphique)(contre toute attente d'ailleurs).

La variable BASH_ENV indique a bash de reexécuter .bashrc à chaque nouveau shell.

2)ligne de commande

a) les terminaux

Normalementiv, vous ne pouvez pas vous loger sur un Windows Manager car vous n'avez que root comme utilisateur et que pour des raisons de sécurité évidente Mandriva interdit l'utilisation d'un WM sous root car toutes les applications pourraient alors écrire n'importe où ce qui ouvrirait la porte à tous les virus (il est faisable de lancer des applications windows sous LINUX...)

Vous allez donc utiliser un shell, ceci est toujours faisable et fort utile. On dispose en effet de 7 terminaux, on passe d'un à l'autre en faisant Ctrl-Alt-FX (les 3 touches appuyées simultanément) où X est entre 1 et 7. Ctrl-Alt-F7 est le terminal du windows manager, vous allez donc faire un des 6 autres, Ctrl-Alt-F2 par exemple. Ctrl-Alt-F1 est parfois « décoré » par Mandriva ce qui diminue la taille de la fenêtre.

b) useradd

Vous allez utiliser la commande « useradd » (ou « adduser »). Pour avoir plus d'information, faîtes « man adduser ». Nous n'allons pas utiliser toutes les options disponibles! Si nous faisons « useradd nom_de_l_utilisateur » tout se fait correctement car le fichier /etc/login.defs est configuré pour. En plus, cette instruction créera automatiquement un répertoire personnel dont le contenu sera la copie du répertoire /etc/skel comme c'est normalement défini dans le fichier /etc/default/useradd.

Créez vous votre compte personnel avec comme id 500+n°_de_votre_pc (il faudra ajouter une option à la ligne que je vous ai indiqué au chapitre précédent). Les autres comptes que vous créerez sur votre ordinateur auront un id du style X00+n°_de_votre_pc . avec X>5.

Les utilisateurs sont stockés dans le fichier /etc/passwd. Ce fichier a une ligne par utilisateur. Chaque ligne contient des champs séparés par des « : » (doubles points).

Le premier champ contient le nom,

le second un x (activer protégé), une * (désactivé)ou rien (compte sans mot de passe : une faille de sécurité),

le troisième l'identificateur de l'utilisateur (son id : un numéro supérieur à 500 pour un utilisateur non système),

le suivant l'id de son groupe principal,

l'antépénultième un commentaire sur l'utilisateur, l'avant dernier l'emplacement de son répertoire personnel (qui peut donc être vraiment quelconque)

le dernier le shell qu'on lui attribue (il existe par exemple des shells qui empêchent à l'utilisateur de se loger , ceci peut permettre à un compte de ne pouvoir faire que du ftp).


Pour enlever un utilisateur, faîtes « userdel utilisateur ».

Pour changer les paramètres d'un utilisateur, utilisez « usermod ». Après avoir lu « man usermod », définissez vous un mot de passe car la commande « useradd » ne l'a pas fait puisque vous ne lui avez pas demandé!

c) groupadd - addgroup

Ajoutez un groupe essai avec la commande « groupadd essai ».

Les groupes sont stockés dans le fichier /etc/group qui a la même structure que le fichier /etc/password. Les informations sur chaque ligne sont dans l'ordre : le nom du groupe, un second champ qui peut contenir soit un x, un * ou rien, un troisième d'identification du groupe (son id), le dernier champ est la liste des utilisateurs (nom complet) qui appartiennent à ce groupe sans que ce soit leur groupe principal, l'information du groupe principal étant dans le fichier password.

Ajoutez manuellement, avec vi, dans le groupe essai votre compte personnel.

Après avoir créé un compte, faîtes Ctrl-Alt-F7. Loger vous avec le compte juste créé avec un environnement graphique pris au hasard (débrouillez-vous pour ne pas avoir le même que vos voisins).

Pour enlever un groupe, utiliser « groupdel ».

Pour un utilisateur dans un group : « addgroup <utilisateur> <group> »


L’appartenance au groupe n’apparait pour la session complète que après s’être déloggué puis reloggué. On peut utiliser "newgrp" ou "sg" pour éviter de se déloguer et récupérer l'appartenance au bon groupe dans un sous-shell.

d) addgroup

I
llustration 2 : menus mcc

3)interface graphique

Comme nous sommes sous Mandriva autant utiliser les outils Mandriva qui sont forts agréables et en français!

Nous avons le programme userdrake auquel nous pouvons accéder soit par mcc, soit directement.

Je profite de ceci pour vous faire lancer ces programmes à partir d'une fenêtre shell ouverte dans votre environnement graphique, souvent son icône, c'est un écran d'ordinateur avec parfois une coquille (shell) devant .

Dans cette fenêtre taper la commande « su ». « su » est la commande qui permet de donner la main dans la fenêtre shell à un autre utilisateur qu'on met en paramètre, s'il n'y a pas de paramètre, ce sera le super-utilisateur (administrateur ou root). Le prompt vous demande alors un mot de passe, donnez le mot de passe root et vous avez un shell en administrateur. « su - » fait la même chose, mais en plus on récupère les paramètres du nouvel utilisateur. Ceci est à éviter si on fait cette manipulation pour récupérer un environnement planté.

À partir de ce shell, vous pouvez faire exécuter des applications graphiques sous root. Tapez par exemple « kwrite », vous ouvrez alors un éditeur de texte graphique, mais vous n'avez plus la main dans le shell. Pour retrouver la main simplement, vous devez arrêter kwrite, soit à partir de l'interface graphique, soit en faisant Ctrl-C sur le shell ( voir plus loin au IV) C) 2) a) ). Pour garder la main, il fallait faire « kwrite & » afin de lancer kwrite en mode arrière plan.

Vous allez donc taper « mcc & ». Parcourez les menus (image à gauche) et choisissez UserDrake (icône à droite)

Dans cette interface vous devez voir que vous appartenez aussi au groupe essai. Vous pouvez créer, supprimer et éditer des comptes. Cette dernière option est bien intéressante car elle permet entre autre de modifier les groupes d'appartenance des utilisateurs. Vous pouvez aussi choisir dans option « voir les groupes » et faire des modifications sur les groupes.

B ) Système de droits sur les fichiers

1)Propriétaire, groupe propriétaire et autres

Les droits sur un fichier/répertoire sont (dans l'ordre) lecture (r)-écriture(w)-exécution(x). Ses droits, sont attribués dans l'ordre à l'utilisateur propriétaire du fichier, au groupe propriétaire du fichier et à tous. Ceci fait 9 cases à remplir, si on permet tout : « rwxrwxrwx ». Si on permet tous à l'utilisateur, la lecture et l'exécution au groupe et l'exécution à tous, ceci donne : « rwxr-x--x », le '-' (moins) signifie que le droit n'est pas accordé! On fait correspondre des valeurs à ces droits : le r vaut 4=22, le w vaut 2=21 et le x vaut 1=20. Ceci donne comme valeur pour le premier 777 (écriture en Octal – base 8), le second 751. 640 correspond à « rw-r----- ».

Les droits dépendants étant lié au propriétaire et au groupe propriétaire, il faut donc parfois modifier ces paramètres. Pour modifier le groupe, on fait « chgrp groupe f1 » où f1 est un fichier ou un répertoire. Pour modifier le propriétaire, il faut faire « chown user f1 ». Si on veut modifier les deux, il faut faire « chown user:groupe f1 » ou « chown user.groupe f1 ». Ces manipulations se font sans problème si on est root. En revanche, quand on est simple utilisateur, il faut que le fichier nous appartienne, on ne peut pas changer le propriétaire et on ne peut donner un nouveau groupe que si on fait partie de ce nouveau groupe.

2)Les droits sur les fichiers

Ces droits se changent avec la fonction « chmod » : « chmod valeur_du_mode fichier ». Pour donner les droits rw-rw-r-- au fichier bashrc du répertoire /home/root, il faut faire « chmod 664 /home/root/bashrc ». Ceci permettra au propriétaire et à son groupe (root) de le lire et de le modifier et aux autres de le lire.

Il y a aussi la possibilité d'enlever ou de rajouter des droits à des fichiers avec « chmod [who]op[permission] ». who est une combinaison de u(user ou propriétaire), g (groupe) ou o (other ou autre). op est soit + pour ajouter le droit, - pour l'enlever et = pour ne donner que celui-là (les autres seront mis à 0=non). « chmod go-w fichier » supprime le droit d'écriture au groupe et aux autres. « chmod u+x fichier » rajoute au propriétaire le droit d'exécution (transforme le fichier en exécutable!). « chmod ug=r » donne un accès en écriture uniquement à son propriétaire et au groupe.

Attention : pour effacer un fichier, il suffit d'avoir le droit sur le répertoire et le droit de lecture sur le fichier...

La possibilité intéressante de chmod, mais qui peut ouvrir des failles est « chmod +s fichier » qui fait utiliser l'ID du propriétaire ou du groupe propriétaire du fichier lors de l'exécution. La faille arrive quand le propriétaire du fichier est root car lors de l'exécution du fichier, on récupère les droits de root!

En plus de ces 9 données, Unix définit trois autres données de permission : SUID*, SGID* et t (voir chapitre suivant). Ces données étant toutes binaires : non ou oui, 0 ou 1, peuvent chacune être stockées sur un bit. Ceci fait donc 12 bits de permission. On les obtient en faisant « chmod 01XXX » pour le sticky-bit en octale, « chmod 02XXX » pour pour SGID et « chmod 04XXX » pour SUID. Le 0 indique au système qu'on est en octale.

* : trop compliqués pour en parler dans ce document!

3)Avec les répertoires

a) Présentation

Les droits sont les mêmes avec les répertoires mais les effets sont un peu différents.

Pour rentrer dans un répertoire, il faut avoir le droit d'exécution dessus. Pour lire les données d'un répertoire, il faut avoir le droit de lecture et pour avoir le droit d'écrire dessus, il faut avoir le droit d'écriture et de lecture. En combinant ces droits sur un répertoire, on peut avoir des configurations assez intéressantes et surprenantes. Par exemple, une personne qui n'a que le droit d'exécution peut aller dans le répertoire « cd répertoire » mais ne peut pas y faire grand chose,. même pas lire le contenu du répertoire « ls », elle peut visualiser un fichier « cat » si elle sait qu'il y est. Une personne qui n'a que le droit de lecture ne peut se rendre sur le répertoire « cd répertoire », mais peut lire le contenu « ls répertoire ». Une personne qui n'a que le droit d'écriture ne peux rien faire a priori. Afin que le droit d'écriture soit utilisable, il faut au moins avoir les droits de lecture. Une personne qui a le droit de lecture et d'écriture sur un répertoire peut y déposer ce qu'elle veut et lire les fichiers sur ce répertoire que si elle est informée de son existence.

Avec les répertoire, on dispose de « chmod +t repertoire » (cette option modifie aussi l'attribut pour les fichiers, mais de nos jours il n'est plus utilisé) . Cette manipulation permet à tous ceux qui ont le droit d'écrire dans ce répertoire de ne pouvoir modifier que les fichiers qui leur appartiennent.

Je vous conseille de faire quelques tests afin de mieux saisir les possibilités du système!

b) mise en pratique

Créer dans votre répertoire personnel un répertoire où les visiteurs auront juste le droit d'écrire (poser) des fichiers et un autre où ils auront juste le droit de lire les fichiers.

Créer un répertoire « partage »où tout membre du groupe partage aura tous les droits. En revanche, on ne pourra modifier un fichier que s'il nous appartient. Attention, ce répertoire ne pourra être directement sur « /home » car Mandriva empêche ce genre de partage sur ce répertoire pour des questions de sécurité. Je propose par exemple « /home/tous/partage ».

4)Les ACL

http://lea-linux.org/documentations/index.php/Gestion_des_ACL

C ) Gérer les processus

Un processus est un programme, une tache qui tourne sur votre ordinateur. Comme c'est un système multi-tache, il peut en avoir beaucoup en même temps. Chaque processus est identifié par un numéro unique qui s'appelle le numéro d'identification du processus PID (Process Identifier) et qui lui est attribué par le système à sa création.

1)ps, top, kill et killall

Ce sont les commandes principales qui permettent de gérer les processus.

a) ps : voir les processus

La commande « ps » permet de visualiser tous les processus lancer depuis une fenêtre :

# ps

PID TTY TIME CMD

6897 pts/5 00:00:00 bash

7584 pts/5 00:00:00 ps

Ceci est le minimum. le processus ps lui même et la fenêtre. Heureusement, il y a d'autres options, faîtes « ps --help » ou « man ps ». Pour tout bien voir, vous pouvez essayer « ps uawx -H ». Cette commande met en évidence la notion de processus père et processus fils avec la hiérarchisation de l'affichage à droite (l'option -H). Un processus fils est un processus qui a été créé par un autre processus qui prend le nom de processus père.

Vous allez dire qu'il y en a beaucoup! Vous vouliez juste savoir si vous aviez des bash qui tournent, faîtes : « ps uawx | grep bash ». Par cette manipulation, j'ai introduit deux nouvelles notions : un tube (pipe) avec « | » et la fonction « grep ». Un tube envoie la sortie de la commande d'avant vers la commande suivante qui cette fois est « grep ». « grep » recherche dans les fichiers d'entrée indiqués (ici la sortie du ps) les lignes correspondant à un certain motif (ici bash). Il ne s'affichera donc que les lignes qui ont bash dedans.

b) Top

« top » en ligne de commande affiche en temps réel et en mode texte, les processus selon l'ordre décroissant de charge CPU. On sort de ce mode en tappant 'q' au clavier.

c) kill et killall

Les commandes « kill » et « killall » permettent de tuer les processus. Elles sont très utiles par exemple lors des phases de test d'un programme (avec une boucle infinie par exemple).

Une utilisation simple est « kill -9 PID_du_processus » pour tuer un processus et « killall nom_d_un_processus » pour tuer tous les processus de ce nom. Bien sur, vous ne pouvez tuer que les processus vous appartenant. Seul root peut tuer n'importe quel processus.

2)exécution d'une commande

Il existe 5 modes d'exécutions : le mode interactif (foreground), le mode en arrière plan (background ou asynchrone), le mode différé, le mode batch et le mode cyclique.

a) Le mode actif

C'est le mode habituel de la ligne de commande : on lance l'exécution du programme et on attend qu'il se finisse. Ceci est très intéressant si le programme interagit en nous posant des question sur ligne de commande.

On peut stopper un programme en faisant Ctrl-c (le tuer) ou le suspendre en faisant Ctrl-z. « bg » poursuit son exécution en arrière plan (background). « fg » poursuit son exécution au premier plan (foreground). Si on lance plusieurs programmes, on peut utiliser 'fg' et 'bg' avec un paramètre qui est le numéro du "job" listé par la commande « jobs ».

b) Le mode en arrière-plan

C'est le mode qui rend aussitôt le contrôle à l'utilisateur. Cette fonctionnalité est intéressante pour des tâches ne nécessitant pas d'interaction entre l'utilisateur et la tâche, comme par exemple kwrite. La commande est lancée suivie du caractère & : « kwrite & ».

Pour surveiller l'exécution de ces commandes, on dispose de « ps » ou « jobs ».

Cependant, les tâches de fond sont arrêtées dès que l'utilisateur ferme le shell. Pour assurer la pérennité de la commande, il faut la faire succéder par nohup : « nohup kwrite & ». Ce comportement peut être donné à tous programmes tournant en arrière plan si on fait « disown PID_du_programme », le PID étant donné par la commande « ps ».

La commande « wait » est là pour synchroniser des processus asynchrones. Elle fait attendre (bloque la main) que les processus lancés en tâche de fond dans cette fenêtre soient arrêtés.

c) Le mode cyclique

i) cron

L'exécution cyclique d'une tâche est réalisée à l'aide de la commande « crontab ». C'est est une commande qui vous permet d'exécuter des commandes à des intervalles de temps réguliers, avec l'avantage supplémentaire que vous n'avez pas à être connectés au système et que la sortie de ces commandes vous est envoyée par courrier électronique. « crontab » agira différemment en fonction des options :

-l : affiche votre fichier crontab courant

-e : édite votre fichier crontab (utilisation comme vi)

-r : élimine votre fichier crontab

-u <utilisateur> : applique les options ci-dessus à l'utilisateur <utilisateur>. Seul root est autorisé à faire cela.

Chaque ligne du fichier crontab est constitué de 6 champs séparés par un espace ou une tabulation. La signification des champs est respectivement la minute (0-59), l'heure (0-23), le jour du mois (1-31), le mois de l'année (1-12), le jour de la semaine (0-6, dimanche=0) et la tâche à exécuter.

C'est le démon (voir V)D) ) cron qui scrute les fichiers dans lesquels sont définies les commandes à exécuter. Ces fichiers sont dans /var/spool/cron pour tous les utilisateurs même le super-utilisateur. Mais il existe le fichier /etc/crontab :

SHELL=/bin/bash

PATH=/sbin:/bin:/usr/sbin:/usr/bin

MAILTO=root

HOME=/


# run-parts

01 * * * * root nice -n 19 run-parts /etc/cron.hourly # exécute toutes les heures + 1 min le

# contenu du réperoire /etc/cron.hourly

02 4 * * * root nice -n 19 run-parts /etc/cron.daily # tous les jours à 4h02 /etc/cron.daily

22 4 * * 0 root nice -n 19 run-parts /etc/cron.weekly # tous les dimanche à 4h22

42 4 1 * * root nice -n 19 run-parts /etc/cron.monthly # les premiers du mois à 4h42

*/10 * * * * script							# script exécuté toutes les 10 min

root peut donc mettre un fichier dans un de ces répertoires pour exécuter périodiquement une tache. On peut même rajouter un ligne qui commence par 5 astérix afin d'exécuter une tache toutes les minutes. Voici la structure d'un de ces fichiers :

#!/bin/sh => pour dire que c'est du bash


nice -n 19 ntpdate -u ntp1.tuxfamily.net # exécute ntpdate (mise à l'heure du PC) sans urgence

# voir « man ntpdate » et « nice »

Les fichiers /etc/cron.allow et /etc/cron.deny sont utilisés pour limiter l'accès à cron. Le format de ces deux fichiers de contrôle d'accès requiert un nom d'utilisateur sur chaque ligne. Les espaces blancs ne sont pas acceptés. Le démon cron (crond) n'a pas à être redémarré si les fichiers de contrôle d'accès sont modifiés. Ces derniers sont lus chaque fois qu'un utilisateur essaie d'ajouter ou de supprimer une tâche cron.

Si le fichier cron.allow existe, seuls les utilisateurs qui y sont répertoriés peuvent utiliser cron et le fichier cron.deny n'est pas pris en compte. En revanche, si le fichier cron.allow n'existe pas, les utilisateurs répertoriés dans cron.deny ne sont pas autorisés à utiliser cron.

ii) anacron

Il existe aussi anacron (utilisable que par root?) qui est un planificateur de tâches similaire à cron, sauf qu'il ne requiert pas l'exécution du système en continu. Il peut être utilisé pour l'exécution quotidienne, hebdomadaire et mensuelle de tâches généralement exécutées par cron.

Les tâches Anacron sont répertoriées dans le fichier de configuration /etc/anacrontab. Chaque ligne de ce fichier correspond à une tâche. Elles se présentent sous le format suivant:

period delay job-identifier command

period — fréquence (en jours) d'exécution de la commande

delay — temps d'attente en minutes

job-identifier — description de la tâche; utilisé dans les messages Anacron et comme nom du fichier de référence temporelle de la tâche; peut contenir tout caractère autre qu'un blanc (à l'exception des barres obliques).

command — commande à exécuter

Pour chaque tâche, Anacron détermine si la tâche a été exécutée au cours de la période spécifiée dans le champ period du fichier de configuration. Si ce n'est pas le cas, Anacron exécute la commande spécifiée dans le champ command après avoir respecté le délai d'attente spécifié dans le champ delay.

iii) exercice

Pour le fichier /home/tous/partage, enlevez le plus souvent possible les droits d'exécutions pour le groupe et les autres utilisateurs sur chaque fichier, pas les répertoires (faire « chmod --help »).

d) Le mode batch

Tandis que cron et anacron servent à programmer des tâches récurrentes, la commande at est utilisée pour programmer une tâche unique à un moment donné. La commande batch sert à programmer une tâche qui doit être exécutée une seule fois lorsque la moyenne de chargement du système descend en dessous de 0,8=80% (lorsque le système passe au moins 20% de temps à attendre qu'on lui dise de faire quelque chose).

Pour exécuter une seule fois une tâche spécifique lorsque la moyenne de chargement est inférieure à 0.8, utilisez la commande batch.

Une fois la commande batch saisie, l'invite at> s'affiche. Entrez la commande à exécuter, appuyez sur la touche et tapez Ctrl-D. Vous pouvez spécifier plusieurs commandes en entrant chacune d'elles suivie de . Après avoir tapé toutes les commandes, appuyez sur la touche afin d'afficher une ligne vide, puis tapez Ctrl-D. Un script shell peut également être saisi en appuyant sur la touche après chaque ligne du script et en tapant Ctrl-D sur une ligne vide pour quitter. Si un script est saisi, le shell utilisé est celui défini dans l'environnement SHELL (configuration de la ligne de commande, on peut connaître la notre en faisant : « echo $SHELL »  ) de l'utilisateur, le shell de connexion de l'utilisateur ou /bin/sh (celui qui est trouvé en premier). L'ensemble de commandes ou de scripts est exécuté dès que la moyenne de chargement se situe en dessous de 0.8.

Si l'ensemble de commandes ou de scripts essaie d'afficher des informations dans la sortie standard, ces informations sont envoyées par courrier électronique à l'utilisateur.

Utilisez la commande atq pour afficher les tâches en attente. L'utilisation de la commande batch peut être restreinte. Les fichiers /etc/at.allow et /etc/at.deny (comme pour /etc/cron.allow et /etc/cron.deny) peuvent servir à limiter l'accès aux commandes at et batch. Le format de ces deux fichiers de contrôle d'accès requiert un nom d'utilisateur sur chaque ligne. Les espaces blancs n'y sont pas acceptés. Le démon at (atd) n'a pas à être redémarré si les fichiers de contrôle d'accès sont modifiés. Ces fichiers sont lus chaque fois qu'un utilisateur essaie d'exécuter les commandes at ou batch.

L'utilisateur root peut toujours exécuter les commandes at et batch indépendamment des fichiers de contrôle d'accès.

D ) Arrêt et lancement des démons

http://lea-linux.org/admin/daemons.php3

1)C'est quoi un démon?

Un démon (daemon) est un processus système qui appartient soit à root, soit à un compte d'administration (daemon, mysql, apache par exemple). Les démons activent des services.

Les démons assurent des tâches d'ordre général (gestion des serveurs installés par exemple), ils sont parfois disponibles à tous les utilisateurs du système. Ils ne sont stoppés que pour arrêter un service, qu'à l'arrêt du système d'exploitation ou prendre en compte de nouveaux paramètres. Dans ce dernier cas, il faut aussitôt les remettre en marche. Cette dernière méthode permet de modifier les paramètres sans avoir à arrêter le système et le redémarrer juste après (rebooter le système).

2)En ligne de commande

On arrête un démon avec « nom_de_démon stop » et on le relance avec « nom_de_demon start », on l'arrête et on le relance directement avec « nom_de_demon restart ». Souvent, il faut rajouter le chemin devant le nom du démon : /etc/init.d/ ou rajouter la commande service devant. En fait on peut faire : « service nom_service {start|stop|restart|reload|status} » ou « /etc/init.d/nom_service {start|stop|restart|reload|status} ».

La liste des démons qui tournent se trouve dans /etc/rcX.d/ avec X le 'run levelv: 5 en interface graphique et 3 en ligne de commande. Il y a aussi .etc/xinetd.d/ où chaque démon correspond à un fichier configurable. Pour voir une liste il faut faire « ls /etc/rc5.d/ » par exemple. Avant de lancer un démon, il faut vérifier qu'il ne tourne pas déjà ! Ou tout simplement le tuer, s'il était déjà inactif, on aura un message d'erreur sans gravité, juste pour nous prévenir qu'il était déjà inactif. Ce message peut être parfois important car parfois, suite à une erreur dans les fichiers de configuration, il arrive qu'un démon lancé avec succès s'arrête immédiatement.

Pour ajouter un démon à la liste des démons à lancer au démarrage, il faut faire : « chkconfig --add le_service ». Le démon devra avant obligatoirement se trouver dans /etc/rc.d/init.d ou /etc/init.d. « chkconfig » est un programme pour gérer les démons, regardez « man chkconfig ». Une option intéressante est « chkconfig --list » qui liste les états des démons dans tous les 'run level'.

« update-rc.d » est le penchant debian de chkconfig.

3)Avec une interface graphique

Avec le Centre de contrôle Mandriva (mcc), on comprend mieux ce qui se passe car il y a en plus des explications. Dans mcc, choisissez le menu système puis, Drakxservices. Là, vous pouvez arrêter, démarrer les démons ainsi que choisir ceux qui seront lancés au démarrage. En plus vous avez un bouton information par démon.

E ) Ajouter/Enlever un programme

On peut trouver l'emplacement exact d'un programme avec « which le_programme ».

1)Avec les rpm ou deb

a) rpm

RPM signifie Red hat Paquage Manager. C'est le système de gestion de logiciel inventé par Red Hat qu'utilise Mandriva.

http://c.laloy.free.fr/howtos/linux/index_rpm.html

b) deb


c) Automatiquement

i) Avec Mandriva

Toujours avec mcc, cette fois sur le menu « gestionnaire de logiciels ». Vous pouvez soit enlever des logiciels, soit en mettre, soit en rajouter des sources de logiciels ou juste faire la mise à jour de vos logiciels.

Installons le serveur Samba que nous avons volontairement oublié lors de l'installation. On clique sur « RpmDrake : installation de paquetages logiciels » et on tape samba dans la case de recherche. On dispose alors d'un choix impressionnant de logiciels contenant le mot samba! On va cocher samba serveur. Cette action ouvrira une fenêtre pour nous signaler qu'on doit installer un(des) autre(s) rpm pour que le serveur puisse fonctionner : on accepte cette obligation. On clique sur installer et tout doit bien se passer ! Après, on ferme RpmDrake. La procédure est semblable pour enlever des rpm. Ceci se fait automatiquement car le système à une base de données qui contient tous les programmes (rpm) disponibles sur les médias d'installation.

On peut rajouter des sources (de nouveaux média avec d'autres programmes). Pour faire ceci, allons voir le site : http://easyurpmi.zarb.org/?language=fr. Rajoutons des sources disponibles, comme les sources pfl, (on pourra en ligne de commande regarder le répertoire /var/lib/urpmi/ et le répertoire /etc/urpmi). Dans mcc, toujours menu « gestionnaire de logiciels », on clique « Gestionnaire des dépôts de logiciels : choisir d'où sont téléchargés les logiciels ». Là, on peut travailler sur les sources avec les boutons de gauche. Regardons le bouton « Ajouter... ». Ca se complique! Que dit le site que nous regardons? Il donne simplement une ligne de commande! Profitons en, passons à la ligne de commande !

ii) Avec debian

Le logiciel synaptic.

d) En ligne de commande

i) Avec Mandriva

Pour travailler sur les rpm, il faut avoir un shell avec les droits administrateur.

On rentre les lignes de commande proposées par http://easyurpmi.zarb.org/?language=fr. Un long téléchargement commence : les informations sur les données disponibles. On ouvre donc un autre shell en cliquant sur la page blanche dessinée en bas à gauche de la fenêtre de shell. On se loge sous root dessus et on continue de travailler. A la fin du téléchargement, vous pouvez toujours retourner sous RPMDrak et voir les logiciels disponibles automatiquement : tapez par exemple DVD dans la recherche...

En ligne de commande on installe LinNeighborhood : « urpmi --auto-select LinNeighborhood ». L'option « --auto-select » a permis la sélection de tous les rpm dont dépend LinNeighborhood. Il existe d'autres programmes pour gérer les rpm : faîtes « rpm + tab » ainsi que « urpm +tab » et regardez. Pour plus d'information, faîtes « man le_programme_qui_vous_intéresse ». Par exemple avec « rpm -q proftpd », vous pouvez savoir si proftpd a été installé avec un rpm et quelle est sa version.

Après cette manipulation, on peut faire une mise à jour. On pourrait passer par le mode graphique, mais on va rester en ligne de commande. Nous allons commencer par créer un alias (raccourci) sous root : « alias maj='urpmi.update -a;urpmi –auto-select –auto --keep' ». Attention, parfois, il peut être utile de vérifier les mises à jour proposées, dans ce cas, le « --auto » est en trop. Nous avons défini un nouveau raccourci. Pourvoir tous ceux qui sont déjà définis, on peut faire simplement « alias ». On peut définir autant d'alias qu'on le souhaite, on peut le faire avec celui-là car il sera utile par la suite pour gérer le PC et indispensable pour une gestion à distance. On rajoute donc la ligne « alias maj='urpmi.update -a;urpmi –auto-select –auto --keep' » (sans les guillemets) dans le fichier « .bashrc » de la racine du répertoire personnel (de root ici). Pour faire la mise à jour on attend que toutes les autres installations soient achevées et on tape « maj », notre alias (comparer cette mise à jour à une mise à jour d'un système concurrent payant :-) ).


Pour enlever un rpm, on utilise la commande « urpme ».

Voir aussi : http://www.urpmi.org/fr/index.php

ii) Avec debian

Pour complètement nettoyer et refaire une installation à neuf comme s'il n'y avait rien eu avant :

apt-get clean

apt-get --purge remove ulogd

apt-get check

apt-get install ulogd


e) Réparation de la base de données des programmes installés

La gestion des rpm se fait avec une base de données qui contient à la fois les rpm disponibles (en fonction des sources choisies) et les rpm installés. Il se peut qu'il y ait un plantage lors de la manipulation de ces bases de données (alimentation, crash disques dur...). La base de données est donc détériorée.

La commande à utiliser est :

# rpm --rebuilddb

Parfois ceci ne suffit pas, l'expérience dit qu'on peut alors faire avant une des deux (voir les deux ?) instructions suivantes :

updatedb

rm -fr /var/lib/rpm/__*

voir : http://c.laloy.free.fr/howtos/linux/index_rpm.html

Parfois, il se peut (si on utilise la version de test de Mandriva, comme moi : la cooker), que urpmi soit mort... Heureusement, il existe aussi sous Mandriva smart (qui vient de connectiva) qu'il faudrait avoir installé avant que urpmi soit cassé pour l'utiliser après :

smart update

smart upgrade

On peut aussi avoir l'information sur l'ordre des rpm installés :

rpm -qa --qf '%{installtime} %{installtime:date} %{name}-%{version}-%{release}\n' | sort -n

f) Comparaison de systèmes : correspondance des commandes URPMI / APT / emerge

Nous espérons que ce petit tableau vous permettra de passer facilement de Mandriva à Debian ou inversement.

Sur Gentoo, le parametre nom du package peut être :

un nom simple (xfree)

un nom avec categorie (x11-base/xfree)

un fichier ebuild (/usr/portage/x11-base/xfree/xfree-4.3.0-r3.ebuild)

un package binaire precompile (/usr/portage/packages/x11-base/xfree-4.3.0-r3.tbz2)

un masque (<x11-base/xfree-4)

Description

Debian

Mandriva

Gentoo

Installer un package

apt-get install nompackage

urpmi nomdupackage

emerge nomdupackage

Installer un package manuellement, sans gérer les dépendances

dpkg -i nompackage.deb

rpm -ivh

emerge --nodeps nomdupackage

Rechercher des packages par mot-clés

apt-cache search motclé1 [motclé2 ...]

urpmq motclé1 [| grep motclé2...]

emerge search expressionreguliere

Afficher des informations détaillées sur un package (pas forcément installé)

apt-cache show nompackage

urpmq -i nomdupackage

emerge search expressionreguliere

Supprimer un package

apt-get remove [--purge] nompackage

urpme nomdupackage

emerge unmerge nomdupackage

Afficher la liste des packages installés

dpkg -l [masque]

rpm -qa

equery list -i \*

Afficher les fichiers contenus dans un package

dpkg -L nompackage

dpkg –contents nompackage

rpm -ql nompackage

equery files nomdupackage

Rechercher de quel package provient un fichier

dpkg -S fichier si installé
apt-file search fichier sinon
apt-file n'est pas installer par défaut

rpm -qf fichier
si installé
urpmf fichier sinon

equery belongs fichier

Mettre à jour la base de données des packages

apt-get update

urpmi.update -a

emerge sync

Pour mettre à jour les packages installés

apt-get upgrade

urpmi --auto-select


Pour mettre à jour la distribution vers une plus récente, ou pour des modifications plus profondes (Par exemple, XFree sera remplacé par Xorg)

apt-get dist-upgrade



Mettre à jour tous les packages du système

apt-get dist-upgrade

urpmi --auto-select

emerge -uD world

fichier contenant la liste des sources pour mettre à jour la base de données des packages

/etc/apt/sources.list

/etc/urpmi/urpmi.cfg

à modifier avec
urpmi.addmedia
urpmi.removemedia
urpmi.setup (graphique)
à lire avec
urpmq --list-url

/etc/make.conf

marquer un package pour ne pas qu'il soit mis à jour

echo nompackage hold | dpkg --set-selections

echo nomdupaquet >>
/etc/urpmi/skip.list

On l'ajoute a
/etc/portage/packages.mask avec sa version précise (exemple: si on veut avoir Apache 1.x et non pas 2.x, on peut mettre >net-www/apache-2.0 dans le fichier).

Interface GUI

synaptic

rpmdrake


Sources : http://linux.ensimag.fr/urpmiapt.html

Mise à jour d'une debian automatiquement avec cron-apt ou apt-cron

2)Sans les rpm

Il est bien sur possible d'installer des programmes sans rpm. Certains sont livrés autoextractables avec un exécutable qui pose deux-trois questions avant de s'installer. Souvent, lors de l'extraction il y a des fichiers du style « README » à lire avant.

Parfois, on ne récupère que les sources (c'est de plus en plus rare), il faut alors compiler soit même le programme. Dans ce cas, il faut avoir installé les bons logiciels (un compilateur C/C++ la plupart du temps) et les bonnes librairies.

F ) Configuration des serveurs

Quelque soit la manipulation que nous souhaitons faire ici, il est INDISPENSABLE d'avoir les droits administrateurs pour les faire.

Il y a bien sur dans mcc ou d'autres logiciels parfois très bien faits la possibilité d'avoir des GUI (interface graphique utilisateur) pour configurer les serveurs, mais je pense qu'il est plus puissant de le faire à la main. Bien qu'au début ce soit un peu rébarbatif, finalement, on trouve rapidement que c'est plus rapide et plus puissant à la main. Un autre intérêt est la possibilité de faire les modifications à distance sans GUI. Nous allons voir par la suite plusieurs exemples.

Dès qu'on modifie les fichiers de configuration à la main, il ne faut pas oublier d'arrêter et relancer le démon associé pour que la nouvelle configuration soit effective « /etc/init,d/nom_de_demon restart » . Avec Linux, il n'y a pas besoin d'arrêter la machine et de redémarrer la machine !

Les serveurs de réseau et les services sont des programmes qui permettent à un utilisateur distant de devenir utilisateur de votre machine. Les programmes serveurs sont à l'écoute des ports réseau. Les ports réseau permettent de demander un service particulier à un hôte particulier et de faire la différence entre une connexion telnet entrante et une connexion ftp entrante. L'utilisateur distant établit une connexion réseau avec votre machine puis le programme serveur, ou démon de réseau, à l'écoute du port, accepte la connexion et s'exécute.

Pratiquement chaque serveur à un port, qui lui est attribué. Lors d'une connexion à un ordinateur hôte, il est nécessaire de spécifier l'adresse de cet hôte mais aussi son port. Le numéro de port va spécifier quel service de cet hôte vous voulez utiliser. Par exemple, le port pour une communication Telnet est 23, celle pour une communication HTTP est 80... Mais rassurez-vous, le choix du port est aujourd'hui dans la plupart des cas automatique.

Afin de savoir quel service est associé à quel port pour votre ordinateur, regarder le fichier /etc/services .

G ) Mettre le serveur à l'heure

La notion d'heure pour des équipements informatiques (serveurs, stations de travail, PCs, MACs...) est importante, ne serait-ce que pour le datage des fichiers. Bien qu'utilisant des oscillateurs à quartz il faut les remettre à l'heure régulièrement sinon ils dérivent comme toute montre ordinaire. Ce problème s'accentue dans le cas d'équipements en réseau qui se retrouvent rapidement avoir tous des heures différentes bien que partageant de plus en plus souvent les mêmes systèmes de fichiers...

Pour ceci, il existe le protocole NTP (Network Time Protocole) qui permet à un ordinateur de synchroniser son horloge sur un ordinateur de précision plus élevé. Vous pouvez trouver la liste des serveurs français sur : http://www.cru.fr/NTP/serveurs_francais.html . Attention, vous ne pouvez vous synchroniser que sur des serveurs secondaires (strate 2) car les serveurs primaires (strate 1) sont destinés à synchroniser essentiellement les serveurs de strate 2 publics, à la rigueur des serveurs de sites importants (plusieurs centaines de clients locaux) mais pas des "petits" serveurs voire des clients terminaux...

Vous devez installer le rpm ntp : « urpmi ntp » ou « apt-get install ntpdate » puis faire une mise à l'heure : « ntpdate pool.ntp.org ». Cette méthode, bien qu'efficace, n'est pas satisfaisante car elle doit être effectuée à la main. Nous pouvons mettre cette commande dans un des répertoire /etc/cron.* en fonction de la période de raffraichissement que nous voulons avoir.

Voir au XVII) la configuration d'un serveur ntp et plus d'informations sur le sujet.

http://alexandre.alapetite.net/iup-gmi/ntp/

H ) Plantages?

1)En sortir

http://petitjournal.org/index.php?page=5035 et http://www.linux-france.org/article/cesar/index.php?page=5035

Pour sortir des plantages (souvent dus au serveur X ou aux applications graphiques) nous disposons de plusieurs possibilités :

Revenir dans une fenêtre texte avec Ctrl-Alt-FX (X entre 1 et 6)

si le plantage du serveur X plante même le clavier : un ssh à partir d'un PC voisin

Il reste aussi une solution ... pour éviter le RESET sauvage, les MagicSysReq

(option CONFIG_MAGIC_SYSRQ=y dans la config du noyau)


ALT+Touche Systeme (Impr. Écran) + R ()

ALT+Touche Systeme (Impr. Écran) + S (synchro des disques)

ALT+Touche Systeme (Impr. Écran) + E

ALT+Touche Systeme (Impr. Écran) + I

ALT+Touche Systeme (Impr. Écran) + U (démontage)

ALT+Touche Systeme (Impr. Écran) + B (reboot)


Pour résumer, en cas de plantage grave de votre machine, il suffit de faire [Alt][Syst][s] pour refermer les fichiers ouverts (on entend le disque dur travailler un court instant), suivi d'un [Alt][Syst][u] pour démonter les partitions, puis [Alt][Syst][b] pour redémarrer...


(description plus complète sur /usr/src/linux/Documentation/sysrq.txt si les sources du noyau sont installées).

2)Pourquoi ?

Une des raisons de plantages réguliers avec erreur sur les partitions des disques durs peut être une barrette de RAM défectueuse. Pour tester cela, vous pouvez installer memtest86 : « urpmi memtest86 » qui s'exécute lors du boot (choix proposé par LILO ou Grub). Il est aussi possible que le disque dur soit mort, avant de le jeter essayez tout de même un formatage bas niveau du disque dur avec lformat par exemple ou un ultilitaire du genre ultimat boot cd : http://www.ultimatebootcd.com/ .

VI ) Le réseau

http://www.cryptos.ch/spip.php?article38

ifup eth1 : lancer l'interface eth1

ifdown eth1 : arrêter l'interface eth1

A ) Les adresses réseau.

Il va falloir attribuer une "adresse" unique à une carte réseau afin de permettre aux ordinateurs de communiquer. Cette adresse correspond à une norme (IPv4) définie dans les protocoles de communication TCP/IP. Elle est constituée de 4 séries d’au maximum 3 chiffres séparés par un simple point et allant de 0 à 255, comme ceci :

xxx.xxx.xxx.xxx

En fait on n’utilise pas 255 qui sert de masque et 0 non plus d’ailleurs, donc on va de 1 à 254.

Dans un réseau, un ordinateur est donc désigné par l’adresse attribuée à sa carte ethernet.

Certaines adresses sont réservées à certains usages. Par exemple "127.0.0.1" : il s’agit de l’adresse de "bouclage" ou "rebouclage" et représente l’ordinateur lui-même. Les adresses sont réparties en "classes". Une classe d’adresses est réservée aux réseaux locaux c’est à dire des adresses ne devant pas être diffusées sur Internet.

Les classes peuvent être 10.0.0.0 à 10.255.255.255 (10/8 prefix), 172.16.0.0 à 172.31.255.255 (172.16/12 prefix) et 192.168.0.0 à 192.168.255.255 (192.168/16 prefix). C’est 192.168.0.0 dont on se servira. Elle est répertoriée comme "classe C". On n’utilise pas une adresse qui se termine par 0 pour adresser une machine car cette adresse désigne le réseau lui-même. Ainsi dans le réseau 192.168.0.0 la première adresse utilisable est 192.168.0.1 et la dernière 192.168.0.254

Attention d’autres adresses ou classes sont réservées :

Les détails par ici, par et par là aussi

Revenons à notre petit réseau.

B ) Attribuer une adresse à la carte ethernet.

La première interface réseau de l'ordinateur sera appelée sous Linux "eth0", la deuxième "eth1" etc... Nous allons donc attribuer une adresse locale (par exemple 192.168.0.1) à eth0, notre carte ethernet.

Ouvrir un terminal, passer sous root :

$ su
Passwd:xxxxxxxx
# ifconfig eth0 192.168.0.1 netmask 255.255.255.0

C’est fait, si on tape (sous root) "ifconfig" on peut voir ses différentes interfaces réseau et leurs configurations. Pour qu’ elles soient conservées au redémarrage de la machine il faudra que cela soit inscrit définitivement dans un fichier de configuration : voir le paragraphe "5. Les fichiers"

On peut faire la même chose sous Mandriva en passant par le Centre de Contrôle —> Réseau et Internet —> Reconfigurer une interface réseau. Dans "périphérique sélectionné" choisir eth0, dans l’onglet "TCP/IP", "protocole" choisir statique, remplir le champ adresse avec 192.168.0.1 (dans notre exemple mais on peut en prendre une autre), dans "masque de sous-réseau" on doit avoir 255.255.255.0 et dans "passerelle" rien, pour l’instant nous n’ avons pas partagé notre connexion internet. On peut aller dans l’onglet "options" pour choisir les options qui nous conviennent ; dans l’onglet information on peut lire les renseignements sur sa carte et plus particulièrement son adresse matérielle ou adresse MAC qui est unique pour chaque carte (ifconfig donne ce renseignement sous "HWaddr") .Ok. Le fichier de configuration est alors écrit.

C ) Les fichiers

1)Sous Mandriva

On peut vérifier que ce paramétrage sera bien pris en compte (et conservé lors du redémarrage) dans le fichier /etc/sysconfig/network-scripts/ifcfg-eth0 (pour la carte eth0, ifcfg-eth1 pour la carte eth1 etc...). Il doit ressembler à cela (on peut évidemment le remplir à la main si on n’utilise pas le centre de contrôle de Mandriva, les lignes marquées d ’un # sont des commentaires) :

networkDEVICE=eth0
BOOTPROTO=static
#protocole statique par opposition à DHCP qui négocie seul l'attribution des adresses
IPADDR=192.168.0.1
#adresse ip choisie
NETMASK=255.255.255.0
# c'est le masque de sous-réseau, il comporte les 254 adresses de cette classe.
NETWORK=192.168.0.0
# c'est le réseau lui-même d'ou le 0 à la fin.
BROADCAST=192.168.0.255
#diffusion en français. Indique en liaison avec le masque de sous-réseau que la plage de diffusion se fait pour les machines 192.168.0.1 à 192.168.0.254
ONBOOT=yes
# on lance l'interface au démarrage
HWADDR=xx:xx:xx:xx:xx:xx
# adresse MAC
METRIC=10
# etc... selon les options choisies

2)Sous debian

http://linux.developpez.com/faq/?page=configdebian#debnetconf

http://www.debian.org/doc/manuals/reference/ch-gateway.fr.html

Pour toute machine située dans un réseau local ou derrière un routeur, la configuration passe principalement par le fichier /etc/network/interfaces dont voici un exemple :

auto eth0

iface eth0 inet dhcp

pre-up ifconfig eth0 hw ether 00:60:08:11:51:D7

up /etc/init.d/firewall start


auto eth1

iface eth1 inet static

address 192.168.2.1

netmask 255.255.255.0

broadcast 192.168.2.255


Chaque interface réseau doit être activée par la ligne "auto ethX". Ce fichier est pour une passerelle, internet étant sur eth0 et le réseau interne sur eth1. Les 2 exemples présentés montrent une configuration en IP statique pour eth1, les paramètres parlent d'eux-mêmes, et eth0 est quant à elle configurée en DHCP pour acquérir ses paramètres automatiquement. L'interface locale quant à elle a la configuration particulière "loopback". La ligne "up" suivie du nom d'un script iptables permet de démarrer automatiquement le firewall dès que l'interface réseau est configurée, ce qui permet d'avoir une protection immédiate et de ne pas laisser le réseau une seule fraction de seconde sans défense. C'est le meilleur endroit pour placer votre script iptables. Plutôt que d'éditer le fichier à la main, vous pouvez lancer l'assistant de configuration en mode console par la commande dpkg-reconfigure etherconf.

Il y a aussi avec les commandes ethtools ( apt-get install ethtool ) mii-tool ( apt-get install nettools ) net-tools) et mii-diag ( apt-get install mii-diag ).

Si on reçoit internet par une interface configurée en static, alors il est important de mettre en paramettre une autre ligne qui défini le routeur pour aller vers le net (ici 192.168.1.1) :

gateway 192.168.1.1


Une fois le fichier interfaces modifié, vous devez réinitialiser le réseau par la commande /etc/init.d/networking restart pour que la nouvelle configuration soit prise en compte.


Pour une configuration en IP statique, n'oubliez pas d'indiquer les serveurs de résolution de nom dans le fichier /etc/resolv.conf (cf. Q/R sur la configuration générale du réseau).


Dans le cas d'une connexion PPPoE (par exemple si votre carte réseau est directement connectée à un modem ADSL), utilisez le script pppoeconf qui écrira les bonnes options dans les fichiers de configuration adéquats.


D ) Un nom d’ hôte

Pour changer le nom de la machine jusqu'au prochain allumage :

hostname ton_nouveau_nom

Seulement ça n’est pas tout, si on veut conserver notre nom d’hôte dans notre prompt et ne pas se retrouver avec un "localhost" au prochain redémarrage il faut affecter à la machine la variable HOSTNAME.

Attention : en fin de manipulation, pensez dans ce cas à bien informer /etc/hosts :

127.0.0.1 localhost ton_nouveau_nom

1)Sous Mandriva

on va donc le faire (sous root avec l’éditeur de votre choix) dans le fichier /etc/sysconfig/network comme ceci (# indique des commentaires)

HOSTNAME=ton_nouveau_nom #voici la ligne à ajouter
NETWORKING=yes #ça y était déjà

On enregistre (attention il est prudent avant de modifier un fichier d’en faire une copie avec une extension *.bak ou *.old : en cas d’erreur il sera facile de revenir en arrière).

Dans les nouvelles versions de Mandriva (2007 et plus récent), on peut modifier le fichier /etc/rc.d/rc.sysinit :

#HOSTNAME=`/bin/hostname`

HOSTNAME= ton_nouveau_nom

On commente la première ligne pour la remplacer par la seconde. Cependant, une modification dans /etc/sysconfig/network est prioritaire.

On relance les services réseaux (toujours sous root bien sûr) :

# service network restart

Vous pouvez constater qu’en ouvrant une console l’invite a changé et contient désormais votre nom de machine. Si vous redémarrez vous conservez ce nom. La commande "hostname" permet aussi d’afficher le nom d’hôte défini dans la variable HOSTNAME.

Ceci dit, beaucoup de programmes fonctionnant avec le nom de l'ordinateur, il est préférable de rebooter après pour être sûr que tout soit bien configuré.



À tester :

Bon je fais un copier-coller de la console de ma machine, sans relance 
de session, sous root pour avoir tout (c'est rigolo) :
***********************************
[root@gaia andre]# /bin/hostname
gaia.terre
[root@gaia andre]# /bin/hostname essai.bete
[root@gaia andre]# /bin/hostname
essai.bete
[root@gaia andre]# cat /etc/HOSTNAME
gaia.terre
****************************
mais c'est pas tout :
*****************************
[root@gaia andre]# env | grep -i hostname
HOSTNAME=gaia.terre
[root@gaia andre]# hostname
essai.bete
**********************
retour au point de départ :
**********************
[root@gaia andre]# /bin/hostname gaia.terre
[root@gaia andre]# hostname
gaia.terre
[root@gaia andre]# cat /etc/HOSTNAME
gaia.terre
*****************



2)Sous debian

Pour debian, voir : /etc/hostname qui ne contient qu'un mot, le mon du PC !

E ) Les adresses des PC du réseau

En pratique et pour la suite il serait utile de configurer aussi un nom de machine ou nom d’hôte pour les PC du réseau. Celui-ci se trouve dans le fichier /etc/hosts et se présente en 3 zones ainsi :

127.0.0.1 'nom'        'alias'

"nom" correspond à "nom_de_machine.nom_de_réseau.nom_de_domaine" ; "alias" est généralement le nom seul de la machine. Le nom de réseau peut être ce qu’on veut dans la mesure où son utilisation n’est que locale.

On peut modifier ceci directement sous root en éditant le fichier /etc/hosts (chaque zone est séparée par un espace) ou avec le centre de contrôle —> Réseau et Internet —> gérer les définitions d’hôtes.
On sélectionne l’adresse IP puis on modifie le nom d’hôte et les alias (interface avec plusieurs champs pour faciliter les choses), par exemple

127.0.0.1 localhost.localdomain localhost
# cas d'une machine non connectée en réseau

Il peut y avoir plusieurs hôtes : 127.0.0.1 (la boucle locale) sera appelée localhost.localdomain avec comme alias localhost ; 192.168.0.1 (l’adresse de notre interface réseau - eth0- sera appelée par le nom de notre machine dans notre réseau et domaine. Une seule interface par ligne. Par exemple :

127.0.0.1 localhost.localdomain localhost
#notre carte réseau(eth0) qui sera aussi le nom de notre serveur sur le réseau.
192.168.0.1 serveur.chezmoi.fr serveur
#etc... pour les autres machines du réseau en utilisant l'adresse IP attribuée à leur carte réseau et leur nom d'hôte complet.

On fait la même chose pour les différentes machines de notre réseau en évitant bien sûr de leur affecter la même adresse et le même nom de machine (à part localhost qui correspond à la boucle locale : une machine est toujours 127.0.0.1 localhost pour elle-même). Il serait en revanche logique dans notre cas de leur affecter les mêmes réseau et domaine. Par exemple pour la première machine :

#La boucle locale
127.0.0.1 localhost.localdomain localhost
#Carte réseau et donc nom de cette machine sur notre réseau privé
192.168.0.10 client1.chezmoi.fr client1
#Le serveur
192.168.0.1 serveur.chezmoi.fr serveur
# etc... pour toutes les machines du réseau.

Ça n’est bien sûr pas indispensable mais ça va être pratique pour nommer les machines "humainement" dans un réseau, parce que franchement 192.168.0.1, 192.168.0.10 etc... on peut constater que l’esprit humain n’est pas très fort à mémoriser ce genre de truc. C’est à cela que sert le fichier /etc/hosts, ce fichier devra être dupliqué sur tous les ordinateurs du réseau. C’est ici qu’on listera les autres machines faisant partie de notre réseau donc autorisées. Une ligne par machine en commençant par l’adresse et ceci sur chaque machine du réseau. Nous (les humains) pourrons ainsi, grâce à cette correspondance, désigner les machines par leurs noms et pas uniquement par leurs adresses IP.

On peut également voir des fichiers hosts.deny et hosts.allow qui permettent d’affiner respectivement les interdictions et autorisations de connexions, nous aurons l’occasion d’en reparler par la suite.

Une dernière chose : si nous considérons que notre machine 192.168.0.1 est celle qui va contenir les fichiers à partager et que nous utilisons donc comme serveur, les autres étant clientes, il est préférable d’affecter à cette tâche la machine la plus puissante.

Pour vérifier si le réseau est fonctionnel on utilise la commande ping dans un terminal pour voir si les machines répondent :

$ ping 192.168.0.1

Et ainsi de suite pour les autres machines. Pour arrêter le processus [Ctrl-c].

Voilà une fois cela fait on devrait être prêt pour choisir un protocole de communication et le mettre en place.


Il est aussi possible de définir un serveur DNS pour le réseau local. Cette manipulation, bien que plus lourde à mettre en oeuvre, simplifiera la maintenance du réseau.


$ nmap -sP 192.168.0.*

Cette commande vous informera de tous les PC présents sur votre réseau,

F ) Changer la mac adresse

http://newbie.opentech.be/forum/viewtopic.php?t=44

Pour certaines raisons tout à fait louable, il peut parfois être nécessaire de devoir changer la mac adresse de sa carte réseau.

Avec debian, voila comment changer cela au démarrage et donc faire "comme si" le changement était définitif en utilisant la directive pre-up de /etc/network/interfaces :

# le fichier /etc/network/interfaces
auto eth0
iface eth0 inet static
pre-up ifconfig eth0 hw ether 0A:0B:AA:89:68:34
address 192.168.0.10
netmask 255.255.255.0
gateway 192.168.0.1

VII ) ftp

A ) La configuration du serveur

ftp est un protocole de transfert de fichiers (File Transfert Protocole) qui permet d'échanger des fichiers entre ordinateurs.

Le serveur ftp se configure avec le fichier /etc/proftpd.conf car nous avons choisi le serveur ftp proftpd. Il existe aussi wu-ftp qui avait plus de failles de sécurités. Le rpm étant déjà installé (en cas de besoin : « urpmi proftpd », on n'a plus qu'à configurer le système. puis relancer le démon : « /etc/init.d/proftpd restart »( Utilisation : /etc/init.d/proftpd {start|stop|status|restart|reload|resume|suspend} ).

Parfois, les personnes auxquelles on donne un accès ftp n'ont peut-être pas besoin d'accéder à d'autres services sur le PC. Par exemple, elles n'ont peut-être pas besoin de se loger, d'avoir accès à la ligne de commande. Par sécurité, on peut donc leur enlever ce droit. Ceci se fait en choisissant un shell spécial : /bin/false. Et pour que cette option puisse se paramètrer en ligne de commande (sans rentrer manuellement dans le fichier /etc/password), il faut rajouter la ligne /bin/false dans /etc/shell si elle n'y est pas.


Pour plus de renseignements sur , voir /etc/proftpd.conf :http://linux.tnc.edu.tw/techdoc/proftpd-userguide/userguide.html ou http://matthieu.bouthors.org/wiki/doku.php?id=linux:proftpd


Voici un exemple commenté de fichier :

# Cette ligne, comme toutes celles qui commencent par un dièse (#), est un commentaire

# Les commentaires seront placés devant les paramètres

# Le nom du serveur. C'est le nom qui s'affiche lors de la connexion d'un client.

ServerName "Troumad"

# Le démon ftpd sera toujours actif et c'est lui qui répondra aux sollicitations des clients FTP.

# Un autre réglage pourrait être xinetd pour que ce soit xinet qui,

#à la demande du client ne réveille le démon.

ServerType standalone

# c'est pour des hôtes virtuels je/nous n'en sommes pas là.

DefaultServer on

# C'est pour autoriser les clients à reprendre un téléchargement vers le serveur.

AllowStoreRestart on

# on pourrait changer le port, mais bon..., c'est le port 21 qui normalement sert au ftp

Port 21

# Umask 022 est un bon standard : On enlève les droits d'écriture au groupe et aux autres

Umask 022

# Nombre à limiter pour la sécurité

MaxInstances 30

# L'utilisateur normal est nobody, son group est nogroup. nobody est fait pour ça.

User nobody

Group nogroup

<Limit LOGIN> # Qui peut faire du ftp?

DenyAll # personne, obligatoire pour ici, pour d'autres services ce n'est pas le cas

AllowGroup ftp # sauf les membres du groupe ftp

</Limit> # c'est juste une protection...

# les clients authentifiés ont le droit de mettre à jour leurs fichiers

<Directory /*>

AllowOverwrite on

</Directory>

#Pour permettre aux "anomymes" de se connecter décommenter les lignes suivantes

#<Anonymous ~ftp> # configuration de base, permettant le téléchargement à partir du rép. /var/ftp

# User ftp

# Group ftp

# UserAlias anonymous ftp

# MaxClients 10 # 10 connexions maxi en anonymous

# RequireValidShell off

# AnonRequirePassword off # pas de mots de passe valide

# <Limit WRITE>

# DenyAll # sans droits d'écriture.

# </Limit>

# <Directory depot/*> # répertoire de dépot

# <Limit READ>

# DenyAll # on ne peut pas lire

# </Limit>

# <Limit STOR>

# AllowAll # mais écrire

# </Limit>

# </Directory>

#</Anonymous>

# Needed for NIS.

PersistentPasswd off

# Message de bien-venue lors de l'identification (%u donne le nom de l'utilisateur)

AccessGrantMsg "Bienvenue %u chez Troumad"

DeferWelcome off

# Message qui s'affiche en ligne de commande au début de la communication

ServerIdent on "Serveur FTP Troumad prêt"

AllowForeignAddress on

# Chemin par défaut pour tous (personne de désigné) sauf moi (il y a un '!' devant mon nom)

# on peut mettre aussi bien des groupes que des utilisateurs.

# Tous, sauf moi, auront donc un chemin par défaut le répertoire public_html dans le répertoire

# personnel, et ne pourront voir ce qu'il y a plus vers la racine.

DefaultRoot ~/public_html !troumad

DefaultRoot / troumad

Ne pas oublier de relancer le démon après chaque modification du fichier de configuration afin qu'elles soient prises en compte.

B ) Certificat SSL

http://www.modssl.org/docs/2.8/ssl_faq.html#ToC27

http://lea-linux.org/reseau/proftpd.html


en premier lieu il te faut créer un CA:

1) mkdir /var/myca
  cd /var/myca

2) créer un nouveau CA:
/usr/share/ssl/misc/CA.sh -newca
cela va créer demoCA/cacert.pem et demoCA/private/cakey.pem (certificat CA and clef privée)

3) Faire le CSR du serveur:
openssl req -newkey rsa:1024 -nodes -keyout newreq.pem -out newreq.pem

4) signer avec le certificat CA:

/usr/share/ssl/misc/CA.sh -sign

5) Puis deplacer les certificats dans les repertoire voulus:

cp demoCA/cacert.pem /usr/var/proftp-data/cacert.pem
% mv newcert.pem /usr/var/proftp-data/servercrt.pem
% mv newreq.pem /usr/var/proftp-data/serverkey.pem
% chmod 400 /usr/var/proftp-data/serverkey.pem

Répéter les étapes 3), 4) et 5) pour le client et le tour est joué

C ) gproftpd

Il existe une interface graphique pour proftpd : gproftpd. Elle s'installe avec « urpmi gproftpd » et se lance par« gproftpd ». Son utilisation semble simple quand on sait ce qu'on souhaite.

VIII ) ssh

A ) Présentation

Tout d'abord, qu'est-ce que ssh. Principalement ce sont deux exécutables, un serveur (sshd) et un client (ssh), qui permettent d'ouvrir une console distante (à la manière de telnet), de manière sécurisée. D’autre part Il permet également la copie de fichier d'une machine à une autre (sans partage de disque!) à l'aide de scp, le tunelling sécurisé de port TCP, et peux même compresser les données ainsi transmises (utile sur des lignes à faible débit) ou rediriger les requêtes X, permettant par là même affichage d'une application sur une machine distante.


SSH signifie Secure SHell. C'est un protocole qui permet de faire des connexions sécurisées (i.e. cryptées) entre un serveur et un client SSH. Nous allons utiliser le programme OpenSSH, qui est la version libre du client et du serveur SSH.

Un serveur ssh est très important car il permet de prendre le contrôle de la machine à distance : d'avoir la main en ligne de commande. Il y a aussi le protocole telnet qui marche très bien mais pour des raisons de sécurité, il est devenu obsolète. ssh est choisi car les transferts de données sont codés : les mots de passe ainsi que les informations ne circulent pas en clair sur le réseau.

Comme on l'a vu ci-dessus, ssh permet de se connecter à une machine distante. Cela nécessite donc une identification et une authentification (un compte valide doit donc exister sur la machine distante).

B ) Installation

Pour l'installer, il faut faire « urpmi openssh-server » ou « urpmi ssh-server ».

Le fichier de configuration du serveur est /etc/ssh/sshd_config , celui du client est /etc/ssh/ssh_config. Le démon est /etc/init.d/sshd (Utilisation : /etc/init.d/sshd {start|stop|restart|reload|condrestart|status}) . Voici un exemple commenté :

#Port 22 # port par défaut

Protocol 2,1 # choix entre les protocoles 1 et 2

PermitRootLogin no # surtout interdire à root de pouvoir faire directement un accès en ssh

# On peut tout de même prendre le contrôle administrateur en faisant su

# ceci est plus sécurisant car le « su » laisse plus de trace dans les log

X11Forwarding yes # on peut renvoyer l'affichage

UsePrivilegeSeparation yes

#Compression yes # en plus d'être codé, le ssh est comprimé.

# ssh offre en plus la possibilité de faire du sftp, un protocole semblable à ftp,

# mais cette fois, c'est codé et compressé

Subsystem sftp /usr/lib/ssh/sftp-server

# Une protection pour ne permettre l'accès qu'à certaines personnes en ssh.

#DenyGroups * # interdire tous les groupes cités

#AllowGroups * # permettre à tous les groupes cités, ceci interdit l’accès aux autres

#DenyUsers * # interdire tous les utilisateurs cités, les autres sont autorisés

AllowUsers troumad cjm # cette ligne ne permet qu'aux deux comptes cités de pouvoir se loger

# et du même coup elle interdit aux autres l’accès au serveur ssh

# donc le DenyUsers devient inutile (comme avec les groupes)

Ne pas oublier de relancer le démon après chaque modification du fichier de configuration afin qu'elles soient prises en compte.

Pour utiliser ssh, il faut en ligne de commande faire « ssh login@serveur ». Après avoir tapé le mot de passe on a une ligne de commande sur le serveur.

C ) Utilisation

Pour l'identification, l'identité du compte (nom d'utilisateur) à utiliser sur la machine distante est envoyé au serveur distant (nom d'utilisateur). Par défaut, l'identité de la machine cliente est utilisé, sinon pour en stipuler un, il y a deux manière de l'écrire (qui sont équivalentes), soit par l'option -l, soit dans l'URL (adresse) du serveur avec un @ (à la manière des courriels). Les deux exemples ci-dessous sont donc identiques :


ssh -l jean monserveur.com

ssh jean@monserveur.com


Pour l'authentification , il y a (au moins) deux méthodes.


La première, classique, et que certains d'entre vous utilisent déjà, consiste à donner le mot de passe. Le serveur sshd va utiliser ce mot de passe (qui transite de manière cryptée, bien évidemment) pour s'identifier sur le système distant. Cela signifie donc que vous pouvez avoir des identités et des mots de passes différents sur les deux systèmes. L'avantage, c'est que mis à part le post-it collé sur votre écran , personne ne devrait arriver à découvrir le mot de passe, même en cas de compromission du poste client (le poste serveur ou distant, c'est une autre affaire). Le désavantage, c'est que cela demande de se souvenir d'un nième mot de passe et bien évidemment une interaction (quid des scripts etc... ?). Pour palier à ce problème, il y a une autre méthode d'identification.


Nb : comme je travaille sur plusieurs PC, afin d'identifier facilement sur lequel je suis, j'ai modifié le fichier « /etc/bashrc » afin qu'il mette en couleur le nom du PC : http://troumad.free.fr/Linux/prompt.zip . Ce fichier est automatiquement pris en compte par votre fichier .bashrc grâce aux lignes suivantes :

# Source global definitions

if [ -f /etc/bashrc ]; then

. /etc/bashrc

fi

D ) Ouverture de sessions graphiques

Si dans une fenêtre texte logée par ssh sur un autre PC, on lance une application graphique, cette dernière va s'afficher sur notre écran et sera exécuté sur l'autre PC. Ceci peut être pratique pour exécuter « mcc » afin de réparer graphiquement un PC dont l'interface graphique est inactive (window manager planté, serveur sans écran... ). Le réseau interne doit être protégé si on travaille sous telnet car tout passe en clair. De façon générale, il est conseillé, même pour un réseau interne de travailler sous ssh.

Pour y arriver on doit configurer le serveur en activant cette ligne dans /etc/ssh/sshd_config :

X11Forwarding yes # on peut renvoyer l'affichage

Le client, lui doit avoir la ligne suivante dans /etc/ssh/ssh_config :

ForwardX11 yes

Ceci peut se faire même en dehors d'un réseau local, mais la vitesse de connexion limite les transferts de manière radicale !

E ) Génération des paires de clef privée/publique

http://www.linux-france.org/prj/edu/archinet/systeme/x2500.html

La méthode par clef publique (la serrure), et clef privée (la clef). Dans ce mode, la clef publique est réellement à l'image d'une serrure, il faut la copier (ou l'installer) sur le serveur distant. La clef privée sera ensuite utilisée (comme une clef sur une serrure) pour s'identifier auprès de ce serveur. Il est donc important de protéger sa clef privée. Pour générer une paire de clef privée/publique, il faut utiliser l'utilitaire ssh-keygen. La commande suivante devrait créer une paire de clef publique/privée rsa de 1024 bits (par défaut) :

ssh-keygen -t rsa

Dès ce moment, deux fichiers sont créés dans le répertoire (caché) $HOME/.ssh :

id_rsa, qui contient la clef privée

id_rsa.pub qui contient la clef publique

Il est donc IMPORTANT que ce répertoire (.ssh) soit accessible en lecture/écriture UNIQUEMENT par l'utilisateur de ce répertoire, et interdit aux groupes (group) et aux autres (others)! Sans quoi il est facile de voler la clef privée.


Bon, petite précision ici. Lors de la génération de la clef, ssh va vous demander une "passphrase". Cette passphrase vas être utilisée pour CRYPTER la clef privée Ainsi, même en cas de compromission du client, ou de vol de la clef publique, cette dernière n'est pas utilisable sans la passphrase. Si on n'entre pas de passphrase, alors la clef privée n'est pas cryptée et est donc lisible par tout un chacun, si ce chacun à accès, d’une manière ou d’une autre, au répertoire $HOME/.ssh. En revanche une fois cryptée, cette clef est difficilement utilisable sans la passphrase. Contre partie du cryptage, ssh va avoir besoin de la passphrase pour décripter la clef privée. Nous avons donc perdu l’avantage de la non utilisation du mot de passe pour l’identification ? Non, ssh-agent est votre ami (man ssh-agent pour plus d'info), il va garder la passphrase en mémoire et l'utiliser pour expédier la clef publique au serveur. Voir chapitre suivant : G) Se logguer par SSH sans taper de mot de passe


Normalement chaque utilisateur souhaitant employer SSH avec l'authentification RSA ou DSA devra créer une fois pour toute la clef d'authentification dans $HOME/.ssh/identity, $HOME/.ssh/id_dsa ou $HOME/.ssh/id_rsa :

rsa1 créé par ssh-keygen -t rsa crée le fichier : identity

rsa2 créé par ssh-keygen -t rsa crée le fichier : id_rsa

dsa créé par ssh-keygen -t dsa crée le fichier : id_dsa


Je conseille de créer les 3, avec la même passphrase, de donner la priorité la plus faible à la rsa1, mais d'en avoir une quand même : il y a encore des machines un peu vieilles qui ne supportent que ça.


Pour modifier votre "passphrase" sur une clé privée DSA, utilisez la commande :

ssh-keygen -p -f ~/.ssh/id_dsa


En résumé, l'ordinateur sur lequel on est physiquement a une clef privée ~/.ssh/id_rsa et celui sur lequel on se connecte par ssh a la clef publique~/.ssh/id_rsa.pub qu'on renomme ~/.ssh/authorized_keys .

authorized_keys. Ce fichier peux contenir plusieurs clefs, donc si c’est ce que vous désirez, il vous suffit alors d’y ajouter une ligne avec le contenu du fichier id_rsa.pub au moyen de n’importe quel éditeur de texte. Je donne en exemple l'utilisation de scp, pour la copie du fichier id_rsa.pub

Pour récupérer une clef privée sur le serveur et la mettre sur un client :

scp jean@nomserveur:/home/jean/.ssh/id_rsa /home/jean/.ssh/


Il faut aussi renommer id_rsa : mv ~/.ssh/id_rsa ~/.ssh/identity

F ) Utilisation de scp

La commande scp copie un fichier vers ou à partir d'une machine distante d'une façon sécurisé.

# scp user@example.com:/COPYRIGHT COPYRIGHT

user@example.com's password: *******

COPYRIGHT 100% |*****************************| 4735

00:00

#

Les arguments passés à scp sont similaires à ceux de cp, avec le ou les fichiers en premier argument, et la destination en second. Puisque que le fichier est copié via le réseau, par l'intermédiaire de SSH, un ou plusieurs des arguments prennent la forme utilisateur@machine_distante:<chemin_du_fichier>.

L'exemple donné est fait avec échange de clef (chapitre précédent) activé pas ssh_agent (vois chapitre suivant).


G ) Se loguer par SSH sans taper de mot de passe

1)Le principe

Cette section s'adresse à ceux qui utilisent un couple de clés publiques / privées, et qui ont crypté leur clef privée avec une pass phrase (c'est la configuration la plus sûre). Par conséquent, le client SSH demande la pass phrase à chaque utilisation des clés pour s'authentifier.

Pour éviter d'avoir à taper systématiquement sa pass phrase, il faut utiliser ssh-agent : ce programme tourne en tâche de fond et garde la clef en mémoire. La commande ssh-add permet de donner sa clé à ssh-agent. Ensuite, quand vous utilisez le client SSH, il contacte ssh-agent pour qu'il lui donne la clé.

2)La pratique

http://www.linux-france.org/prj/lfoyer/doc/html/ssh.fr-7.html ou http://cert.in2p3.fr/openssh.html

Dans une console, ouvrez un screen avec ssh-agent en tâche de fond :

% ssh-agent screen

Puis donnez votre clé à l'agent :

% ssh-add

Il vous demande alors votre pass phrase. Maintenant que votre clef a été transmise à l'agent, vous pouvez vous connecter sans entrer de mot de passe à toutes les machines pour lesquelles vous avez mis votre clé publique dans le fichier ~/.ssh/authorized_keys.

Attention : cette manipulation n'affectera que cette console, pas les autres !


Il faut aussi configurer correctement le serveur ssh. Dans le fichier /etc/ssh/sshd_config, il faut que les lignes suivantes soit déactivées :

RSAAuthentication yes

PubkeyAuthentication yes

AuthorizedKeysFile %h/.ssh/authorized_keys


Il est possible de mémoriser la clef publique pour toute la session :

Dans ~/.xsession  lancer le window manager avec ssh-agent (ceci est mis automatiquement par Mandriva !) :

ssh-agent twm

3)Automatisation en mode graphique

Il est possible que ssh-agent soit lancé automatiquement et que vous ayez une fenêtre qui s'ouvre au début de votre session graphique pour demander votre « passphrase ». Comme ça, tout votre environnement de travail connaît votre clef. Ceci rend inutile la suite des manipulations de ce chapitre en simplifiant bien la vie.

Au début de chaque session entrer « ssh-add » qui enregistre la 'pass phrase' et donne l'accès à la clef privée pour toute la session.

Il est également possible d'utiliser le package ssh-askpass (disponible dans un package séparé par urpmi ssh-askpass) qui offre une invite X11 pour demander la 'pass phrase'. Pour cela, dans ~/.xsession  lancer le windows manager avec ssh-agent (startx ou bien ~/.xinitrc ou bien ~/.xsession *) :

exec ssh-agent sh ~/xsession-twm     // le window manager qui sera lancé par le script

                                     // xsession-twm sera un fils de ssh-agent

Dans ~/xsession-twm :

ssh-add < /dev/nul      // ssh-add dont l'entrée est redirigée sur /dev/null

        // utilise ssh-askpass pour demander la pass phrase pour fournir la clef à ssh-agent

twm     // lance le window manager

* : Ces fichiers sont optionnels, ils servent à outrepasser la configuration par défaut (dans /etc/X11/xinit/xinitrc /etc/X11/Xsession) pour un utilisateur particulier.

4)Automatisation en mode texte

Il suffit de mettre les lignes suivante dans ~/.bash_profile :

if [ -r $HOME/.ssh/identity -o -r $HOME/.ssh/id_dsa -o -r $HOME/.ssh/id_rsa ]; then

if [ ! -d $HOME/.keychain ]; then

keychain

fi

fi

Après, il faut installer keychain : « urpmi keychain »

H ) Quelques commutateurs

Cette liste est très loin d’être exhaustive. Un man ssh ou la lecture de la documentation vous donnerons bien d’autres commutateurs communs à ssh et scp.

-C permet de compresser les données, niveau par défaut moyen (utile pour bande passante faible)

-o CompressionLevel=X en conjonction avec -C permet d'adapter la compression à utiliser (0=faible ou nul, 9=forte, par défaut, ce niveau est à 5)

-X permet de rediriger les requêtes X d’une application s’exécutant sur la machine distante vers la machine cliente (connectée)

-L permet de rediriger un port, en connexion locale (127.0.0.1) vers un autre port d’une machine se trouvant dans le même sous-réseau de la machine distante (voir chapitre suivant).

I ) Tunnel ssh (redirection de ports)

Tunel ssh se dit aussi « Tunneling ».

Le client doit être configuré pour accepter le tuneling. Ceci se configure dans /etc/ssh/ssh_config en activant la ligne suivante :

ForwardAgent yes


http://slwww.epfl.ch/SIC/SL/Securite/outils/ssh-install.html#port-forwarding

Un autre intérêt du ssh est de pouvoir faire du tunneling ou port forwarding. Ceci consiste à rediriger un appel à travers le canal ssh. Pour ceci, à partir de HOST1, 'instruction est : « ssh -L p1:HOST3:p2 mon_login@HOST2 ». Cette manipulation permet en appelant le port p1' du PC client (HOST1) d'avoir le port p2 de HOST3 ce qui est intéressant si le port p2 de ce PC est protégé par un fire-wall.

Ceci peut aussi être fait à partir de HOST2 : ssh -R p1:HOST3:p2 root@HOST1.

Bien sûr, il faut avoir un contrôle administrateur sur le PC HOST1, donc la manipulation à partir de HOST2 est à éviter puisqu'elle requiert de permettre le SSH en tant que root.


Admettons le cas de figure suivant :


J'ai une machine serveur (192.168.0.1) sur un réseau local, tournant PostGreSQL sur le port 5432 (par défaut pour PostGreSQL). Une passerelle branchée sur l'Internet à l'adresse externe 64.32.74.12 (l'adresse est inventée! je ne sais pas à qui elle appartient), fait tourner sshd (le serveur) sur le port 22 (standard). Avec un client ssh il est dès lors possible de communiquer avec une application cliente PostGreSQL sur le serveur distant d'adresse interne, de manière sécurisée (éventuellement de compresser les données) au travers d'internet. Voici comment procéder :


ssh -L 5432:192.168.0.1:5432 un_compte_ssh_sur_passerelle@64.32.74.12


Maintenant en connectant l'application cliente de PostGreSQL sur localhost (ou 127.0.0.1), elle sera en communication, transparente pour elle, avec le serveur 192.168.0.1 se trouvant sur l'Internet à 64.32.74.12. En fait ssh va écouter le port 5432 localement (sur l'adresse localhost ou 127.0.0.1), tout ce qui y parvient est alors crypté et expédié en direction du port 22 vers 64.32.74.12. Sur cette machine, ces messages sont décryptés et expédié en direction du port 5432 vers 192.168.0.1. Les réponses suivent le chemin inverse.


Un autre exemple, soit une machine NT à l'adresse 192.168.0.1, alors


ssh -L 135:192.168.0.1:135 nom@64.32.74.12

ssh -L 137:192.168.0.1:137 nom@64.32.74.12

ssh -L 138:192.168.0.1:138 nom@64.32.74.12

ssh -L 139:192.168.0.1:139 nom@64.32.74.12


Un coup de voisinage réseau de la machine distante, devrais faire apparaitre localhost (127.0.0.1) dans la fenêtre, représentant en fait le serveur NT distant.

J ) Intégration de KDE

1)kdessh

kdessh permet de faire une demande graphique du mot de passe à l'utilisateur. Cela permet de créer une icône pour un utilisateur, et le mot de passe lui est demandé graphiquement, plutôt que par l’ouverture d’un terminal (ssh étant un outils en ligne de commande). Les commutateurs sont différents et moins nombreux, veuillez vous référer à la documentation (man kdessh)

2)Konqueror

Konqueror permet d'avoir une interface de fichier graphique pour la manipulation des fichiers (renommage, copie, suppression, déplacement etc..), sur une machine distante, en utilisant ssh. Pour ce faire, taper dans la ligne d'URL (en lieu et place de file:/qqchose ou http://quqchose) fish://nom_utilisateur_ssh@nom_serveur_ou_adresse_IP:/repertoire. Konqueror s'utilise alors de manière tout à fait standard, avec manipulation des droits, drag'n drop etc...). Interface vraiment bien pratique.


K ) sftp

sftp est du ftp sous ssh (définition rapide). Pour le permettre, il faut configurer le serveur, fichier /etc/ssh/sshd_config :

Subsystem sftp /usr/lib/ssh/sftp-server

Pour avoir un accès sftp à un PC, il faut avoir accès à un shell ce qui n'est pas le cas du ftp. C'est à mon avis le gros problème de sécurité du sftp. Si on laisse l'accès en sftp à une personne, on lui laisse aussi l'accès en ssh. Le transfert des données est donc sécurisé, mais la personne en face, on ne la connaît peut-être pas!

J'ai trouvé une astuce consistant à empêcher la ligne de commande à une personne dès qu'elle veut afficher son prompt, en faisant du ssh par exemple. Voici le .bashrc de cette personne (il n'empêche pas d'ouvrir un WM, mais dans ce WM, il ne peut ouvrir de shell) :

if [ "$PS1" ]; then

exit

fi

Il existe un shell sécurisé ne permettant pas de faire du ssh : « scponly » qu'il faut installer et donne par défaut à l'utilisateur dans /etc/passwd en mettant comme shell : /usr/bin/scponly

J'ai aussi entendu parlé d'un dummy_ssh_shell, qui serait un shell ne donnant accès qu'au sftp, mais je ne l'ai jamais trouvé!

Ou en lui créant un shell chrooté avec
http://www.fuschlberger.net/programs/ssh-scp-chroot-jail/make_chroot_jail.sh
et les infos disponibles ici: 
http://www.fuschlberger.net/programs/ssh-scp-chroot-jail/
Il ne pourra pas remonter plus haut que son chroot-jail, en général, son
home-directory sur le serveur...

L ) Se connecter sur une session graphique en ssh sur un autre ordinateur

Par l'exemple :

$ xhost +
access control disabled, clients can connect from any host
$ ssh -l operateur undertaker "nohup X : 2 & " 
operateur@undertaker's password: 
$ ssh -X operateur@undertaker xcalc
operateur@undertaker's password: 
Warning: untrusted X11 forwarding setup failed: xauth key data not generated
Warning: No xauth data; using fake authentication data for X11 forwarding.
$ xhost -
access control enabled, only authorized clients can connect


M ) Astuces

tu modifies le fichier /etc/password qui contient la ligne :

toto::::/bin/bash

en

toto::::/bin/su

Comme cela, il faut connaître les deux mots de passes (toto et root) pour se connecter.

IX ) samba

A ) Exemple de serveur

Samba est une suite de logiciels libres qui fournit les mêmes services de gestions de dossier et d'impression que les clients de SMB/CIFS (clients microsoft). Ceci veut dire que samba permet de partager des ressources sur un réseau comme s'il était une machine sous windows.

Le démon est le smb. Cette fois, contrairement à ftp, ssh, il faut créer un compte samba par utilisateur. On utilise en ligne de commande « smbpasswd -a username password » (je déconseille de mettre ici le mot de passe, autant ne pas le mettre, il sera demandé ensuite sans être affiché clairement et n'apparaîtra pas dans l'historique des commandes). Pour d'autres options, voir « man smbpassword » ou « smbpassword --help ».

La configuration est dans le fichier /etc/samba/smb.conf. Le fichier par défaut de Mandriva 9.2 est excellent, mais beaucoup trop long. Une explication satisfaisante se trouve en faisant « man smb.conf » ou sur la page http://www.linuxfocus.org/Francais/March2002/article177.shtml. Un livre complet en ligne sur samba : http://www.oreilly.com/catalog/samba/chapter/book/index.html (je ne peux tout dire ici!).

Voici un exemple :


[global]

workgroup = Maison

# netbios name = troumad # inutile, c'est déjà le nom du pc!

server string = Samba Server %v

interfaces = 192.168.1.1 # c'est la carte réseau qui a cette adresse uniquement qui va servir

hosts allow = 192.168.1. # uniquement pour les ordinateurs d'adresse Ip 192.168.1.XXX

# on peut exclure des machines de l'accès au réseau avec EXCEPT

#d'autres possibilités existent : voir le manuel man smb

#bind interfaces only = Yes

encrypt passwords = Yes

log file = /var/log/samba/log.%m

max log size = 50

socket options = TCP_NODELAY SO_RCVBUF=8192 SO_SNDBUF=8192

dns proxy = no

# guest account = no

printcap name = cups

printing = cups

#local master = yes

preferred master = yes

domain master = yes

domain logons = yes

#logon script = logon.bat # à ne décommenter que si un script est vraiment là!

# Activer un serveur Wins pour la résolution des noms NetBios

name resolve order = wins lmhosts bcast

#wins support = no

# si oui, ne pas déclarer l'adresse IP d'une autre machine comme étant serveur Wins

# wins server = xxx.xxx.xxx.xxx# accès multi utilisateur

# share modes = yes

# choisir le mode de sécurité : user ou share

security = user

os level = 60 # assez haut pour être supérieur aux autres

#map to guest = bad user

#smb passwd file = /etc/samba/smbpasswd

client code page = 850 # pour nos petits caractères français

character set = ISO8859-1

#printer admin = @adm

#load printers = yes


[homes]

# cache les fichiers cachés au sens Linux, commençant par un point

hide dot files = yes

comment = Repertoire personnel # comentaire

read only = No

browseable = No

create mode = 0700


[partage] # Ce répertoire aura donc pour nom de partage Partage

comment =Partage

# Le répertoire à partager est /maison/ftp_fdd

path = /maison/ftp_fdd

# il pourra être accessible par tous les utilisateurs

public = yes

# liste des utilisateurs autorisés (avec ou sans virgule)

#valid users =

# tout le monde si cette ligne n'est pas mise

# A moins de déclarer des utilisateurs interdits d'accès

#invalid users =

# on pourra y écrire (bien sûr par ceux qui peuvent y accéder..)

writeable = yes

# les permissions par défaut des fichiers créés (le mot mode peut être remplacé par mask

create mode = 0740

# create mask=770 : droits par défaut d'un fichier créé sur le partage
# directory mask =770 : pareil pour les répertoires (x est obligatoire pour le propriétaire)


[printers]

comment = All Printers

path = /var/spool/samba

create mask = 0700

printable = Yes

print command = lpr-cups -P %p -o raw %s -r

# using client side printer drivers.

browseable = No


[print$]

path = /var/lib/samba/printers

write list = @adm root


[pdf-generator] # pour avoir une imprimante pdf gratuite...

path = /var/tmp

guest ok = No

printable = Yes

comment = PDF Generator (only valid users)

#print command = /usr/share/samba/scripts/print-pdf file path win_path recipient IP doc_name &

print command = /usr/share/samba/scripts/print-pdf %s ~%u //%L/%u %m %I "%J" &


Pour des partages, il est possible de se référer à des groupes NIS ( voir XVIII) serveur NIS ) où à des groupes UNIX définis sur le serveur samba. Pour cela, il faut mettre @ (NIS ou à défaut UNIX), & (NIS uniquement) ou + (UNIX uniquement) devant le nom du groupe. Voir « man smb.conf » pour plus de précisions.

Après avoir redémarer le démon smb : « /etc/init.d/smb restart », regardez votre configuration avec : « testparm ».

B ) Client Samba

Il est entièrement possible à un PC sous LINUX de récupérer un partage windows comme tout autre PC windows. Ceci est fait par le client Samba. Vous avez un exemple au X.B)1)

C ) À essayer

De plus, pour intéragir avec un domaine, un système WinNT/2000/XP doit en être membre. Cette appartenance se réalise par l'intermédiaire d'un compte de machine, similaire à un compte utilisateur.

Il faut donc créer un compte, pour chaque machine cliente. Exemple pour la machine cliente sous WinXP ayant pour nom netbios posteclient :

useradd posteclient$ -d /dev/null -g machines -c Machine -s /bin/false

Le groupe machines doit avoir été préalablement créé (le nom de ce groupe a peu d'importance...)

Le $ qui suit le nom netbios est très important : il symbolise un compte machine.


Ce qui aura pour effet de créer une ligne dans les fichiers /etc/passwd :

posteclient$:x:510:150::/dev/null:/bin/false

/etc/shadow : posteclient$:!!:12352:0:99999:7:::


Heureusement, on peut réaliser cette dernière opération automatiquement à partir du paramètre ;

add user script = /usr/sbin/useradd %m$ -g machines -c Machine -d /dev/null -s /bin/false


%m étant une variable récupérant le nom netbios de la machine qui se connecte... dans smbpasswd


Attention, dernière chose, il y a une manipulation au niveau de la base de registre à faire sous Windows XP afin que ce dernier puisse se connecter à un contrôleur de domaine :

Démarrer/Exécuter/regedit

Mettre la clé suivante à 1 :

HKEY_LOCAL_MACHINE/SYSTEM/CurrentControlSet/Services/Netlogon/Parameters/requiresignorseal

X ) httpd

http://tice.edres74.ac-grenoble.fr/rubrique.php3?id_rubrique=135

http://wiki.mandriva.com/fr/Linux-Apache-MySQL-PHP

A ) Présentation

Un serveur http est un serveur de pages WEB (html, htm...). On peut aussi mettre un serveur php et un autre MySQL très facilement afin de bénéficier du couple apache (php)/MySQL (base de donnée). Avec Mandriva, le rpm à installer est apache : « urpmi apache » ou « urpmi apache2 » si ce dernier existe. Sous debian, il faut faire « apt-get install apache2 »

Le démon du serveur apache sous mandriva est httpd : Usage: /etc/init.d/httpd {start|stop|restart|reload|graceful|condreload|closelogs|update|condrestart|status|extendedstatus|configtest|configtest_vhosts|semcleanrestart|debug|show_defines}. Sous Debian, c'est /etc/init.d/apache2

Normalement, sans modification de votre part, lors du lancement du serveur apache, vous aurez un site internet sur votre PC. L'emplacement des données du site est /var/www/html sous Mandriva et /var/www/apache2-default sous Debian.

Sur une Mandriva, les fichiers de configurations se trouvent sur « /etc/httpd/conf/ » et avec debian à « /etc/apache2 ». Ces fichiers parlent toujours de répertoires par rapport à la racine de l'ordinateur.


Si à l'écran paraît ce message "Could not reliably determine the server's fully qualified domain name,using 127.0.0.1 for ServerName", il suffit de taper en root (en remplaçant bien sûr le mot exemple par ce que vous voulez) :

[root@ordi ~]# echo "ServerName www.exemple.tld">>/etc/httpd/conf/httpd.conf

1)Petite protection en lecture

Si vous avez un répertoire sans fichiers d'entrée du type « index.php » ( indiqués par le champ « IfModule mod_dir.c » du fichier /etc/httpd/conf/commonhttpd.conf sur Mandrake ou /etc/apache2/sites-available/default sur debian ) , il est alors possible qu'un appel à ce répertoire liste tous les fichiers contenus dans ce répertoire. Ceci peut être gênant. Vous pouvez alors intervenir sur ce comportement en modifiant le fichier de configuration précédemment cité soit la configuration de la racine de votre site, le champ « <Directory /chemin du site> », soit la racine de l'ordinateur « <Directory /> » le paramètre option sur lequel il faut intervenir : « Options -Indexes autres_options » où le « - » déclare que l'option est désactivée et « Indexes » permet l'affichage (listing) du contenu du répertoire si il n'existe pas de fichier d'entrée.

L'option « Indexes » est activée par défaut par apache, mais le fichier de configuration livré avec votre configuration le déactive pour Mandriva.

Je conseille aussi de redéfinir vos pages d'erreur afin d'en faire de personnelles pour que votre système soit le moins facilement identifiable. Un message du genre : Apache/2.2.3 (Debian) DAV/2 PHP/5.2.0-8+etch7 Server at 192.168.2.1 Port 80 , indiquera immédiatement à un hacker potentiel que votre système est une Debian Etch avec le version du php et du serveur DAV. Il ne lui restera plus qu'à faire une recherche sur d'éventuelle faille de sécurité si votre système n'est pas à jour. Cette modification se fait dans le fichier /etc/apache2/apache2.conf sous Debian et /etc/httpd/conf/httpd.conf sous Mandriva aux lignes suivantes :

#ErrorDocument 500 "The server made a boo boo."

#ErrorDocument 404 /missing.html

#ErrorDocument 404 "/cgi-bin/missing_handler.pl"

#ErrorDocument 402 http://www.example.com/subscription_info.html

ErrorDocument 404 /index.php

ErrorDocument 403 /index.php

Cette modification peut aussi être protégée en annulant ou simplifiant le message avec les directives « ServerSignature Off » ou « serveurtoken prod ». Voir : http://httpd.apache.org/docs/2.0/mod/core.html#serversignature.


2)Répertoire personnel

Vous pouvez aussi avoir un site par compte, pour cela, il suffit de mettre dans le répertoire personnel de chaque compte un répertoire ~/public_html. Le site général sera à http://adresse, celui de l'utilisateur 'lambda' sur http://adresse/~lambda. L'adresse peut être l'adresse reconnue par le serveur DNS (le nom de la machine), l'adresse Ip et même localhost en local.

A partir de la version 2006 :

Installation : urpmi apache-mod_userdir

Modifications dans le répertoire /etc/httpd/modules.d (comme les modules en général) le fichier 67_mod_userdir.conf.

Sous debian :

# cd /etc/apache2/mods-enabled

# ln -s ../mods-available/userdir.* .

# /etc/init.d/apache2 restart

3)Virtualhost

Il est possible qu'un serveur apache réponde à plusieurs noms et donne une réponse différente en fonction du nom par lequel il est appelé : http://www.lycee.org ou http://www.geii.org. La redirection peut se faire assez facilement si vous possédez un nom de domaine (Voir le chapitre sur le DNS). Pour différencier les différents noms, le serveur httpd se configure assez simplement sous Mandriva alors que sous debian, cette manipulation semble plus compliquée car la configuration paraît plus poussée, j'en parlerai plus loin. Avec Mandriva, dans le fichier /etc/httpd/conf/httpd2.conf, il faut enlever les lignes NameVirtualHost, DocumentRoot et ServerName et mettre les lignes suivantes dans /etc/httpd/conf/vhosts/Vhosts.conf (attention la ligne Include conf/vhosts/Vhosts.conf de httpd2.conf doit être décommentée) :


NameVirtualHost * # * parce que j'ai une adresse ip qui n'est pas fixe

<VirtualHost *> # Premier définit : répond à l'appel par mon adresse ip : http://xxx.xxx.xxx.xxx

# ainsi qu'a tout autre appel sur le PC non défini par un virtual host

DocumentRoot /maison/bs/Troumad

ServerName www.lycee.org # répond aussi à http://www.lycee.org

</VirtualHost>

<VirtualHost *> # lors d'un appel par http://www.geii.org

DocumentRoot /maison/geii/public_html

ServerName www.geii.org

</VirtualHost>


NameVirtualHost 192.168.1.1

<VirtualHost 192.168.1.1> # un autre juste pour le réseau local!

DocumentRoot /maison/ftp_fdd/public_html

</VirtualHost>


NameVirtualHost 127.0.0.1

<VirtualHost 127.0.0.1> # pour le localhost : mon site principal, pour le travail

DocumentRoot /maison/bs/Troumad

ServerName localhost

</VirtualHost>


<Directory "/repertoire_du_site"> # voir le paragraphe « Protection intranet-extranet »

allow from all

order allow,deny

AuthType Basic

</Directory>


Avant de relancer le démon apache, on peut essayer la commande 'httpd2 -t' qui permet de vérifier la syntaxe des fichiers de configuration d'apache.

Sous debian, c'est le fichier /etc/apache2/sites-available/default qui contient une grosse section pour le répertoire /var/www/apache2-default l'endroit où est stoqué par défaut le site web.

4)Répertoires des sites web sur votre PC

Comme en plus, j'ai modifié l'emplacement habituel des répertoires, j'ai du aussi intervenir dans le fichier /etc/httpd/conf/commonhttpd.conf.

Le 'localhost' a changé de place et n'est plus à /var/www/html (c'est un conseil pour des raisons de sécurité), je dois remplacer les occurrences de « DocumentRoot » qui étaient « /var/www/html » par « /maison/bs/Troumad » :

# This should be changed to whatever you set DocumentRoot to.

#

<Directory /maison/bs/Troumad>

Le répertoire personnel a aussi changé, je dois changer « /home/*/public_html » par « /maison/*/public_html ».

En revanche pour pouvoir utiliser le php avec ses droits d'écritures sur /maison/bs/Troumad, j'ai du attribuer l'arborescence toute entière à apache : « chgrp -R apache /maison/bs/Troumad/* ». Cette manipulation, j'ai du la faire sous root.

Documentation sur le php : http://www.dwam.net/docs/php_fr/

5)Ajuster la charge

Si vous avez un serveur http avec une charge inhabituelle (faible ou grosse), vous pouvez agir sur les paramètres suivants (ici pour un -trop- petit serveur) :

<IfModule prefork.c>

StartServers 2

MinSpareServers 1

MaxSpareServers 3

Les nombres sont initialement 5, 5 et 10. Pour une grosse charge, vous pouvez les augmenter. Attention, ces process utilisent beaucoup de mémoire !

6)Protection intranet-extranet

Si vous avez un intranet et que vous souhaitez qu'il soit visible de l'extérieur uniquement par mot de passe, vous pouvez le configurer comme ça :

<Directory /maison/*>

Options -Indexes FollowSymLinks MultiViews

AllowOverride All

Order deny,allow

deny from all

allow from 192.168.1.1/255.255.255.0

#réseau interne en 192.168.1.X

AuthType Basic

AuthUserFile /etc/httpd/conf/htpasswd.users

# emplaceemnt du fichier de mot de passe

AuthName "Demander l'autorisation"

require valid-user

satisfy any

</Directory>

Pour rentrer les mots de passe: « htpasswd -c /usr/local/apache/conf/htpasswd.users troumad ». Après vous devrez rentrer le mot de passe. Ceci est du au paramètre « satisfy any ».

Après cette déclaration, vous pouvez toujours faire une section pour un site particulier pour y attribuer des droits spécifiques, même s'il se trouve dans /maison/*.

7)Les log

Le répertoires des logs de httpd est /var/log/httpd. Vous pouvez regarder les sorties existantes ou en créer d'autres comme je l'indique si dessous.

Dans le fichier de configuration commonhttpd.conf avant Mandriva 2006 et dans httpd.conf pour mandriva 2006, repérez les lignes avec « LogFormat » comme « LogFormat "%h %l %u %t \"%r\" %>s %b \"%{Referer}i\" \"%{User-Agent}i\"" combined ». Le dernier mot « combined » est le nom de la forme de sortie, pour activer cette ligne, rajoutez après : « CustomLog logs/combined_log combined » et créez le fichier combined_log dans le répertoire delog de httpd. Faîtes ceci pour les différentes lignes avec LogFormat, repérez et sélectionnez les options qui vous conviennent pour faire votre fichier de log.

B ) php

1)Mandriva

Pour pouvoir faire des pages en php, il faut installer mod_php : « urpmi apache2-mod_php » ou « urpmi apache-mod_php » à partir de 2006 qui installera aussi php5 alors que avant, on avait php4. Sa configuration est dans le fichier : /etc/php.ini.

2)debian

Pour debian : http://www.destination-linux.org/article30.html

Installons les paquets requis (attention, à la version de php, le 4 peut être remplacer par 3, 5 ...) :

apt-get install apache2 php5 mysql-server

apt-get install libapache2-mod-php4

Activons le support de PHP4 dans Apache 2 :

ln -s /etc/apache2/mods-available/php4.load /etc/apache2/mods-enabled/php4.load

ln -s /etc/apache2/mods-available/php4.conf /etc/apache2/mods-enabled/php4.conf

Relancez apache :

/etc/init.d/apache2 restart

La configuration de php se fait par le fichier /etc/php4/apache2/php.ini.

3)Général

Voici un petit fichier d'une ligne en php vous fournira toutes les informations utiles sur votre serveur :

<? echo phpinfo(); ?>

Vous verrez qu'il y a plein de modules qu'on peut rajouter à php comme la gestion d'images avec php-gd ou la gestion d'une base de données MySQL se que nous verrons après le serveur httpd.

Pour voir l'affichage des erreurs php (programmation ou autre), il faut modifier le php.ini et mettre "display_errors" à On.

Remarque : php peut aussi s’exécuter en ligne de commande http://www.manuelphp.com/php/features.commandline.php

Il est aussi possible de configurer votre serveur afin qu’il affiche ou non les erreurs durant l’exécution des codes php avec le fichier php.ini avec les lignes suivantes :

error_reporting = E_STRICT | E_ALL

display_errors = on

La première configurant les erreurs à afficher et la seconde active l’affichage des erreurs.

C ) WebDAV

1)Présentation

WebDAV (Web-based Distributed Authoring and Versioning) est un ensemble d'extensions HTTP permettant aux utilisateurs d'éditer et de gérer des fichiers sur des serveurs Web distants. WebDAV (généralement appelé DAV) prend en charge l'utilisation et la manipulation de documents par plusieurs utilisateurs via le Web. Pour plus d'informations sur DAV, reportez-vous au site Web WebDAV Resources à l'adresse http://www.webdav.org/.

Le module mod_dav offre des capacités DAV pour un serveur Web Apache. Pour plus d'informations sur le module mod_dav et les options de configuration, reportez-vous au site Web mod_dav à l'adresse http://www.webdav.org/mod_dav/.

2)Installation/configuration

http://www.ibiblio.org/pub/Linux/docs/HOWTO/translations/fr/html-1page/Apache-WebDAV-LDAP-HOWTO.html#N102A1 ,

Pour l'installer : « urpmi apache-mod_dav ». ou « [root@serveur][/etc/apache2/mods-enabled]# ln -s /etc/apache2/mods-available/dav* . ».

Le fichier DAVLockDB, la base de données de verrouillage pour WebDAV, est stockée sous Mandriva sur /var/lib/dav/lockdb. La configuration de WebDAV se fait dans le fichier « /etc/httpd/modules.d/45_mod_dav.conf » ( « /etc/httpd/conf.d/45_mod_dav.conf » sur des anciennes versions ) sur Mandriva ou « /etc/apache2/dav_fs.conf » sous debian.


<IfModule mod_dav_fs.c> # ligne inutile pour debian

DavLockDB /var/lib/dav/lockdb

<Directory "/maison/dav">

DAV On

</Directory>

Vous devez aussi rajouter les options de contrôle d'accès, mais pour ma part, elles sont définies pour tous les sites hébergés par mon PC dans /etc/httpd/conf/commonhttpd.conf :

<Directory /maison/*>

AllowOverride All

Order deny,allow

deny from all

allow from 192.168.1.1/255.255.0.0

# Je laisse l'accès à mon réseau interne considéré comme sur

allow from 127.0.0.1

AuthType Basic

AuthUserFile /etc/httpd/conf/htpasswd.users

# sous debian, cette ligne demande l'activation de authn_file.load

AuthName "Demander l'autorisation"

require valid-user

satisfy any

</Directory>

J'ai créé un virtual host juste pour le serveur WebDAV dans /etc/httpd/conf/vhosts.d/00_default_vhosts.conf ( /etc/httpd/conf/vhosts/Vhosts.conf pour des versions plus vieilles) : 

NameVirtualHost *

<VirtualHost *>

DocumentRoot /maison/dav

ServerName dav.lycee.org

</VirtualHost>

3)Utilisation d'un serveur DAV

Sous Mandriva, il faut commencer par installer le rpm davfs2.

D ) HTTPS

Il est possible de créer un serveur sécurisé par SSL (Secure Socket Layer). Un tel serveur possédera un url commençant par https:// (s pour sécurisé !). SSL est un procédé de sécurisation des transactions effectuée par Internet. Il a été mis au point par Netscape, Mastercard, Bank of america, MCI et Silicon Graphics. Tout comme SSH, il repose sur un procédé de cryptage par clé publique. Son utilisation est totalement transparente pour l'utilisateur. Ce dernier ne s'en rendra compte que lorsque le navigateur l'avertira qu'il pénètre dans une zone sécurisé et lui demandera de valider le certificat du site visité (image ci contre.


De même, le navigateur indiquera par un cadenas qu'il est connecté à un site sécurisé par SSL.

La sécurisation se fait par échange de clés entre le client et le serveur. Le client se connecte au serveur sécurisé qui lui renvoie un certificat contenant sa clé publique. Le client, après validation du certificat, crée une clé secrète aléatoire. Cette clé est chiffrée à l'aide de la clé publique du serveur et lui ai envoyée. Le serveur est le seul à pouvoir la décrypter grâce à sa clé privée. Cette clé, commune au client et au serveur, peut alors servir pour le reste des transactions.

Si, lors de l'installation de Mandriva, vous sélectionnez l'installation d'Apache, OpenSSL, mod_ssl et PHP, un serveur sécurisé sera automatiquement installé et accessible via l'url: https://localhost. Le fichier de configuration se trouvera dans le répertoire /etc/httpd/conf.d/41_mod_ssl.default-vhost.conf.

Sinon, vous allez devoir installer le module apache mod_ssl « urpmi mod_ssl » et openssl « urpmi openssl ». Ensuite, vous devez modifier le fichier de configuration d'Apache /usr/local/httpd/conf/http2.conf comme suit:

Listen 443

<IfDefine HAVE_SSL> permet de charger le module mod_ssl si ce n'est déjà fait.

<IfModule !mod_ssl.c>

LoadModule ssl_module extramodules/mod_ssl.so

</IfModule>

</IfDefine>

<IfModule mod_ssl.c> si le module a été chargé, exécuter ce qui suis.. (facultatif)

<VirtualHost *:443>

port 443 = port sécurisé

DocumentRoot "/maison/Troumad/sitesecurise"

ServerName www.lycee.org:443

ServerAdmin root@localhost

ErrorLog logs/ssl_error_log où trouver le fichier de log

SSLEngine on activation de SSL

SSLCipherSuite ALL:!ADH:!EXPORT56:RC4+RSA:+HIGH:+MEDIUM:+LOW:+SSLv2:+EXP:+eNULL

liste des différents modes de cryptages autorisés

SSLCertificateFile /etc/ssl/apache/server.crt où trouver le fichier contenant le certificat du serveur

SSLCertificateKeyFile /etc/ssl/apache/server.key où trouver le fichier contenant la clé publique du serveur

</VirtualHost>

</IfModule>


Si vous désirez faire cohabiter un serveur crypté avec un serveur non crypté, il peut se révéler utile d'ajouter la ligne SSLEngine off dans le virtualhost du serveur non crypté.

Il n'est pas possible d'installer plusieurs serveurs sécurisés HTTPS sur une seule adresse IP. Il existe cependant une solution: Apache-SSL (http://www.apache-ssl.org) qui se présente comme un patch pour Apache.

E ) Apache sans internet

Il est parfois utile d'avoir le serveur apache lancé même si on n'a pas internet. Par exemple pour travailler un site sur son portable en voyage. Malheureusement, la configuration par défaut de Mandriva ne la permet pas !

Il faut modifier les lignes « listen » afin de ne garder que le port. Par exemple, dans /etc/httpd/conf/httpd.conf :

Listen 80

/etc/httpd/modules.d/40_mod_ssl.conf :

Listen 443

XI ) MySQL

A ) Installation

1)Les paquetages

Un des intérêts du php est de pouvoir interagir avec plusieurs bases de données dont entre autre mysql (libre et multisystème) et access (propriétaire et ne tourne que sous windows). Nous allons parler de MySQL.

Pour installer MySQL « urpmi mysql » sous Mandriva ou « apt-get install mysql-server » sous debian et pour le lien entre php et MySQL : « urpmi php-mysql » ou « .apt-get install phpX-mysql » (X étant la version de php). Après il faut relancer le démon apache pour qu'il prenne en compte MySQL et lancer le démon mysql, on peut même demander à MySQL de se lancer automatiquement à chaque démarage : « /etc/init.d/httpd restart;/etc/init.d/mysql start;chkconfig mysql »

Documentations sur MySQL :

http://dev.nexen.net/docs/mysql/annotee/manuel_tocd.php

http://www.linux-pour-lesnuls.com/adminmysql.php

http://www.ac-creteil.fr/reseaux/systemes/linux/lamp/tp-mysql.htm

...

2)Répertoire des données

une base MySQL est un document de travail important, il faut donc savoir où elle est stockée. Normalement, c'est dans /var/lib/mysql, sinon un « locate » sur des fichiers type func.MYD, host.MYD, tables_priv.MYD, user.MYD, columns_priv.MYI, db.MYI, func.MYI permettront de trouver les tables à coup sur. Attention, lorsqu'on copie les bases d'un serveur vers un autre, ne pas oublier aussi de les attribuer à l'utilisateur mysql.

Les fichiers de configuration sont :  /etc/my.cnf et /etc/sysconfig/mysqld.

Pour voir les variables d'environnement : « SHOW VARIABLES; » comme instruction quand on est dans la base de données.

Attention, lors d’une copie de ses répertoires :

- il faut modifier l’utilisateur et le groupe propriétaire des fichiers pour que le service MySQL puisse y accéder avec cette nouvelle configuration.

- sous debian il y a un utilisateur particulier qui est renseigné dans /etc/mysql/debian.cnf.

3)Plus de sécurité

il vaut mieux pour la sécurité :

accès général :

  mysql> GRANT ALL PRIVILEGES ON *.*

         TO 'nouvel_adm'@'%'

         IDENTIFIED BY 'mot_de_passe' WITH GRANT OPTION;

  Nota : ne pas modifier le paramètre '%'.

accès sur une base :

  mysql> GRANT SELECT, UPDATE, INSERT, DELETE ON base_de_données.*

         TO 'nouvel_utilisateur'@'localhost'

         IDENTIFIED BY 'mot_de_passe';

  Nota : ne pas modifier le paramètre 'localhost'.


  mysql> FLUSH PRIVILEGES;

  mysql> QUIT;


(source http://wiki.mandriva.com/fr/Linux-Apache-MySQL-PHP)

Maintenant, sous Mandriva au moins, il y a la commande mysql_secure_installation pour sécuriser le système à partir de la ligne de commande :

Les questions qui suivent vont sécuriser l'installation de votre base de données. Vous pouvez y répondre de la façon suivante :

"change the root password ?" taper y et tapez un mot de passe .

"remove anonymous users" taper y

"disallow root login remotly?" taper n

"remove test database and access to it " taper y

"reload privilege tables now" taper y

Voilà ! Votre avez renseigné les paramètres nécessaires.

B ) Création d'une base pour un utilisateur

Voici un exemple de création de base de données MySQL en ligne de commande,; son but est d'avoir localement la même configuration que celle que vous offre free.

On commence par entrer dans la base MySQL avec la commande « mysql » (voir « man mysql » pour plus d'informations).


SET PASSWORD = PASSWORD( '**********' );

Ajout du mot de passe root sur localhost (IMPORTANT)

SHOW DATABASES;

On regarde toutes les bases existantes.

DROP DATABASE `test`;

Effacer la table test.

use mysql;

On va dans la base de gestion de mysql.

SHOW TABLES;

Vision des tables existantes dans la la base sélectionnées (ici mysql)

INSERT INTO `user` ( `Host` , `User` , `Password` , `Select_priv` , `Insert_priv` , `Update_priv` , `Delete_priv` , `Create_priv` , `Drop_priv` , `Reload_priv` , `Shutdown_priv` , `Process_priv` , `File_priv` , `Grant_priv` , `References_priv` , `Index_priv` , `Alter_priv` , `Show_db_priv` , `Super_priv` , `Create_tmp_table_priv` , `Lock_tables_priv` , `Execute_priv` , `Repl_slave_priv` , `Repl_client_priv` , `Create_view_priv` , `Show_view_priv` , `Create_routine_priv` , `Alter_routine_priv` , `Create_user_priv` , `ssl_type` , `ssl_cipher` , `x509_issuer` , `x509_subject` , `max_questions` , `max_updates` , `max_connections` , `max_user_connections` )
VALUES ('localhost', 'troumad', PASSWORD( 'MOT_DE_PASSE' ) , 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', 'N', '', '', '', '', '0', '0', '0', '0')

Création de l'utilisateur 'nom_de_compte' avec le mot de passe 'mot_de_passe'

CREATE DATABASE `mon_de_compte`;

Pour créer une base avec le même nom que l'utilisateur

GRANT SELECT,INSERT,UPDATE,DELETE,CREATE,DROP ON mon_de_compte.* TO mon_de_compte;

Pour donner tous les droits à l'utilisateur sur sa base : information mise dans la table mysql.db

le premier est le nom de la base de données.

FLUSH PRIVILEGES;

Pour demander au serveur de recharger les tables de droits

use mon_de_compte;


CREATE TABLE `test` (
` id` MEDIUMINT(8) UNSIGNED NOT NULL AUTO_INCREMENT,
`date` DATE,
`heure` TIME,
`systeme` VARCHAR(255),
`adresse` VARCHAR(15),
`vient_de` VARCHAR(255),
`visiteur` MEDIUMINT(8) UNSIGNED DEFAULT '0' NOT NULL,
`fait_sa_visite` SMALLINT(5) UNSIGNED,
INDEX (` id`)
);

Pour faire un compteur de visite (Un exemple, mais, c'est à l'utilisateur de faire ce qu'il souhaite !) .

DROP TABLE `test`;

Pour effacer la table test (c'était un exemple inutile).

Exit;

Arrêter MySQL.

On peut sauver (respectivement remplir) une base de donnée de la manière suivante :

mysql -h localhost -u root -pmot_de_passe troumad > sauvegarde

mysql -h localhost -u root -pmot_de_passe troumad < sauvegarde

C ) phpMyAdmin

MySQL peut être géré par une interface graphique phpMyAdmin dont le site officiel est : http://phpwizard.net/projects/phpMyAdmin/. L'intérêt de cette interface est qu'elle nous informe des requettes MySQL qu'elle fait. Sous Mandriva, nous pouvons l'installer en faisant tout simplement : « urpmi phpmyadmin ». Le logiciel, s'installe sur /var/www/html/admin/phpMyAdmin, donc accessible en configuration initiale de http par « http://localhost/admin/phpMyAdmin ». Je conseille cependant le le mettre ou vous voulez dans votre arborescence et le mettre une entrée dessus dans votre fichier « /etc/httpd/conf/httpd2.conf » :

<VirtualHost 127.0.0.1> # Une adresse vers mon php...

DocumentRoot /maison/bs/mes_sites/phpMyAdmin

ServerName phpMyAdmin.monphp.org

</VirtualHost>

Il faut informer dans le fichier le champ $cfg['blowfish_secret'] en y mettant la chaîne de caractères de son choix 'maximum 46 caractères.

Maintenant, l'utilisateur troumad peut lire et modifier la base de données troumad, le service fourni par www.free.fr et ovh par exemple. Pour l'accès par phpMyAdmin à cette base de données soit effectif, il faut configurer le fichier config.inc.php :

$cfg['Servers'][$i]['auth_type'] = 'cookie'; // Authentication method (config, http or cookie based)?


Sous debian : PhpMyAdmin est fourni avec un script d'assistance à la configuration. Ce script peut être accédé à l'adresse « http://localhost/phpmyadmin/scripts/setup.php ». L'utilisation de ce script impose une authentification.

D ) Bonus

Une fois MySQL et le php installés, vous pouvez installer « sans frais » un wiki ou un forum, regardez par exemple http://www.phpbb-fr.com/ ou http://www.wikini.net/ .

E ) Accessibilité de l'extérieur

Il faut éditer le fichier « /etc/sysconfig/mysqld » et commenter la ligne

# MYSQL_OPTIONS="--skip-networking".

Et dans /etc/my.cnf , section [mysqld], la ligne suivante restreint le port d'écoute (en cas de présence de plusieurs Ip) :

bind-address=ip_du_serveur

En revanche ceci ouvre tous les ports (par défaut chez moi ):

bind-address=0.0.0.0

Ensuite, il faut donner les droits d'accès à partir de l'extérieur à un utilisateur :

use mysql;

GRANT ALL ON *.* to 'userdbt'@'192.168.0.1' IDENTIFIED BY 'tititoto';

Modification de la table mysql.user .

L'utilisateur userdbt au mot de passe tititoto peut accéder à toutes les bases à partir du PC 192.168.0.1

Vous pouvez restreindre les bases de données (recommandé), en remplaçant le *.* par la_base_permise.*

Vous pouvez permettre l'accès de tous les ordinateurs en remplaçant le '192.168.0.1' par '%'.

Après, le changement des fichiers de configuration, il faut relancer le service MySQL :

/etc/init.d/mysqld restart

Finalement, il faut ouvrir le port 3306 du mur de feu pour les interfaces qui pourront accéder à la base de données.

On peut tester le partage en ligne de commande par :

mysql -h Ip_du_serveur -u nom_de_l'utilisateur -p

F ) ODBCvi

C'est un module pour consulter à partir de programmes extérieurs, différents modèles de bases de données mêmes distants dont MySQL. Il existe une version windows qui permet l'accès aux bases de données qui sont sur des serveurs Linux ou autre à partir d'ordinateurs sous windows. Parmi les programmes extérieurs qui utilisent ODBC, il y a OpenOffice.org (voir http://fr.openoffice.org/Documentation/How-to/indexht.html section base de données).

Pour installer ODBC, « urpmi myodbc » sous Mandriva ou « sudo apt-get install libmyodbc unixodbc-bin » sous ubuntu, mais parfois, il est intéressant d'aller chercher le dernier driver sur le site officiel (comme aujourd'hui, car il marche mieux) : http://www.unixodbc.org/.


Les fichiers de configuration sont odbcinst.ini qui définit les drivers pour les différentes bases de données et odbc.ini qui définit les différents accès aux bases de données (sous ubuntu, une version de ce fichier est à /usr/share/libmyodbc/odbcinst.ini, il suffit alors de faire : sudo cp /usr/share/libmyodbc/odbcinst.ini /etc/ )

[root@portable][/etc]# cat /etc/odbc.ini

[local]

Description = Base locale

Driver = MySQL

Server = localhost

Database = troumad

Port = 3306

Socket =

Option =

Stmt =


[troumad]

Description = Base troumad

Driver = MySQL

Server = 192.168.2.1

Database = troumad

Port = 3306

Socket =

Option =

Stmt =


[root@portable][/etc]# cat /etc/odbcinst.ini

[MySQL]

Description = ODBC Driver for MySQL

Driver = /usr/lib/libmyodbc3.so.1

Setup = /usr/lib/libodbcmyS.so.1

FileUsage = 1

CPTimeout =

CPReuse =

Pour tester une connexion ODBC :

isql nom_de_base(trouvé dans odbc.ini) mon_utilisateur mot_de_passe

XII ) Partage de données / nfs

A ) Présentation

nfs est un système permettant d'effectuer un partage de certains dossiers par un réseau. C'est un protocole Unix qui n'est pas reconnu par les PC sous Windows, c'est pour cela que Samba a été développé.

Les qualités de nfs génèrent ses propres défauts : sa simplicité. Ses défauts deviennent gênant actuellement avec la démocratisation du wi-fi et autres moyens d'entrer dans un réseau. En effet, il suffit de pouvoir se connecter sur un réseau, de choisir une bonne adresse Ip et d'accéder à un partage nfs sur un PC sur lequel on a tous les droits pour pouvoir tout lire/écrire/modifier. La seule protection de nfs étant basée sur les uid et gid, on peut donc créer les utilisateurs ayant l'uid approprié et appartenant au bon groupe pour pouvoir accéder où on veut.

Je décris donc à la fin de ce chapitre des méthodes plus sécurisées de partages. Elles me semblent d'autant plus intéressantes qu'elles offrent beaucoup plus de possibilités. Au sein d'un réseau Linux il est possible aussi d'utiliser Samba pour le partage de fichiers.

Maintenant, avec les noyaux 2.6, il existe NFSv4. J'en parle à la fin de nfs.

Voir aussi : http://docs.hp.com/en/B1031-90043/ch02s05.html

B ) Serveur nfs

1)Installation

Le serveur est celui qui propose un partage.

Si on n'a pas installé le rpm, il faut commencer par l'installer : c'est nfs-utils [et rpcbind (ce dernier demande un reboot de la machine) à vérifier, c'était sous cooker] pour Mandriva et pour Debian, on a un choix 2 deux paquets différents :

aptitude search nfs.*server

i nfs-kernel-server - support for NFS kernel server

v nfs-server -

p nfs-user-server - User space NFS server

nfs-kernel-server c'est le serveur en espace noyau. Il est plus rapide mais peut présenter des risques car en espace noyau.

nfs-user-server c'est le serveur en espace utilisateur. Il est plus lent mais plus sûr car en espace utilisateur.

Chacun de ces deux paquets fournit le paquet virtuel nfs-server.


Pour paramétrer un serveur NFS, c'est très simple. Vous devez éditer le fichier /etc/exports qui liste les dossiers partagés. Imaginons que vous voulez partager des documents textes qui se trouvent dans /usr/local/texte, insérez alors ceci :

/usr/local/texte *.toto.fr(rw,no_root_squash,insecure)

Cette ligne partage le répertoire /usr/local/texte pour tout le réseau toto.fr en lecture/écriture (rw), avec la possibilité donnée à root d'avoir des droits et aussi en mode insecure. Il est évident que vous ne devez pas donner ces permissions sur un serveur accessible à internet mais cela peut être bon pour l'intranet à petite échelle. Pour appliquer les changements, si NFS tourne déjà (vérifiable par « ps -aux |grep nfsd »), faîtes simplement : « exportfs -a ». Vous pouvez vérifier tous les montages par : « exportfs ». Si le démon NFS qui gère ce partage n'est pas démarré, lancez alors : « /etc/rc.d/init.d/nfs-server start ».

Sur l'exemple suivant, on partage le répertoire /home à deux ordinateurs en lecture et écriture (voir « man exports » et le répertoire /opt à ces deux mêmes PC. Le partage de /opt n'est pas le même : root conserve ces droits root sur /opt s'il est sur le PC 192.168.1.1 et personne ne peut écrire sur /opt à partir du PC 192.168.1.100, on ne peut que lire.

Voici l'exemple de /etc/exports :

/home 192.168.1.1(rw) 192.168.1.100(rw)

/opt 192.168.1.1(rw,no_root_squash) 192.168.1.100(r)

Attention, les id des groupes et des utilisateurs propriétaires restent les mêmes dans un partage. On voit alors l'intérêt d'un serveur NIS qui met les utilisateurs et les groupes (entre autre) en commun pour tout un réseau.

C'est pour cela, que au début, j'ai donné des id différents en fonction des ordinateurs de la salle.

Remarque : Pour être utilisé dans des sites où les UIDs varient suivant les machines,  nfsd  fournit une  méthode de conversion dynamique des UIDs u serveur en UIDs du client et inversement.
Ceci est mis en service avec l'option map_daemon et utilise le protocole RPC UGID. Il faut que le démon de conversion ugidd(8) soit actif sur le client

2)Avec un fire-wall

http://www.lowth.com/LinWiz/nfs_help.html

http://wiki.mandriva.com/fr/Réseau_Linux_avec_NFS

Pour permettre pour configurer un fire-wall qui commande le NFS, est-il utile de pouvoir fixer les ports employés par ces services, car plusieurs sont choisis par défaut aléatoirement. Heureusement c'est possible , bien que les méthodes pour imposer ces nombres soient différentes pour chacun des démons. Le tableau suivant présente les démons de NFS et donne l'information appropriée pour chacun d'eux.

Démon

RPM

Port standard

Port suggéré

Que changer

portmap

portmap

111

111

Rien

rpc.statd

nfs-utils

Aléatoire

4000

Éditer /etc/init.d/nfslock ou /etc/sysconfig/nfs-commun

rpc.nfsd

nfs-utils

2049

2049

Rien

rpc.lockd

nfs-utils & kernel

Aléatoire

4001

Éditer /etc/modprobe.conf ou /etc/modules.conf

rpc.mountd

nfs-utils

Aléatoire

4002

Créer ou éditer /etc/sysconfig/nfs(-server)

rpc.rquotad

quota

Aléatoire

4003

Installer "quota" version 3.08 ou plus et éditer /etc/rpc et /etc/services

Pour /etc/sysconfig/nfs-commun :

STATD_OPTIONS="--port 4000"

Si ce fichier n'existe pas (ancienne version) , c'est /etc/init.d/nfslock où il faut vérifier les lignes suivantes :

start)

# Start daemons.

gprintf "Starting NFS lockd: "

daemon rpc.lockd

echo

gprintf "Starting NFS statd: "

daemon rpc.statd -p 4000

echo

touch /var/lock/subsys/nfslock

;;


Pour /etc/modprobe.conf rajouter la ligne :

options lockd nlm_udpport=4001 nlm_tcpport=4001

ou pour les versions plus ancienne /etc/modules.conf, ajouter la ligne :

options lockd nlm_udpport=4001 nlm_tcpport=4001


Pour /etc/sysconfig/nfs-server , compléter la ligne :

RPCMOUNTD_OPTIONS="--port 4002"

Si ce fichier n'existe pas (ancienne version avant mdv 2008.0), c'est le fichier /etc/sysconfig/nfs ou il faut décommenter et informer la ligne :

MOUNTD_PORT=4002


Pour /etc/rpc : « urpmi quota » et vérifier que la ligne suivante est présente :

rquotad 100011 rquotaprog quota rquota

Pour /etc/services, informer le port 4003 :

rquotad 4003/tcp # nfs

rquotad 4003/udp

Après ceci relancer les démons portmap et/ou nfs : « /etc/init.d/nfs restart ». Avec les nouvelles versions, il faut recharger le module et relancer le service nfs-server. Comme le module est en service, vous ne pouvez pas le décharger puis recharger. Vous devez donc redémarrer de l'ordinateur, ce qui est rarissime sous Linux.

Pour vérifier si les ports sont bien les bons, on peut faire : « rpcinfo -p ».

3)Protection avec hosts.deny et hosts.allow

Les fichiers /etc/hosts.allow et /etc/hosts.deny sont des fichiers pour autoriser ou refuser l'accès à certains "services réseaux" (comme nfs ou portmap) pour des machines spécifiques. La partie suivante est copiée sur : http://lea-linux.org/cached/index/Reseau-partfic-nfs.html

a) /etc/hosts.deny

On va interdire toutes les machines qui ne sont pas autorisées explicitement dans le /etc/hosts.deny.

Un bon vieux "ALL: ALL" interdira l'accès à tous les services à partir de toutes les machines. On peut cependant être plus précis en écrivant :

portmap:ALL

lockd:ALL

mountd:ALL

rquotad:ALL

statd:ALL

b) /etc/hosts.allow

Dans le même esprit que pour le /etc/hosts.allow, ce fichier a l'architecture suivante :

[service]: [IP de la machine client]

[service]: [Nom de la machine client]

Donc pour autoriser 192.168.1.34 à se connecter à un partage NFS, on écrira :

portmap:192.168.1.34

lockd:192.168.1.34

mountd:192.168.1.34

rquotad:192.168.1.34

statd:192.168.1.34

4)derrière un routeur

/home 192.168.1.1(rw,insecure)

L'option insecure permet à NFS d'écouter les requêtes sur des ports au-dessus de 1024. Ici le routeur transmet les requêtes du client sur un port supérieur à 1024, ce que refuse le serveur NFS, l'option insecure lève cette restriction.

Pour sécuriser un peu l'affaire, il faut déjà filtrer le port 111 en udp et tcp au niveau du routeur en n'autorisant juste l'accès à aux stations clientes autorisées.

C ) Client nfs

Le client est celui qui accède au partage. Ceci dit un PC peut être simultanément client et serveur.

Une astuce de son côté pour installer un partage malgré un fire-wall consiste à couper le fire-wall le temps de la mise en route du partage et de le remettre ensuite. Sinon, il faut regarder le point précédent sur le serveur.

1)Logiciels à installer

Sous Mandriva, tout est là par défaut. Parfois, il faut aussi faire « urpmi rpcbind »

Sous ubuntu : «  sudo apt-get install nfs-common »

2)/etc/fstab

Ce fichier contient les informations de montage des partitions. Pour savoir ce qui est monté, vous pouvez tapez « df ». Cette instruction indiquera en plus les tailles des chaque partition montée et la place utilisée. Pour monter (accéder) en temporaire, des partages nfs, ou samba, on peut le faire avec la commande mount et plein de paramètres. Le nombre de paramètres est réduit si le partage est déjà défini dans /etc/fstab : il suffit juste de faire « mount /point_de_montage ». Le point de montage est le répertoire dans l'arborescence où on trouvera notre partage. Ce partage sera vu comme un répertoire, donc complètement transparent pour l'utilisateur.

Voici un exemple de fstab sous un noyau 2.4 (et 2.6 pour une Mandriva qui maintient la compatibilité) :

/dev/hda1 / ext3 noatime 1 1

none /dev/pts devpts mode=0620 0 0

/dev/hda5 /home ext3 noatime 1 2

none /mnt/cdrom supermount dev=/dev/hdd,fs=auto,ro,--,iocharset=iso8859-15,codepage=850,umask=0 0 0

none /mnt/floppy supermount dev=/dev/fd0,fs=auto,--,iocharset=iso8859-15,

sync,codepage=850,umask=0 0 0

/dev/hdb1 /mnt/windows vfat iocharset=iso8859-15,codepage=850,umask=0 0 0

none /proc proc defaults 0 0

//serveur/share /mnt/point_de_montage cifs uid=toto,username=toto,password=xxx 0 0

/dev/hdb5 swap swap defaults 0 0

192.168.1.1:/opt /opt nfs retry=1000,defaults 0 0

//serveur/homes /maison/bs cifs noauto,user,uid=troumad,username=bernard 0 0 # cifs remplace sur les nouvelles versions smbfs


À partir du noyau 2.6, on a effectué un grand ménage dans le répertoire /dev en créant des sous répertoires, Mandriva les a aussi créé, mais a mis des liens symboliques afin de conserver la compatibilité. Ce nettoyage se fait dès que le noyau 2.6 est installé et reste même quand on repasse au noyau 2.4 sur le même système grâce à un multiboot. Ceci donne donc avec le nouveau noyau :

proc /proc proc defaults 0 0

/dev/discs/disc0/part1 /mnt/hda1 ext3 defaults 0 0

/dev/discs/disc0/part6 / ext3 defaults,errors=remount-ro 0 1

/dev/discs/disc0/part5 /home ext3 defaults 0 2

/dev/discs/disc0/part8 /mnt/mdk10.1 ext3 defaults 0 2

/dev/discs/disc0/part9 /mnt/mdk10.0 ext3 defaults 0 2

/dev/cdroms/cdrom0 /media/cdrom0 iso9660 ro,user,noauto 0 0

/dev/discs/disc0/part7 none swap sw 0 0

/dev/hdd /media/cdrom0 iso9660 ro,user,noauto 0 0

/dev/fd0 /media/floppy0 auto rw,user,noauto 0 0


Quand on monte une unité logique sur le système, on indique un répertoire qui doit déjà exister. S'il y a déjà des choses dans ce répertoire elles deviendront inaccessibles. C'est pour cela que la racine est montée avec le reste.

Les lignes 1 et 3 sont des partitions internes sur le premier disque dur (hda). La première sera montée à la racine :/, et la seconde est l'ensemble des répertoires personnels (/home).

Les lignes 4 et 5 prennent en compte des montages de périphériques amovibles qui sont habituellement montés en /mnt. Ici, vous pouvez les mettre ailleurs, ceci gênera bien les habitués du système.

L'antépénultième ligne est le fichier swap : partition où le système stocke les données qui devraient être dans la RAM et qui ne servent momentanément plus.

L'avant dernière est un montage de fichier partagé avec nfs. C'est le répertoire /opt du PC dont l'adresse IP et 192.168.1.1 qu'on met nous aussi en /opt.

Vous pouvez noter les deux montages samba (dernière ligne et ligne 8) : le premier peut se faire automatiquement car il y a le mot de passe écrit. Mais pas le second ! Voici les spécificités du second :

il n'est pas monté automatiquement car il demande l'entrée du mot de passe, mais il peut être monté par tous si en plus /maison/bs appartient à troumad.

il correspond au montage du partages [homes] de l'utilisateur bernard

il appartiendra à l'utilisateur troumad

3)récupérer le partage

La première chose à faire est de renseigner le partage dans le fichier /etc/fstab. Ensuite, on monte tout simplement le partage : « mount /répertoire_de_montage » sans avoir à donner d'autres paramètres à mount.

Pour démonter une unité logique, ce qu'on ne peut le faire que si personne ne s'en sert, il faut faire « umount /répertoire_de_montage ». Si une personne s'en sert, on aura la réponse suivante : « umount : /home : périphérique occupé ». Pour savoir par qui ou par qui est occupé le partage en question, faire : « /sbin/fuser -vm /repertoire_partagé » ou « lsof » qui est pratique pour ça, car il liste les fichiers ouverts et signale quel processus l'a ouvert. On aura comme information les utilisateurs qui sont dessus (à déloger) et les PID des programmes qui l'utilisent (à tuer en dernier recours). Le recours ultime pourra être : « umount -fl /repertoire_partagé » qui force le démontage ou pire encore pour couper et remettre les partages nfs et samba : « /etc/init.d/netfs restart »

Remarque : Si vous avez

$ mount /opt

mount: RPC: Program not registered

alors que tout semble être correct, relancez le démon nfs sur le serveur. Puis recommencez... ou tentez :

mount 192.168.1.1:/opt /opt

4)Fermer le partage

Il est conseillé de fermer le partage sur le client avant d'éteindre le serveur. En effet un partage encore actif sur une source qui n'existe plus pose des problèmes. Par exemple, elle bloque la commande « df » qui donne l'état des différents montages.

En cas d'oubli, il y a un script disponible sous debian : /etc/init.d/umountnfs.sh .

« umount -rfl » démonte un partage récalcitrant.

D ) NFSv4

un ptit topo sur le wiki de Clubic : http://www.clubic.com/wiki/NFS.

des informations sur la mise en place du proto : http://developer.osdl.org/dev/nfsv4/wiki/index.php/Main_Page

les docs utiles sur NFSv4 : http://developer.osdl.org/dev/nfsv4/site/documentation/

http://wiki.linux-nfs.org/index.php/NFSv4_Introduction

et une traduction française :http://wiki.linux-nfs.org/index.php/Nfsv4_configuration_fr

http://www.cert.fr/francais/deri/siron/fabre/KERBEROS/MainKerb.html

1)Présence de NFSv4

On peut faire un : « grep 'nfs4' /proc/kallsyms »

Si des symboles sont retournés, le service NFSv4 est présent.

2)Configuration de kerberosvii

http://www.supinfo-projects.com/en/2004/environnement_kerberos_linux/

http://www.startcom.org/docs/fr/Guide%20de%20reference%20StartCom%20Enterprise%20Linux%203.0.x/s1-kerberos-server.html

Ceci n'est nécessaire que si vous voulez utiliser Kerberos 5 (krb5) avec NFSv4. (Ce qui est une bonne idée.)

Kerberos est un protocole d'authentification réseau créé par l'MIT qui utilise la cryptographie des clés au lieu des mots de passe en texte clair. Kerberos renforce la sécurité du système et empêche que des personnes non autorisés interceptent les mots de passe des utilisateurs.

a) côté serveur

urpmi krb5-server

urpmi gnome-kerberos pour disposer d'un utilitaire graphique permettant d'administrer Kerberos.

fichiers de configuration /etc/krb5.conf et /etc/kerberos/krb5kdc/kdc.conf (var/kerberos/krb5kdc/kdc.conf sur d'autres : regardez, c'est indiqué dans /etc/krb5.conf)


Notes sur Kerberos

Les heures de vos machines doivent être correctes, et indiquer la même heure. Utiliser ntp pour être sûr que c'est le cas.

Le fichier /etc/hosts doit lister tous domaines complets avec tous les attributs, c'est-à-dire que le fichier doit avoir une IP, puis le nomachine.nom.de.domaine.fr. Le nom de la machine ne doit pas apparaître dans la ligne localhost

Ne pas mélanger les minuscules avec les majuscules dans les noms de machine (DNS) dans le KDC. mamachine@domaine.org est correct, mais MaMachine@domaine.org provoquera une erreur.


E ) shfs

http://www.labo-linux.com/index.php?page=lumieres&id=278&p=#s

Le serveur doit juste avoir sshd d'actif. Pour installer sur le client sous Mandriva : « urpmi shfs-utils » et sous ubuntu « sudo apt-get install shfs-source shfs-utils gcc-3.4 linux-headers-`uname -r`

sudo module-assistant build shfs

sudo module-assistant install shfs » (puis « man shfsmount »). Pour mettre en oeuvre le partage :

shfsmount -o uid=XXX,gid=XXX utilisateur@serveur

Vous pouvez permettre à tous les utilisateurs d'utiliser shfsmount en plaçant le bit setuid sur le binaire (attention aux droits sur le répertoire de montage) :

# chmod u+s $(which shfsmount)

Il est possible de mettre l'info dans /etc/fstab :

user@serveur /répertoire_de_montage shfs noauto,user,retry=1000 0 0

On peut aussi rajouter « uid=XXX,gid=XXX » comme option, mais c'est incompatible avec user ! Je conseille cette option user car ça évite de passer par root pour rentrer le mot de passe (ou la passphrase). L'option -P, pour changer le port de connection, est utilisable en rajoutant « P1221, » devant « noauto,user,retry=1000 » pour dire que ssh est sur le port 1221 au lieu de 22 :

bernard@linux.iutb.fr:/home /home_iut shfs P1221,noauto,user,retry=1000 0 0

En utilisant les clefs publique/privée couplées avec ssh-agent/ssh-add, il est possible de se passer de mots de passe (voir le chapitre sur ssh). Cette utilisation est même conseillée pour maintenir les connexions actives.

Une surprise de taille, tous les fichiers sont sensés vous appartenir, mais ne vous inquiétez-pas, vous ne pourrez pas surpasser vos droits sur le serveur !

Un grand avantage de cette méthode est son portage sur un portable. En effet, nfs ne passe pas à travers un pare-feu bien fait alors que laisser passer du ssh est tout à fait admissible, donc un montage par shfs peu se faire n'importe où de la même façon.

F ) LUFS

http://lufs.sourceforge.net/lufs/

Montage d'un partage ftp :

lufsmount ftpfs://troumad:mot de passe@ftpperso.free.fr free

Mon essai est très peu probant : déconnections fréquentes et écriture impossible.

Montage d'un répertoire personnel distant par une connecxtion ssh :

lufsmount sshfs://geiibsiaud@134.214.12.34 bo4

Pour ce dernier montage, il est préférable de le faire avec clef publique/privé et ssh-agent/ssh-add afin de ne pas avoir à rentrer le mot de passe à chaque demande. Avec cette méthode, tous ce qui ne vous appartient pas est à demon, les droits sont conservés.

Pour le moment, je conseille donc shfs. Surtout à cause de la configuration dans /etc/fstab que je suis arrivé à faire correctement. Lufs à l'air non maintenu depuis fin 2003.

G ) SSHFS

http://fuse.sourceforge.net/sshfs.html

chmod a+rw /dev/fuse

chmod u+s $(which sshfs) (pourquoi ?)

smart

Utilisation :

sshfs <user>@<serveur>:/<rep-distant> <point_montage>


Installation :

Sous Mandriva : « urpmi sshfs-fuse ».

Sous ubuntu, il suffit que l'utilisateur appartienne au groupe fuse pour qu'il puisse y accéder sans faire les changements de droits décrits si dessus.

Sous debian : « apt-get install sshfs », en plus : « chgrp fuse /dev/fuse »

Il faut parfois dire de lancer le module fuse au démarrage : dans /etc/modprobe.preload pour Mandriva ou /etc/modules pour Debian rajouter la ligne :

fuse

Le symptôme est le refus de monter le répertoire car /dev/fuse n'existe pas et ceci se répare avec :

sudo modprobe fuse


« umount s<point_montage> » simplement pour démonter, mais avec l'utilisateur qui a fait le montage.

Remarque : Voir les options  allow_other et  allow_root de sshfs pour être sur que l'utilisateur qui se connecte par samba puisse voir le répertoire.

Par défaut seul l'utilisateur qui monte le répertoire peut le voir (pour des raisons de sécurité). Mais tu peux changer ceci avec les options allow_other et allow_root comme mentionné précédemment.

# echo user_allow_other > /etc/fuse.conf

$ sshfs -o allow_other PC-distant:. ~/mnt/disk

Plus d'erreur et le répertoire est vu dans Windows via samba. Inutile de redémarrer le service fuse : le fichier /etc/fuse.conf est apparemment lu lorsque la commande sshfs est lancée.


Parfois l'utilisation de sshfs peut générer des figeages de certaines applications quand elles parcourent les répertoires. C'est que la connexion est coupée et le répertoire non démonté. La méthode la plus simple pour venir à bout de ce problème est de tuer les programmes ssh qui gèrent la connexion sshfs :

[troumad@localhost][~]
$ ps uwx | grep ssh
troumad   5312  0.0  0.0  12304   492 ?        Ss   Jan03   0:00 ssh-agent
troumad  24727  0.0  0.0  28772  2600 pts/1    S    14:17   0:00 ssh -x -a -oClearAllForwardings=yes -oport=22 -2 geiibsiaud@134.214.12.234 -s sftp
troumad  24735  0.0  0.0 176088   524 ?        Ssl  14:17   0:00 sshfs geiibsiaud@134.214.12.234:/ /bureau -o port=22
troumad  24771  0.0  0.0  23708   852 pts/1    S+   14:17   0:00 grep --color ssh
kill -9 24727 24735

Et le problème est résolu.

H ) Autres (à regarder)


http://www.citi.umich.edu/projects/nfsv4/ , http://www.citi.umich.edu/projects/nfsv4/linux/ , et http://www.nfsv4.org/

http://publib.boulder.ibm.com/infocenter/pseries/index.jsp?topic=/com.ibm.aix.doc/aixbman/security/secure_nfs.htm

http://www.fs.net/sfswww/



SFS est un système de fichiers réseau (basé sur nfs) sécurisé et global avec un système de contrôle complètement décentralisé. On doit créer un clef publique et une privée pour se connecter à un serveur sfs.

XIII ) F

Dessin 2 : Firewall

ire-wall

Un fire-wall est une protection de votre système contre les intrusions de l'extérieur. Il bloque certains ports et laisse les autres ouverts. Ils gèrent aussi les redirections de port et d'adresse, grâce à ça, il peut permettre le partage de connexions internet (votre PC, pourra alors servir de passerelle internet). Aujourd'hui (depuis la version 2.4 du noyau), sous Linux, le Fire-wall est géré par ip-table. Ip-table, lui peut-être géré par d'autres programmes comme shorewall.

A ) Shorewall

Pour l'installer, passez par RpmDrake : installation de paquetages logiciels. Cherchez les programmes contenant Shorewall et installez-les. Vous pouvez aussi passer par la ligne de commande : « urpmi shorewall » . Shorewall utilise IPTABLES, il faut donc que vous l'ayez installé préalablement où son installation ce fera aussi automatiquement..

L'installation sous debian se fait avec « apt-get install shorewall » et contrairement à Mandriva, les fichiers de configurations ne sont pas présents dans le répertoire /etc/shorewall. Les fichiers de configuration peuvent être trouvés sur le système dans le répertoire /usr/share/doc/shorewall/default-config. Décompressez les (gunzip) et copiez simplement les dossiers dont vous avez besoin dans /etc/shorewall et modifiez les.

Guide complet : http://france.shorewall.net/shorewall_quickstart_guide.htm

Document inspiré de http://www.iglooduhack.com/linux_shorewall.php

Pour une utilisation domestique voir : http://docs.cafe-philo.net/procedures/shorewall.html

1)Présentations

Shorewall voit le réseau où il tourne, comme un ensemble de zones.

Shorewall reconnaît aussi le système de firewall comme sa propre zone - par défaut, le firewall est connu comme fw.

Les règles à propos de quel trafic autoriser, et de quel trafic interdire sont exprimées en terme de zones.

Vous exprimez votre politique par défaut pour les connexions d'une zone vers une autre zone dans le fichier /etc/shorewall/policy.

Vous définissez les exceptions à ces politiques pas défaut dans le fichier /etc/shorewall/rules.

Pour chaque connexion demandant à entrer dans le firewall, la requête est en premier lieu comparée par rapport au fichier /etc/shorewall/rules. Si aucune règle dans ce fichier ne correspond à la demande de connexion alors la première politique dans le fichier /etc/shorewall/policy qui y correspond sera appliquée. Si cette politique est REJECT ou DROP  la requête est dans un premier temps comparée par rapport aux règles contenues dans /etc/shorewall/common. Tous les fichiers de configuration pour Shorewall sont situés dans le répertoire /etc/shorewall.

2)Configurer le fichier "zones"

Le fichier zones est utilisé pour définir les zones du réseau. Il y a une ligne par zone.

On va commencer par créer une zone qui sera le "réseau local" et une autre qui sera "Internet".

#ZONE DISPLAY COMMENTS

loc Local Reseau Local

net Net Internet

Colonne

Description

ZONE

Le nom doit être composé de 5 caractères minuscules (chiffres et lettres) ou moins. Il doit commencer par une lettre. Le nom assigné au firewall et "multi" sont réservés pour Shorewall. Notez que la sortie produite par iptables est bien plus facile à lire si vous utilisez des noms de moins de 3 caractères.

DISPLAY

Le nom de la zone affichée pendant le démarrage de Shorewall

COMMENTS

Commentaires sur la zone. Shorewall ignore ces commentaires.

3)Configurer le fichier "interfaces"

Le fichier interfaces est utilisé pour indiquer au firewall quelle interface réseau de votre firewall est connectée à quelle zone. Il y a une entrée dans interfaces pour chacune de vos interfaces.

Si eth0 est la carte réseau qui interface le réseau local. (généralement c'est eth1 pour les connexions internet avec modem par éthernet, remplacer alors ppp0 (pour les modems usb) par eth1.)

#ZONE INTERFACE BROADCAST OPTIONS

loc eth0 detect

net ppp0 - noping

Colonne

Description

ZONE

Une zone définie dans le fichier zones ou "-". Si vous spécifiez "-", vous devez utiliser le fichier hosts pour définir les zones accédées via cette interface.

INTERFACE

Le nom d'une interface (exemples: eth0, ppp0, ipsec+, etc.)

BROADCAST

L'adresse broadcast du sous-réseau attaché à l'interface. Il faut la laisser vide pour les interfaces P-T-P (ppp*, ippp*); si vous avez besoin de spécifier des options pour de telles interfaces, entrez "-" dans ce champs. Si vous spécifiez la valeur spéciale "detect", le firewall déterminera automatiquement l'adresse broadcast. Notez que pour utiliser ceci, vous devez avoir iproute installé et l'interface doit être montée avant le démarrage du firewall.

OPTIONS

Une liste d'options séparées par des virgules. Les options possibles sont : blacklist, dhcp, noping, routestopped, norfc1918, routefilter, multi, dropunclean.

- « routestopped" : ce qui signifie que lorsque le firewall est arrêté, le traffic de et vers cet hôte sera accepté et le routage se fera entre cet hôte et les autres interfaces et hôtes qui ont l'attribut "routestopped". Cet attribut n'est plus valable dans les nouvelles versions. Il faut utiliser le fichier « routestopped ».

- "noping" : Signifie qu'il sera impossible de pinguer le firewall depuis Internet.

4)Configurer le fichier "masq"

Le fichier masq est utilisé pour définir le masquage IP classique. A partir de la version 1.2.5 de Shorewall, il peut aussi servir à définir des NAT Source (SNAT). Il y a une entrée dans le fichier pour chaque sous-réseau que vous voulez masquer.

Les adresses réservées par la RFC 1918viii sont parfois désignées comme non-routables car les routeurs Internet (backbone) ne font pas circuler les paquets qui ont une adresse de destination appartenant à la RFC-1918. Lorsqu'un de vos systèmes en local, l'ordinateur 1 ( à l'adresse 192.168.1.2 du réseau local) demande une connexion à un serveur par Internet, le firewall doit appliquer un NAT (Network Address Translation). Le firewall réécrit l'adresse source dans le paquet, et la remplace par l'adresse de l'interface externe du firewall; en d'autres mots, le firewall fait croire que c'est lui même qui initie la connexion. Ceci est nécessaire afin que l'hôte de destination soit capable de renvoyer les paquets au firewall (souvenez vous que les paquets qui ont pour adresse de destination, une adresse réservée par la RFC 1918 ne pourront pas être routés à travers Internet, donc l'hôte Internet ne pourra adresser sa réponse à l'ordinateur 1). Lorsque le firewall reçoit le paquet de réponse, il remet l'adresse de destination à 192.168.1.2 et fait passer le paquet vers l'ordinateur 1.

Sur les systèmes Linux, ce procédé est souvent appelé de l'IP Masquerading mais vous verrez aussi le terme de Source Network Address Translation (SNAT) utilisé. Shorewall suit la convention utilisée avec Netfilter:

- Masquerade désigne le cas ou vous laissez votre firewall détecter automatiquement l'adresse de l'interface externe.

- SNAT désigne le cas où vous spécifiez explicitement l'adresse source des paquets sortant de votre réseau local.

Sous Shorewall, autant le Masquerading que le SNAT sont configurés avec des entrées dans le fichier /etc/shorewall/masq. Vous utiliserez normalement le Masquerading si votre adresse IP externe est dynamique, et SNAT si elle est statique.

Pour profiter de cet outil, vous devez avoir NAT activé. Les champs de ce fichier sont :

Si eth0 est la carte réseau qui interface le réseau local.

#INTERFACE SUBNET ADDRESS

ppp0 eth0

Colonne

Description

INTERFACE

L'interface qui masquera le sous-réseau; c'est normalement votre interface internet. Ce nom peut optionnellement être qualifié en ajoutant ":" et un sous-réseau ou un hôte IP. Quand cette qualification est ajoutée, seulement les paquets adressés à cet hôte ou ce sous-réseau seront masqués.

SUBNET

Le sous-réseau que vous voulez voir masqué par l'interface. Il peut être exprimé somme une simple adresse IP, un sous-réseau ou un nom d'interface. Dans le dernier cas, l'interface doit être configurée et démarrée avant Shorewall, et Shorewall déterminera le sous-réseau en fonction des informations fournies par l'utilitaire 'ip'.

ADDRESS

L'adresse source à utiliser pour des paquets sortants. Cette colonne est optionnelle et si vide, l'adresse IP courante de l'interface de la première colonne est utilisée.

5)Configurer le fichier "policy"

Le fichier policy est utilisé pour décrire la politique du firewall concernant l'établissement des connexions. L'établissement des connexions est décrit en terme de clients qui initient des connexions et des serveurs qui reçoivent ces requêtes de connexion. Les politiques définissent quelles zones sont autorisées à établir des connexions avec quelles autres zones.

Le fichier policy est lu de haut en bas et Shorewall utilise la première politique applicable qu'il trouve. Faites attention à l'ordre de ces politiques.

Si eth0 est la carte réseau qui interface le réseau local.

#SOURCE DEST POLICY LOG LEVEL LIMIT:BURST

loc net ACCEPT

net fw ACCEPT

fw net ACCEPT info

net all DROP info

all all DROP info

??? - On accepte par défaut tout ce qui va du réseau local vers le firewall.

La première a qqc à voir avec le firewall? Je pensais que c'était entre le réseau local et le net!


- On accepte par défaut tout ce qui vient d'Internet vers le firewall

- On accepte par défaut tout ce qui va du firewall vers Internet en loguant

Ca veut dire quoi «  en loguant »?

De cette manière vous aller avoir la politique suivante. Tout ce qui vient du réseau local et qui veut sortir vers Internet le pourra y compris des choses comme Chevaux de Troie (Trojan), Spyware.... En revanche tout ce qui essayera d'établir une connexion depuis Internet vers le réseau local ne le pourra pas.

C'est la première politique de sécurité, la moins contraignante mais pas la plus performante.

Une fois que vous aurez défini toutes les règles de droits de sortie au niveau du fichier rules vous pourrez alors passez cette règle à DROP ainsi tout ce qui essayera de sortir par un autre port que ceux que vous avez défini ne le pourra pas. Sachez que si vous utilisez par exemple un nouveau logiciel quelconque qui travaille sur un port donné et qui a besoins de sortir sur Internet, il faudra tout d'abord ouvrir le(s) port(s) du logiciel.

Ex: Si vous voulez recevoir vos mail et que vous n'avez pas ouvert le port 110 (port pop), alors le firewall supprimera tous les paquets qu'il recoit en loguant tout ceci dans /var/log/messages

- On supprime par défaut tout ce qui vient d'Internet vers partout (dans notre réseau local) en loguant

- On supprime par défaut tout ce qui vient de partout vers partout en loguant

Colonne

Description

SOURCE

Le nom d'une zone cliente (une zone définie dans le fichier zone, le nom de la zone du firewall "fw", ou "all")

DEST

Le nom d'une zone de destination (une zone définie dans le fichier zone, le nom de la zone du firewall "fw", ou "all")

POLICY

La politique par défaut pour les requêtes de connexions de la zone CLIENT à la zone SERVEUR.

- ACCEPT : la connexion est autorisée

- DROP : la requête de connexion est ignorée (comme le PC n'existait pas)

- REJECT : la requête de connexion est rejetée avec un paquet RST (TCP) ou ICMP - destination inaccessible - retourné au client

- CONTINUE : la connexion n'est ni acceptée, ni ignorée, ni rejetée. CONTINUE peut être utilisé quand une ou les deux zones nommées dans la ligne sont des sous- zones ou croisent une autre zone.

LOG LEVEL

Optionnel. Si omis, aucun message n'est généré quand la politique est appliquée. Sinon, cette colonne devrait contenir un chiffre ou nom indiquant un niveau de log syslog.

6)Configurer le fichier "rules"

Le fichier rules définit les exceptions aux politiques définies dans le fichier policy. Il y a une ligne dans le fichier rules pour chaque règle. Les champs du fichier rules sont :

#ACTION SOURCE DEST PROTO DEST PORT SOURCE PORT(S) ORIGINAL DEST

# Internet Vers le Firewall

ACCEPT net:IP_INTERNET/27 fw tcp -

ACCEPT net:IP_INTERNET/27 fw udp -

# Atteindre le Firewall par le reseau local

# SSH (Telnet Securisé...) et Telnet non securisé

ACCEPT loc fw tcp 22,23

# Firewall Vers Internet

# DNS , HTTP, POP, SMTP, NNTP, SSL (=HTTPS)

ACCEPT fw net tcp 53,80,110,25,119,443

ACCEPT fw net udp 53

# accepter les ping de l'extérieur : important pour les serveurs DNS

# pour être reconnu par les routeurs

ACCEPT net fw icmp

# accepter les ping vers l'extérieur

ACCEPT fw net icmp

# accepter les ping du réseau local

ACCEPT masq fw icmp

# accepter les ping vers le réseau local

ACCEPT fw masq icmp

# permettre à notre PC d'accéder à un serveur X distant identifié par son IP ou sa MAC adresse.

ACCEPT net:ip_serveur fw udp 6000:6015 -

ACCEPT net:ip_serveur fw tcp 6000:6015 -

ACCEPT net:~MAC-ADDR-SEPARER-PAR-DES-SYMBOLES-MOINS fw udp 6000:6015 -

ACCEPT net:~MAC-ADDR-SEPARER-PAR-DES-SYMBOLES-MOINS fw tcp 6000:6015 -


Colonne

Description

ACTION

ACCEPT, DROP ou REJECT. Ces valeurs ont la même signification ici que dans le fichier policy.

DNAT : Fait suivre les appels sur un port du routeur vers un autre PC du réseau local

À partir de la version 1.0.4, ceci peut éventuellemennt suivi par ":" et un niveau de log syslog (exemple: REJECT:info). Ceci fait que le paquet est loggué au niveau spécifié avant d'être accepté, ignoré ou rejeté.

CONTINUE, DNAT, REDIRECT et LOG

SOURCE

Décrit le client. Ce client doit commencer par le nom d'une zone, mais peut être qualifié en ajoutant ":" et un qualificatif. Les qualificatifs sont soit : le nom d'une interface (exemple: loc:eth4), soit une adresse IP (exemple: net:155.186.235.151), soit une adresse MAC dans le format utilisé par Shorewall, soit enfin un sous-réseau (exemple: net:155.186.235.0/24).

DEST

Décrit le serveur. Ce champ peut prendre n' importe quelle forme décrite pour le CLIENT, plus deux formes supplémentaires : une adresse IP suivie par ":" et le numéro de port sur lequel écoute le serveur (exemple: loc:192.168.1.3:80), et deux ":" suivis par un numéro de port (exemple: fw::8080 - cette forme n'est autorisée que pour la zone du firewall "fw" et se réfère à un serveur fonctionnant sur le firewall lui-même et écoutant sur le port spécifié).

PROTO

Doit être le nom d'un protocole défini dans /etc/protocols , un nombre, "all" ou "related". Spécifie le protocole de la requête de connexion. "related" doit être spécifié seulement si vous avez défini ALLOWRELATED="no" dans le fichier shorewall.conf et que vous voulez écraser ce paramêtre pour les connexions des clients aux serveurs définis dans cette règle. Quand "related" est spécifié, le reste des colonnes devrait être laissé vide.

DEST PORT

Le port ou la plage de ports connectés. Ne peut être spécifié que si le protocol est tcp, udp ou icmp. Pour icmp, ce champ est interprété comme un type icmp. Si vous ne voulez pas spécifier de port(s) mais que vous avez besoin d'inclure des informations dans un des champs à droite, entrez "-" dans cette colonne. À partir de la version 1.1.12, vous pouvez donner une liste de ports et / ou une plage de ports séparées par des virgules. Une plage de ports a la forme :

SOURCE PORT

Peut être utilisé pour restreindre la règle à un port ou une plage de ports clients particuliers. Si vous ne voulez pas restreindre les ports clients mais voulez spécifier une ADRESSE dans la colonne suivante, entrez "-" dans cette colonne. A partir de la version 1.1.12, vous pouvez donner une liste de ports et / ou une plage de ports séparées par des virgules.

ORIGINAL DEST

Si le champ ACTION est DNAT ou REDIRECT et la colonne ORIGINAL DEST est laissée vide, n'importe quelle demande de raccordement arrivant au firewall de la SOURCE qui convient à la règle sera expédiée ou réorientée. Ceci fonctionne très bien pour des demandes de raccordement arrivant de l'Internet où le firewall a seulement une adresse IP externe simple. Quand le firewall a des adresses externes d'IP multiples ou quand la SOURCE est autre que l'Internet, il y aura habituellement un désir pour que la règle s'applique seulement à ces demandes de raccordement dirigées vers des adresses particulières d'IP (voir l'exemple 2 ci-dessous pour une autre utilisation). Ces adresses d'IP sont indiquées dans la colonne ORIGINAL DEST comme une liste virgule-séparée.


On peut faire tourner un ou plusieurs serveurs sur nos ordinateurs locaux. Parce que ces ordinateurs ont une adresse RFC-1918, il n' est pas possible pour les clients sur Internet de se connecter directement à eux. Il est nécessaire à ces clients d'adresser leurs demandes de connexion au firewall qui ré écrit l'adresse de destination de votre serveur, et fait passer le paquet à celui-ci. Lorsque votre serveur répond, le firewall applique automatiquement un SNAT pour ré écrire l'adresse source dans la réponse.

Ce procédé est appelé Port Forwarding ou Destination Network Address Translation(DNAT). Vous configurez le port forwarding en utilisant les règles DNAT dans le fichier /etc/shorewall/rules.

La forme générale d'une simple règle de port forwarding dans /etc/shorewall/rules est:

Action

Source

Destination

Protocole

Port

Source port

Original address

DNAT

net

loc:<server local ip address> [:<server port>]

<protocol>

<port>

 


Voici deux exemples, ce sont deux lignes d'un fichier rules. Le premier exemple montre la redirection du port 80 du firewall vers le port 80 (même port) du PC d'adresse 192.168.1.2 et la seconde la redirection du port 5000 vers le port 80 du PC 192.168.1.3. Cette dernière méthode permet de détourner les FAI qui bloquent les requêtes entrantes de connexion sur le port 80. pour accéder au port 80 (serveur http) du PC 192.1.68.1.3, il faudra appeler le port 5000 du firewall.

DNAT net loc:192.168.1.2 tcp 80

DNAT net loc:192.168.1.3:80 tcp 5000

Pour obliger les requettes venant du sous réseau allant vers internet à passer par squid (voir XIII) Proxi)qui est sur le port 3128 :

REDIRECT masq 3128 tcp www

7)Configurer le fichier "tunnels"

Les tunnels sont utilisés pour la configuration des VPN (Réseaux Privés Virtuels).

# TYPE ZONE GATEWAY GATEWAY ZONE

Colonne

Description

TYPE

Le type de tunnel à configurer. Le type par défaut, "ipsec ".

ZONE

La zone sur laquelle le tunnel sera configuré.

GATEWAY

La passerelle du tunnel.

GATEWAY ZONE

La zone de la passerelle du tunnel.

8)Configurer le fichier "hosts"

Pour la plupart des applications, spécifier les zones entièrement en termes d'interfaces réseaux est suffisant. Cependant, parfois on a besoin de définir une zone comme un ensemble d'hôtes. C'est le but du fichier hosts.

Attention ! 90% des utilisateurs de Shorewall n'ont pas besoin d'utiliser ce fichier, et 80% de ceux qui essaient d'ajouter des entrées dans ce fichier le font mal. A moins que vous ne soyez ABSOLUMENT SUR d'avoir besoin d'ajouter des entrées à ce fichier, ne le faites pas.

#ZONE HOST(S) OPTIONS

loc eth0:192.168.1.0/24 routestopped

Voici l'expliquation de cette syntaxe : 192.168.1.0/24

192.168.1.0 : désigne l'adresse de départ du réseau

/24 : désigne le masque de sous réseau et est équivalent à 255.255.255.0 (192.168.1.0/255.255.255.0). /n avec n entre 1 et 31 indique un nombre dont l'écriture en binaire à 32 chiffres avec les n premiers à 1 et le reste à 0. Ceci donne par exemple pour des cas bien précis :

Forme Courte

Forme Complète

Maximum de Machine

Commentaire

/8

/255.0.0.0

16777215

Réseau de classe A

/16

/255.255.0.0

65535

Réseau de classe B

/24

/255.255.255.0

255

Réseau de classe C


Colonne

Description

ZONE

La zone spécifiée doit être définie dans le fichier zone.

HOST

Le nom d'une interface suivi par « : » puis suivi soit par :

- l'adresse IP : eth0:192.168.1.3

- le sous réseau : eth0:192.168.1.0/24

OPTIONS

Soit "routestopped", soit vide. Quand le firewall est arrêté, le traffic de et vers cet hôte sera accepté et le routage se fera entre cet hôte et les autres interfaces et hôtes qui ont l'attribut "routestopped".

Si vous ne définissez pas d'hôtes pour une zone, les hôtes de la zone prendront par défaut la valeur i0:0.0.0.0/0, i1:0.0.0.0/0, ... où i0, i1, ... sont les interfaces de cette zone.

9)Prendre en compte la configuration

C'est très simple, il ne vous reste plus qu'à redémarrer shorewall en tapant : /etc/init.d/shorewall restart. Et là, attention, une erreur peut, par protection bloquer tous les ports!

B ) Notions Iptables

Voir aussi : http://linux.developpez.com/guide/x7875.html#AEN8027

1)On vérifie qu'iptables est disponible

# iptables -L
Chain INPUT (policy ACCEPT)

target prot opt source destination


Chain FORWARD (policy ACCEPT)

target prot opt source destination


Chain OUTPUT (policy ACCEPT)

target prot opt source destination

Sinon on a quelque chose du genre :

# iptables -L
iptables v1.2.3: can't initialize iptables table `filter': ...
Perhaps iptables or your kernel needs to be upgraded.


2)Iptables

Iptables est une instruction disponible à partir d'un terminal, on peut manuellement rentrer les commandes une par une pour mettre en place un firewall, mais il est plutôt recommandé d'en faire un fichier qu'on exécute au chaque démarrage ou changement de configuration (voir paragraphe suivant). En revanche, il est possible de tester une à une les commandes/modifications qu'on compte mettre dans ce fichier de configuration sur un terminal.

Un « man iptables » vous informera sur les possibilités de cette fonction. Le fichier de configuration suivant commenté devrait déjà vous en montrer un certain nombre.

3)Fichier de configuration

Vous devez mettre un fichier avec les droits -rwxr--r-- contenant les lignes suivantes dans /etc/init.d. Ce fichier, je vais l'appeler « firewall » , en voici un exemple commenté, il est long, mais il faut le mettre complètement pour pouvoir le recopier :

#!/bin/sh

# ATTENTION la ligne du dessus

# n'est pas un commentaire


# variable (ipt) pour l'appel à l'exécutable de iptables

# => tester le même script avec plusieurs version de iptables

ipt=/sbin/iptables


# Pour simplifier une modification éventuelle des cartes réseaux

LOCAL="eth0" # connexion vers le réseau local pour une passerelle

NET="eth1" # connexion vers internet

RESEAU='192.168.0.0/16' # réseau local pour une passerelle

PPP="ppp0"

case "$1" in

start)

echo "Mise en place du mur de feu"


# /etc/network/if-pre-up.d/$ipt-start

# Script qui démarre les règles de filtrage "$ipt"

# MISE à ZERO des règles de filtrage

$ipt -F

$ipt -t nat -F

$ipt -t nat -X

# Je veux que les connexions entrantes soient bloquées par défaut

$ipt -P INPUT DROP

# Je veux accepter les connexions qui entrent par

# une interface et sortent par l'autre (ex. de eth1 vers ppp0)

# appelé aussi Forwarding

$ipt -P FORWARD ACCEPT

# Je veux que les connexions sortantes soient acceptées par défaut

$ipt -P OUTPUT ACCEPT

# Pas de filtrage sur l'interface de "loopback"

# Je déconseille de retirer cette règle car

# ça peut poser pas mal de problème et faire perdre

# la main sur la machine

$ipt -A OUTPUT -o lo -j ACCEPT

$ipt -A INPUT -i lo -j ACCEPT

# Je veux permettre tous les paquets sortants provenant de mon ordinateur

# redondant avec $ipt -P OUTPUT ACCEPT

# $ipt -A OUTPUT -m state --state NEW,ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT

# Si je veux avoir une politique plus contraignante, je peux filtrer

# les demandes locales vers l'extérieur. Voici un listing récupéré sur

# http://lea-linux.org/reseau/murdefeu.html

# en tcp :

# domain (obligatoire),

# ftp,

# ftp-data,

# sftp

# www,

# https,

# pop-3,

# imap2,

# imap3,

# smtp,

# ircd,

# cvspserver,

# rsync,

# 7070 (realaudio),

# 11371 (keyserver),

# ssh,

# 1441 (flux ogg de radio france)

# en udp :

# domain (obligatoire),

# 123 pour ntp

# iptables -A OUTPUT -o $NET -p udp --dport 123 -j ACCEPT

# 6970 et 7170 (realaudio)


# Décommentez la ligne suivante pour

# accepter le protocole ICMP (ex.ping)

$ipt -A INPUT -p icmp -j ACCEPT

#protection contre le ping de la mort

# iptables -A FORWARD -p icmp --icmp-type echo-request -m limit --limit 1/s -j ACCEPT

# Décommentez la ligne suivante pour

# accepter le protocole IGMP (multicast)

# $ipt -A INPUT -p igmp -j ACCEPT

# J'accepte les packets entrants relatifs à des connexions déjà établies

$ipt -A INPUT -m state --state RELATED,ESTABLISHED -j ACCEPT

# Décommentez la ligne suivante pour que le serveur FTP éventuel

# soit joignable de l'extérieur

# $ipt -A INPUT -p tcp --dport 21 -j ACCEPT

# La règle pour le port 20 est inutile quand on utilise le suivi de connexion.

# Le port 20 est utilisé uniquement comme port source par un serveur FTP en

# mode actif pour établir une connexion ftp-data _sortante_ vers le client.

# $ipt -A INPUT -p tcp --dport 20 -j ACCEPT

# Décommentez la ligne suivante pour que le serveur SSH éventuel

# soit joignable de l'extérieur

$ipt -A INPUT -p tcp --dport 22 -j ACCEPT

# Décommentez la ligne suivante pour que le serveur de mail éventuel

# soit joignable de l'extérieur

# $ipt -A INPUT -p tcp --dport 25 -j ACCEPT

# Décommentez les deux lignes suivantes pour que le serveur de DNS éventuel

# soit joignable de l'extérieur

$ipt -A INPUT -p tcp --dport 53 -j ACCEPT

$ipt -A INPUT -p udp --dport 53 -j ACCEPT

# Décommentez la ligne suivante pour que le serveur Web éventuel

# soit joignable de l'extérieur (tcp uniquement)

$ipt -A INPUT -p tcp --dport 80 -j ACCEPT

# Décommentez la ligne suivante pour que Imap soit

# accéssible sur le réseau interne

# 110 c'est le port pour POP3, et le port IMAP est plutôt le 143 : à revoir

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp --dport 110 -j ACCEPT

# Décommentez la ligne suivante pour que le serveur sftp éventuel

# soit joignable de l'extérieur

# $ipt -A INPUT -p tcp --dport 115 -j ACCEPT

# Décommentez la ligne suivante pour que le serveur ntpd éventuel

# soit joignable de l'extérieur

# $ipt -A INPUT -p udp --dport 123 -j ACCEPT

# Ou uniquement de votre réseau interne

$ipt -A INPUT -i $LOCAL -p udp --dport 123 -j ACCEPT

# Décommentez la ligne suivante pour que le serveur CUPS éventuel

# soit joignable de l'extérieur

# $ipt -A INPUT -p tcp --dport 631 -j ACCEPT

# CUPS uniquement pour le réseau interne

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp --dport 631 -j ACCEPT

# Décommentez les lignes suivantes pour que le serveur NFS éventuel

# configurer selon mon cours http://troumad.org/Linux/Linux.odt

# soit joignable du réseau interne

# /!\ dans les nouvelles versions mport a été remplacé par multiport

#$ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp -m mport --dport 111,2049,4000:4003 -j ACCEPT

#$ipt -A INPUT -i $LOCAL -p udp -m mport --dport 111,2049,4000:4003 -j ACCEPT

# Ceci remplace les lignes suivantes :

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp --dport 111 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp --dport 2049 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp --dport 4000 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp --dport 4001 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp --dport 4002 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp --dport 4003 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p udp --dport 111 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p udp --dport 2049 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p udp --dport 4000 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p udp --dport 4001 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p udp --dport 4002 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p udp --dport 4003 -j ACCEPT

# Décommentez les lignes suivantes pour que le serveur Samba soit actif

# uniquement vers le réseau local

#$ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp -m mport --dport 137,139,445 -j ACCEPT

#$ipt -A INPUT -i $LOCAL -p udp -m mport --dport 137,139,445 -j ACCEPT

# Décommentez les lignes suivantes pour que le serveur Généweb

# éventuel soit accessible

# $ipt -A INPUT -p tcp --dport 2317 -j ACCEPT

# Pour que l'administration du serveur Geneweb soit accessible de l'extérieur

# $ipt -A INPUT -p tcp --dport 2316 -j ACCEPT

# Pour laisser l'accès à MySQL

# $ipt -A INPUT -p tcp --dport 3306 -j ACCEPT

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp -m mport --dport 3306 -j ACCEPT

# Pour laiser l'accès à postgresql en local avec un filtre sur les Ip appelantes

# i$pt -A INPUT -i $LOCAL -s Ip/masque -m state --state NEW -p tcp --dport 5432 -j ACCEPT

# Pour laisser passer le protocole nut : vision de l'état de l'onduleur

$ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp --dport 3493 -j ACCEPT

# Pour faire fonctionner correctement bittorent

$ipt -A INPUT -p tcp -m multiport --dport 6969,6881:6889 -j ACCEPT

# Même chose avec une version plus ancienne de Iptables

#$ipt -A INPUT -p udp --dport 6881 -j ACCEPT

#$ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp -m mport --dport 6969,6881:6889 -j ACCEPT

# Pour VPN : http://pptpclient.sourceforge.net/howto-mandrake-101.phtml

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p gre

# ACCEPT net fw gre

# $ipt -A INPUT -i $LOCAL -p tcp --dport 1723

# ACCEPT net fw tcp 1723

# Pour les log

$ipt -A INPUT -j ULOG

# voir http://olivieraj.free.fr/fr/linux/information/firewall/fw-03-09.html

# + complément dans la partie sur les log de mon cours

# La règle par défaut pour la chaine INPUT devient DROP

# pour des raisons de sécurité

$ipt -A INPUT -j DROP

# FIN des règles de filtrage

# DEBUT des règles pour le partage de connexion (i.e. le NAT)

# Décommentez la ligne suivante pour que le système fasse office de

# "serveur NAT" et ainsi cacher les machines forwardées par le firewall


# $ipt -s $RESEAU -t nat -A POSTROUTING -o $NET -j MASQUERADE

$ipt -t nat -A POSTROUTING -o $NET -j MASQUERADE

# option -s pour limiter à un sous réseau

echo 1 > /proc/sys/net/ipv4/ip_forward


# transférer l'appel ssh vers le PC 192.168.1.15

$ipt -t nat -A PREROUTING -j DNAT -i $NET -p TCP --dport 22 --to-destination 192.168.1.10


# redirige un appel sur le port 2121 vers le port 21 (ftp) du PC 192.168.1.10

#$ipt -A INPUT -p tcp --dport 2121 -j ACCEPT

#$ipt -t nat -A PREROUTING -j DNAT -i $NET -p TCP --dport 2121 --to-destination 192.168.1.10:21

# $ipt -A FORWARD -i $NET -m state --state ESTABLISHED,RELATED -j ACCEPT à vérifier

# avec uniquement cette ligne : passer le dtp en mode passif

# module à charger pour faciliter les choses (ip_nat_ftp et ip_conntrack_ftp) :

# modprobe ip_conntrack_ftp ports=21,2211

# modprobe ip_nat_ftp ports=21,2211

# À tester... Proxi quid transparent

# On redirige les requêtes sur le port 80

	# $ipt -t nat -A PREROUTING -j DNAT -i $LOCAL -s ! 192.168.2.0/27 -p TCP --dport 80 --to-destination 192.168.0.1:3128
	# remplacer 3128 par 8080 pour dansguardian
	#Bloquer le https s'il ne passe pas par le proxi
	#$ipt -A FORWARD -i eth3 ! -s 192.168.2.0/27 -p tcp --dport 443 -j REJECT





# redirige l'appel du port 22222 vers le port 22 du PC 192.168.2.1

# (c'est à dire celui-là, mais sur sa carte orienté vers le réseau privé

$ipt -A INPUT -p tcp --dport 22222 -j ACCEPT

$ipt -t nat -A PREROUTING -j DNAT -i $NET -p TCP --dport 22222 --to-destination 192.168.2.1:22

# Si la connexion que vous partagez est une connexion ADSL, vous

# serez probablement confronté au fameux problème du MTU. En résumé,

# le problème vient du fait que le MTU de la liaison entre votre

# fournisseur d'accès et le serveur NAT est un petit peu inférieur au

# MTU de la liaison Ethernet qui relie le serveur NAT aux machines qui

# sont derrière le NAT. Pour résoudre ce problème, décommentez la ligne

# suivante et remplaçez "eth0" par le nom de l'interface connectée à

# Internet.

# $ipt -A FORWARD -p tcp --tcp-flags SYN,RST SYN -j TCPMSS -o eth0 --clamp-mss-to-pmtu

# se protéger d'une attaque Denial of Service, dont le but est de saturer la passerelle par

# de nombreuses connexions non abouties, et ainsi de la faire tomber sous la charge

echo 1 > /pros/sys/net/ipv4/tcp_syncookies

# FIN des règles pour le partage de connexion (i.e. le NAT)


# DEBUT des règles de port forwarding

# Décommentez la ligne suivante pour que les requêtes TCP reçues sur

# le port 80 de l'interface eth0 soient forwardées à la machine dont

# l'IP est 192.168.2.15 sur son port 80 (la réponse à la requête sera

# forwardée au client)

# $ipt -t nat -A PREROUTING -i eth0 -p tcp --dport 80 -j DNAT --to-destination 192.168.2.15:80

# Pour obliger certains PC (tous sauf ceux de 192.168.2.1 à 1982.168.2.15)

# de passer par le contrôle parental géré par dansguardian

# Si dansguardian est défini comme proxi tout sera bon, sinon certains ports seront bloqués

$ipt -t nat -A PREROUTING -i eth3 ! -s 192.168.2.0/27 -p tcp --dport 80 -j DNAT --to-destination 192.168.2.1:8080

#$ipt -t nat -A PREROUTING -i eth3 -s ! 192.168.2.15 -p tcp --dport 443 -j DNAT --to-destination 192.168.2.1:8080

#$ipt -t nat -A PREROUTING -i eth3 -s ! 192.168.2.15 -p tcp --dport 21 -j DNAT --to-destination 192.168.2.1:8080

#$ipt -t nat -A PREROUTING -i eth3 ! -s 192.168.2.0/27 -p tcp --dport 443 -j DNAT --to-destination 192.168.2.1:8080

$ipt -A FORWARD -i eth3 ! -s 192.168.2.0/27 -p tcp --dport 443 -j REJECT

$ipt -A FORWARD -i eth3 -s 192.168.2.250 -j REJECT

# bloquer msn

$ipt -A FORWARD -i eth3 ! -s 192.168.2.0/27 -p tcp --dport 1863 -j REJECT

# FIN des règles de port forwarding

# FIN du script de démarrage

;;


ouvert)

echo "Arret du mur de feu"

# deux possibilités : firewall ouvert ou fermé


# Début régles ouvert"

# On vide (flush) toutes les regle existantes

#$ipt -F

#$ipt -X


# On remet la police par defaut

# $ipt -P INPUT ACCEPT

# $ipt -P FORWARD ACCEPT

# $ipt -P OUTPUT ACCEPT


## fin des options firewall ouvert

;;


stop)

echo "Isolement complet"


# début régles fermées

$ipt -F

$ipt -t nat -F

$ipt -t mangle -F


$ipt -X

$ipt -t nat -X

$ipt -t mangle -X


$ipt -P INPUT DROP

$ipt -P OUTPUT DROP

$ipt -P FORWARD DROP

$ipt -t nat -P PREROUTING ACCEPT

$ipt -t nat -P POSTROUTING ACCEPT

$ipt -t nat -P OUTPUT ACCEPT


$ipt -A OUTPUT -o lo -j ACCEPT

$ipt -A INPUT -i lo -j ACCEPT


$ipt -A INPUT -i $LOCAL -d $RESEAU -p tcp --dport 22 -j ACCEPT

$ipt -I OUTPUT -p tcp --sport 22 -j ACCEPT


# Un bon firewall arrêté est un firewall *fermé*,

# je suis laxiste, je laisse le loopback ouvert.

# En plus je permet toujours du ssh du lan : le serveur est sans clavier ni écran !

# fin règles fermées

;;


restart)

# Le stop est inutile car le start vide aussi les chaînes et redéfinit les politiques par défaut

# $0 stop

# /bin/sleep 1

# /usr/bin/sleep 1

;;



*)

echo "Usage: $0 {start|stop|ouvert|restart}"

exit 1

;;


esac

Un autre exemple : http://www.canonne.net/linux/iptables/firewall.sh.php?print=1


4)Mise en place

Pour automatiser la mise en marche et l'arrêt de ce programme il faut les flécher dans les /etc/rcX.d. Avec un peu de chance dans /etc/inittab, vous aurez un commentaire pour savoir à quoi correspond quel /etc/rcX.d, sinon, il faudra décortiquer ce qu'ls contiennent.

Sur Mandriva :

# Default runlevel. The runlevels used by Mandrivalinux are:

# 0 - halt (Do NOT set initdefault to this)

# 1 - Single user mode

# 2 - Multiuser, without NFS (The same as 3, if you do not have networking)

# 3 - Full multiuser mode

# 4 - unused

# 5 - X11

# 6 - reboot (Do NOT set initdefault to this)

#

id:5:initdefault:

Sur Debian :

# The default runlevel.

id:2:initdefault:


# [...]

# /etc/init.d executes the S and K scripts upon change

# of runlevel.

#

# Runlevel 0 is halt.

# Runlevel 1 is single-user.

# Runlevels 2-5 are multi-user.

# Runlevel 6 is reboot.

Donc, je les mets en démarrage sur rc1.d, rc2.d, rc3.d, rc4.d et rc5.d, à l'arrêt sur rc0.d et rc6.d en lieu et place de shorewall ou d'un autre firewall qui serait déjà installé. Pour les 5 du démarrage :

cd /etc/rc5.d

ln -s ../init.d/firewall S10firewall

Pour les 2 autres :

cd /etc/rc0.d

ln -s ../init.d/firewall K90firewall

5)Autres astuces

Pour couper l'accès internet au PC d'Ip 192.168.2.113 sur votre réseau :

iptables -A FORWARD -i eth3 -s 192.168.2.113 -j DROP

C ) Tests

Il existe des sites à partir desquels on peut tester notre configuration :

En voici :

un : https://grc.com/x/ne.dll?bh0bkyd2

Puis une liste : http://www.linux-sec.net/Audit/nmap.test.gwif.html



http://check.sdv.fr/


Un autre test pour faire peur : http://leader.ru/secure/who.html


XIV ) Serveur DNS

A ) Présentation

Un serveur DNS est un serveur qui sert à convertir des adresses noms (FQDNix) en adresses IP. Par exemple, quand vous tapez dans votre navigateur préféré l'adresse : http://lea-linux.org, celui-ci va tout d'abord faire une requête à un serveur DNS (généralement le serveur DNS que vous avez configuré pour votre connexion à l'Internet, donc les serveurs DNS de votre fournisseur d'accès) en lui demandant :

C'est quoi l'adresse IP de lea-linux.org ? Le serveur DNS lui donne l'adresse IP et le navigateur va alors se connecter à cette adresse IP (80.245.32.131) et afficher le site. Ceci est valable pour toute autre application qui manipule des noms DNS (ftp, telnet, mail, ....).

Sous LINUX, le serveur DNS le plus répandu s'appelle BIND « urpmi bind ». Ces fichiers de configuration sont /etc/named.conf (contient les paramètres généraux), /var/named/named.ca (indique les serveurs dns racines) et /var/named/named.local (résolution locale des adresses loopback). Parfois, vous allez en rajouter d'autres en fonction de vos besoins. Il est bien de les placer dans /var/named/.

Il faut savoir que si on achète son nom de domaine, nos coordonnées sont publiques donc accessible à tous : http://www.whois.sc/msn.net .

B ) Liens

http://lea-linux.org/reseau/dns1.php3

http://www.freenix.org/unix/linux/HOWTO/DNS-HOWTO.html

C ) Exemple

Pour faire accepter votre serveur DNS il faut parfois ( voir au cas par cas ) pouvoir le pinguer ... Pour ma configuration, j'ai du rajouter dans /etc/shorewall/rules la ligne : ACCEPT net fw icmp . En revanche, il faut toujours laisser ouvert le port 53.

1)named.conf

Voici un ficher named.conf : fichier d'amorçage du serveur primaire pour mon_lycee.fr

# Dans la partie options, il faut considérer les point suivants:

#

#- Les requêtes les plus nombreuses sont les requêtes locales

#- Il faut éviter de transférer à l'extérieur les informations du réseau interne.

#

# De fait, il ne faut donc pas forwarder en premier. Le DNS local doit d'abord résoudre et

# s'il n'y arrive pas il forwarde. Sinon, on donne la structure de notre réseau à l'extérieur

# étant donné qu'on fait d'abord un forward. En plus les temps de réponse du DNS local sont

# toujours plus rapide que ceux des DNS externes.

#

# De plus, je conseille de conserver le contrôle sur le fichier de process (named.pid),

# les adresses sur lesquelles on écoute, le niveau d'autorité et la capacité de transfert.

#

# Le fichier de process c'est /var/run/named/named.pid (c'est la valeur par défaut, mais mieux

# vaut l'avoir explicitement), les adresses d'écoute c'est listen-on et listen-on-v6

# (none si on n'a pas d'IPv6), et par défaut mettre le serveur en mode de transfert non autorisé

# par allow-transfer { none; }; afin d'avoir le contrôle total sur quelle zone peut être

# transferée ou non

#

options {

      pid-file "/var/run/named/named.pid

              directory "/var/named" ; le répertoire où se trouve les fichiers

#               forward first ; redirige les requêtes puis tentera de répondre si pas de réponse

               forwarders { ; serveurs vers lesquelles les requêtes sont envoyées

                                  195.98.246.50 ; serveur DNS supérieur

                                  };

#      listen-on {
            <liste d'adresses>;  # genre 192.168.1.41, il peut y en avoir plusieurs si le serveur

# dispose de plusieurs interface. De plus si c'est le cas on peut accepter les requêtes

# de l'interne mais pas celle de l'externe. Car par défaut le serveur écoute sur toute

# les interfaces.

       };

      listen-on-v6 { none; };

      allow-transfer { none; };

# par défaut, les autorisations de transfert étant faites zone par zone

      auth-nxdomain yes; # sujet à discussion mais moi je le met pour être tranquille

};



# la zone hint n'est pas le domaine interne, c'est le domaine racine (root), il est mis en cache

# localement afin d'éviter une trop grande surcharge des serveurs en question. Le fichier

# named.ca est à télécharger sur le site qui va bien (regarder dans named.ca en général le nom

# du site y est inscrit). C'est un fichier qui ne change pas très souvent mais qu'il est bon de

# mettre à jour à l'occasion (moi je le fais tous les 6 mois).

#

zone "." { ; domaine interne

               type hint; cette entrée n'est qu'un endroit où débuter les recherches

               file "named.ca"; nom du fichier avec les infos : ne pas le toucher

};



zone "0.0.127.in-addr.arpa" { ; zone pour le réseau loopback. 

               type master;

               file  "named.local";

};



zone "1.168.192.in-addr.arpa" in { ; le sous réseau local en 192.168.1.XXX

              notify no; ne pas prévenir les autres serveurs DNS de modifications à ce niveau

              type master; ce serveur est maître de ce sous réseau

              file "db.192.168.1"; nom du fichier avec les infos

      allow-transfer {

           # liste des ips des serveurs secondaires; # uniquement si on transfert la zone inverse

# sur un serveur secondaire local
      };

};


# La zone directe:

# première remarque, on évite toujours de faire une zone privée identique à la zone publique

# L'externe dispose ainsi des informations sur la structure interne du réseau et c'est mauvais

# pour la sécurité.

# allow-transfert

# 1) si on ne met rien, aucun ne pourra être secondaire.
# 2) si on en met un, il faudra aussi l'ajouter en champ NS et A dans la définition de la zone du

# domaine concerné. Sinon, il aura beau avoir les droit de récupérer la zone, personne ne le

# connaîtra et ne l'utilisera.

zone "lycee.org" {

type master;

file "named.lycee";

allow-transfer { 213.245.103.18; };

}

# Donc si lycee.org est un domaine publique accessible de l'internet, on devrait utiliser un

# autre domaine (genre net.lycee.org) pour ton réseau interne et gérer ainsi les deux zones.

#

#La zone privée transférée uniquement sur les secondaires interne, la zone publique transférée

# sur les serveurs externes.

#

# De plus, pour ajouter de la sécurité, du fait des deux vues possible

# (une interne et une externe) on utilise la fonction view qui permet d'avoir:

views "internal" {
      match-clients {
            192.168.1.0/24; uniquement les hôtes internes;
      };

      déclaration de la zone hint;
      déclaration de la zone loopback
      déclaration de la zone reverse interne;
      déclaration de la zone privée net.lycee.org;
};

views "external" {
      match-clients {
            any; # tout le monde
      };
      recursion no; # sur celui-là pas besoin d'autoriser les recursions
            declaration de la zone publique lycee.org;
};


# Petit ajout, comme le serveur est accessible de l'extérieur, il est bon de cacher les

# information de version et d'hôte du serveur en ajoutant dans options:


version none;
hostname none;
server-id none;

# plus dans la vue external ajouter une zone de type chaos :


zone "bind" chaos {
        type master;
        file "bind";
        allow-query { localhost; };
};

avec le fichier bind suivant:


$TTL 1D
$ORIGIN bind.
@    1D    CHAOS    SOA    localhost. root.localhost. (
                1
                 3H
                  1H
                   1W
                   1D )
CHAOS NS localhost.


et le tour est joué, ça ajoute de la sécurité pour éviter que les personnes externes ne puissent avoir accès aux informations de base du serveur.

Sinon, d'une façon générale, dans tes fichiers de zone, spécifie en début de fichier l'origine de la zone traitée par la fonction:


$ORIGIN lycee.org.
ou
$ORIGIN net.lycee.org.



ATTENTION ne pas oublie le point a la fin (ce point signifie la zone root définie dans named.ca).

Par ailleurs, sur une zone accessible de l'extérieur on évite les enregistrements HINFO, ils donnent des infos utile pour un hacker mais inutile pour un user internet. Je sais ça fait un peu parano, mais les DNS sont les premières cibles d'une tentative d'intrusion ou d'un DoS

Enfin, le fichier hosts n'est utilisé en premier qu'en fonction de ce qui est mis à la ligne hosts du fichier /etc/nsswitch.conf:


hosts:      files dns


ça veut dire /etc/hosts en premier, dns en dernier. Le client dns interroge les serveurs dns definis dans /etc/resolv.conf que s'il n'a pas eu de réponse avec le fichier /etc/hosts

avec hosts:      dns files

c'est l'inverse.

2)Fichier named.local

@      IN    SOA mon_serveur.mon_lycee.fr. postmaster.mon_serveur.monlycee.fr.(

                    2003091700 ; numéro de série (date 2003-sept-17 et version 00)

                    28800 ; rafraîchissement toutes les 8 heures

                    14400 ; nouvel essai toutes les 4 heures

                    604800 ; expiration dans 7 jours

                    86400 ) ; temps de vie minimal 24 heures

           NS    mon_serveur.mon_lycee.fr.

1         PTR  localhost.

fichier db.192.168.1

@      IN    SOA mon_serveur.mon_lycee.fr. postmaster.mon_serveur.monlycee.fr.(

                    2000101500 ; numéro de série

                    28800 ; rafraîchissement toutes les 8 heures

                    14400 ; nouvel essai toutes les 4 heures

                    604800 ; expiration dans 7 jours

                    86400 ) ; temps de vie minimal 24 heures


; serveur de nom 

          IN NS   mon_serveur.mon_lycee.fr.


; adresses IP inverses

1          IN PTR    mon_serveur.mon_lycee.fr. ; adresse 192.168.1.1

2          IN PTR    mon_serveur_web.mon_lycee.fr.; adresse 192.168.1.2

3          IN PTR    mon_serveur_smtp.mon_lycee.fr.; adresse 192.168.1.3


Fichier named.lycee : ce fichier me sert à rediriger le domaine lycee.org que je viens d'acheter.

Il faut distinguer deux choses : Les hôtes du domaine et le domaine lui-même. Le domaine c'est mon_domaine.fr (format domain.tld). L'hôte, en l'occurence le serveur web c'est www, le DNS c'est ns1.

Les noms pleinement qualifiés de ces hôtes (nom FQDN Fully Qualified Domain Name) sont : www.mon_domaine.fr ns1.mon_domaine.fr

Je redirige tout sur un seul ordinateur car je ne dispose que d'une seule adresse internet publique. Pour ceci, mon serveur DNS ne doit pas être protégé d'internet car il doit fournir les adresses internets de mes redirections à l'extérieur. L'intérêt est de mettre plusieurs adresses de site internet sur le PC. A chaque modification de ce fichier, on se doit de modifier le numéro de série pour que la modification soit prise en compte par les autres serveurs. Ce numéro se constitue régulièrement de la date (20031018) et du numéro de la modification de ce jour (ici version 2)

$TTL 86400

# SOA -> declaration de la zone

@ IN SOA ns1.lycee.org. root.lycee.org. (

2003101802 ; Serial

86400 ; Refresh

14400 ; Retry

3600000 ; Expire

86400 ) ; Minimum

# NS -> déclaration du ou des serveurs de domaine
lycee.org. IN NS ns1

; serveur primaire puis secondaire

lycee.org IN NS ns.serveurdns.org. # serveur d'Ip 213.245.103.18;

;notez le '.' à la fin de ns.serveurdns.org.

; ce '.' signifie que ns.serveurdns.org est le nom complet.

; l'absence de '.' à la fin de troumad signifie

;qu'on doit ajouter lycee.org à la fin du nom


# MX -> déclaration du serveur de mail

IN MX 10 troumad


IN HINFO PVI_4,5GHz LINUX


1 IN PTR localhost.


;les adresses

# A -> déclaration d'hôtes (les serveurs de domaine sont souvent les premiers)

ns1 IN A 214.225.113.1

troumad IN A 214.225.113.188


; les redirections

geii IN CNAME troumad

bernard IN CNAME troumad

marie-claire IN CNAME troumad

aline IN CNAME troumad

elian IN CNAME troumad

christian IN CNAME troumad

sylvie IN CNAME troumad

thomas IN CNAME troumad

lucas IN CNAME troumad

andre IN CNAME troumad

jeanine IN CNAME troumad

* 300 IN CNAME troumad

;renvoie tous les noms inconnus sur troumad!

;Les noms ne peuvent pas contenir de _

Attention, ne pas définir aussi ces noms dans /etc/hosts sur les adresses du réseau local, sinon sur le PC, on aura d'abord la redirection local.

D ) MyDNS-Admin

Par Pascal Leneant

On commence à l'installer : « urpmi mydns-admin ».

Il faut éditer le php qui se trouve dans le répertoire des pages d'apache. Tu trouveras, en début de fichier des variables de connexion à la base de données MySQL. Dans ces variables (de mémoire), il faut indiquer la machine où se trouve la base de donnée MySQL dédiée à MyDNS, puis le nom de la base de données de MyDNS (par défaut mydns) et enfin l'utilisateur ayant les droits d'administration de la base ainsi que son mot de passe.


A partir de là, tu dois pouvoir accéder à la base de données de mydns.


Mais il faut que cette base existe. La base de données doit être créée manuellement. Lors de l'installation de mydns, dans le readme, tu as la procédure d'initialisation de la base de données. Il te faut la suivre et donner les droits d'admin à l'utilisateur de mydns et de mydns-admin. Pour mydns tout est expliqué. De mémoire ça doit se trouver dans le répertoire des documentations mandriva sur ta machine et dans le sous répertoire "mydns".

E ) Tests

Vérifiez que vous n'avez pas fait d'erreur de syntaxe dans le fichier named.conf :

% named-checkconf

Si la commande n'affiche rien, c'est que le fichier est valide. Vous pouvez alors dire à Bind de relire son fichier de configuration :

# /etc/init.d/named reload

Votre serveur DNS fera alors régulièrement des transferts de zone depuis le serveur primaire (et notamment à chaque fois que le serveur primaire lui notifiera d'un changement dans la zone).

L'utilitaire dig permet de faire des requêtes DNS évoluées et fournit un maximum d'informations sur la requête. Il est très utile pour vérifier la bonne configuration d'un serveur DNS.

Exemples d'utilisation de dig :

Requête sur le champ "A" du nom www.lycee.org auprès du serveur DNS 198.41.0.4 (trouvé dans /etc/named/named.ca) :

% dig @198.41.0.4 www.lycee.org A

Requête sur la champ "MX" du nom lycee.org auprès du serveur DNS 198.41.0.4 :

% dig @198.41.0.4 lycee.org MX

Requête sur tous les champs du nom lycee.org auprès du serveur DNS 198.41.0.4 :

% dig @198.41.0.4 lycee.org ANY

Requête AXFR sur le domaine mondomaine.org auprès du serveur DNS 198.41.0.4 :

% dig @198.41.0.4 lycee.org AXFR

Requête inverse (i.e. reverse DNS) sur l'IP 12.42.111.422 auprès du serveur DNS 198.41.0.4 :

dig @198.41.0.4 -x 12.42.111.422

La sortie de la commande dig est très détaillée ; la réponse à la requête (la partie qui vous intéressera le plus !) se trouve en dessous de la ligne suivante :

;; ANSWER SECTION:

F ) resolv.conf

La liste des serveurs DNS auxquels s'adresse votre PC est dans le fichier /etc/resolv.conf :

$ cat /etc/resolv.conf

search linuxmafia.com mon_domaine.fr

nameserver 192.168.1.1

nameserver 212.186.224.9

nameserver 212.83.64.138


# ppp temp entry

[root@pc_bernard][/etc]$ man resolv.conf


Mais pour le réseau local, il y a le fichier /etc/hosts qui défini des raccourcis. Afin de donner un ordre de préséance entre ces fichiers, il y a /etc/hosts.conf :

Il faut regarder dans /etc/hosts.conf si on a bien l'ordre suivant afin de favoriser notre propre serveur :

order hosts,bind

multi on

La première ligne signifie « si quelqu'un cherche à accéder à une machine sans donner son nom complet, essayer d'ajouter au nom fourni le suffixe 'linuxmafia.com' par défaut, ou encore 'mon_domaine.fr' avant d'abandonner ». Les trois dernières lignes donnent les adresses IP des trois serveurs DNS auxquels le résolveur (client) transmettra les demandes. Une quatrième adresse ne sera pas prise en compte.



XV ) Proxy

A ) Présentation

Un proxy permet d'accélérer vos connexions à l'internet en plaçant en cache les sites les plus visités. Ainsi dans des établissements scolaires cela permet d'améliorer les connexions.

Le serveur proxy le plus connu sous Linux, c'est squid. On l'installe avec « urpmi squid ». Son seul fichier de configuration de squid est : /etc/squid/squid.conf.

chkconfig squid : démarrage automatique de squid

squid -z : Création du cache sur le disque dur

squid -k reconfigure : Relecture de fichier squid.conf. Cela permet de prendre en compte des modifications dans le fichier de configuration sans avoir à relancer squid. Ou « /etc/init.d/squid restart » avec perte du cache. Si Squid ne démarre pas (ou si lorsque vous voulez l'arrêter, il donne une erreur) regardez le fichier /var/log/squid/cache.log il pourra vous informer. Le fichier /var/log/squid/access.log pourra lui vous montrer que les dernières pages sont passées par le cache.

Maintenant, pour obliger le passage par le proxi, regarder le chapitre sur le fire-wall.

B ) Fichier de configuration

Voici mon /etc/squid/squid.conf (juste les lignes décommentées) :

hierarchy_stoplist cgi-bin ?

acl QUERY urlpath_regex cgi-bin \?

no_cache deny QUERY

cache_mem 64 MB # j'ai beaucoup de mémoire sur mon serveur.

maximum_object_size 8192 KB

cache_dir ufs /opt/squid 1024 16 256 # je choisi la place d'un gros DD presque inutilisé

dns_nameservers 127.0.0.1 # pour faire appel au DNS local

auth_param basic children 5

auth_param basic realm Squid proxy-caching web server

auth_param basic credentialsttl 2 hours

refresh_pattern ^ftp: 1 20% 10080

refresh_pattern ^gopher: 1440 0% 1440

refresh_pattern . 0 20% 4320

acl chez_moi src 192.168.1.0/255.255.255.0 # Je définis mon réseau local

acl all src 0.0.0.0/0.0.0.0

acl manager proto cache_object

acl localhost src 127.0.0.1/255.255.255.255

acl to_localhost dst 127.0.0.0/8

acl SSL_ports port 443 563

acl Safe_ports port 80 # http

acl Safe_ports port 21 # ftp

acl Safe_ports port 443 563 # https, snews

acl Safe_ports port 70 # gopher

acl Safe_ports port 210 # wais

acl Safe_ports port 1025-65535 # unregistered ports

acl Safe_ports port 280 # http-mgmt

acl Safe_ports port 488 # gss-http

acl Safe_ports port 591 # filemaker

acl Safe_ports port 777 # multiling http

acl Safe_ports port 22 # ssh

acl Safe_ports port 115 # sftp

acl CONNECT method CONNECT

http_access allow chez_moi # Je me donne l'accès au réseau

http_access allow manager localhost # suite des permissions

http_access deny !Safe_ports

http_access deny CONNECT !SSL_ports

http_access allow localhost

http_reply_access allow all

icp_access allow all # aucun contrôle sur les icp

cache_peer proxy04.chello.fr:8080 sibling 8080 3130 no-query default # PROXI cache de mon FAI

visible_hostname troumad # Nom de mon serveur

httpd_accel_host virtual # Les 4 lignes qui suivent servent à configurer un proxi

httpd_accel_port 80 # transparent grâce à une redirection sur le firewall du routeur

httpd_accel_with_proxy on # HTTP-accelerateur depuis la version 2

httpd_accel_uses_host_header on # HTTP-accelerateur depuis la version 2

httpd_accel_single_host off

error_directory /usr/lib/squid/errors/French

coredump_dir /var/spool/squid

C ) Francisation

Dans /etc/squid, vous pouvez aussi modifier le lien vers ../../usr/lib/squid/errors/English/ pour mettre par exemple ../../usr/lib/squid/errors/French/.

D ) Squid ne trouve plus votre site préféré

C'est une erreur qui peut arriver : modifier les serveurs DNS de /etc/resolv.conf .

http://www.linux-france.org/article/web/egraffin/squid.php http://christian.caleca.free.fr/squid/

http://www.ac-creteil.fr/reseaux/systemes/linux/outils-tcp-ip/squid.html

http://stargate.ac-nancy-metz.fr/linux/cache/configuration/configuration.htm

XVI ) Dansguardian

http://dansguardian.org/

http://cri.univ-tlse1.fr/blacklists/

http://mdvmondelinux.tuxfamily.org/spip.php?page=article_pdf&id_article=57

http://www.coagul.org/spip.php?article570

http://arnofear.free.fr/linux/template.php?tuto=27&page=1#conf_dansguardian


Ce logiciel peut servir de contrôle parental ou de limitation d'accès dans une entreprise. On peut obliger un appel vers un site web (port 80) sur la passerelle de passer par dansguardian de façon transparente en laissant un passage pour les administrateurs (postes de 192.168.2.1 à 192.168.2.15) :

$ipt -t nat -A PREROUTING -i eth3 ! -s 192.168.2.0/27 -p tcp --dport 80 -j DNAT --to-destination 192.168.2.1:8080

On peut interdire un appel https sans passer par dansguardian avec :

$ipt -t nat -A PREROUTING -i eth3 ! -s 192.168.2.0/27 -p tcp --dport 443 -j DROP

On peut couper de plus l'accès internet (ftp, ...) sans passer par le proxi, mais après, ça peut compliquer pas mal de manipulations. Comme une mise à jour : il faudra alors signaler dans la commande « urpmi » le port à utiliser avec l'option « –proxy ».


Il faut lancer dansguardian après le proxi. Sinon, dansguardian ne peut pas se lancer. Ceci peut se faire comme ça par exemple :

[root@troumad][/etc/rc5.d]# ln -s ../init.d/squid S52quid

[root@troumad][/etc/rc5.d]# ln -s ../init.d/dansguardian S64dansguardian


Mon expérience m'a aussi montré qu'on ne peut pas filtrer tout comme c'est défini par défaut. En effet, j'ai du retirer des listes de mots interdits pour accéder à des sites pour faire des nichoirs d'oiseaux ! J'ai retiré des listes de mots dans des langues étrangères pour ne conserver que le français et l'anglais (pour le moment).

XVII ) Serveur DHCP

A ) Présentation

http://www.ac-creteil.fr/reseaux/systemes/linux/outils-tcp-ip/Linux-dhcp.html

Le DHCP (Dynamique Host Configuration Control) est un service, qui sert à configurer les paramètres réseaux des machines clientes à distance. Ceci permet à l'ordinateur client (celui qui reçoit l'information) d'avoir les bons paramètres pour accéder au réseau. Les informations fournies sont :

Adresse IP

Masque Réseau ( NetMask )

Passerelle ( Gateway )

Adresses des serveurs de Noms ( DNS )

Il peut reconnaître les ordinateurs grâce à leur mac adresse (donnée uniquex inscrite en dur sur la carte réseau, voir plus loin un script pour les trouver) et à partir de là, en donnant toujours la même adresse au même PC, permettre différents accès au réseau en fonction du PC.

La configuration du serveur DHCP consiste à étudier 2 fichiers :

- /etc/dhcpd.conf : ce fichier sert à la configuration même du serveur (plage d'adresses, paramètres distribués…)

- /var/lib/dhcp/dhcpd.leases : ce fichier va servir à l'inscription automatique des clients. Il peut ne pas se trouver dans ce répertoire, cela dépend de la version installée, on peut aussi le trouver dans /var/dhcpd ou dans /etc. Chaque client DHCP, génère l'écriture d'un enregistrement dans ce fichier. Cela permet le suivi de l'activité du serveur (statistiques...) et aussi de repérer les mac adresses des PC qui se sont connectés afin de peaufiner la configuration de /etc/dhcpd.conf.

B ) Exemple

Voici un fichier /etc/dhcpd.conf :

ddns-update-style none;

# ici il s'agit du réseau 192.168.1.0

subnet 192.168.1.0 netmask 255.255.255.0 {

#La plage d'adresses disponibles pour les clients

range 192.168.1.50 192.168.1.150;

# Les clients auront cette adresse comme passerelle par défaut

option routers 192.168.1.1;

# Ici c'est le serveur de nom, le serveur privé,

# il faut aussi mettre le DNS donné par votre provider.

option domain-name-servers 192.168.1.1;

option domain-name-servers 212.186.224.9;

option domain-name-servers 212.186.224.10;

# On donne le nom du domaine

option domain-name "lycee.org";

# Et l'adresse utilisée pour la diffusion

option broadcast-address 192.168.1.255;

#Le bail a une durée de 86400 s par défaut, soit 24 h

# On peut configurer les clients pour qu'ils puissent demander une durée de bail spécifique

default-lease-time 86400;

#On le laisse avec un maximum de 7 jours

max-lease-time 604800;

}


host s_travail {

hardware ethernet 00:30:f1:82:35:0f;

fixed-address 192.168.2.10; # donner une adresse fixe au PC identifié par hardware ethernet

# deny booting; # ne pas donner d'adresse au PC identifié par hardware ethernet

}

C ) remarques

1)Interdire une personne

« deny booting » empêche de donner une adresse, mais un PC dans ce cas s'il est configuré en DHCP prendra une adresse quelconque. Je propose une autre méthode à la ligne suivante.

On peut définir la plage d'adresses disponibles pour les clients sur une plage non redirigée vers internet par le fire-wall. Ceci permet aux utilisateurs non connus de récupérer une adresse Ip sans accès à internet. On peut même bloquer tous les ports de ces adresses vers le serveur. Cependant, rien ne les empêche de prendre une Ip dans la plage non bloquée par le fire-wall !

Maintenant, comment faire pour interdire l'accès au réseau à une machine par le soft, je n'en sais rien! Je ne vois que des méthodes matérielles qui empêchent l'accès physique à toute connexion sur le réseau.

2)Plusieurs cartes réseaux

Vous pouvez gérer avec deux cartes réseaux différentes, deux réseaux différents (un réseau local et un DMZxi) si toutes fois, les masques associés permettent de bien différencier les deux réseaux. Le serveur DHCP le fait sans problème.

3)Récupérer les mac adresses des PC du réseau

Le fichier /var/lib/dhcp/dhcpd.leases contient les informations suivantes : Début du bail, Fin du bail, adresse MAC du client, le nom d'hôte du client. Attention ce nom est différent du nom Netbios utilisé sur les réseaux Microsoft.


Voici un script fait par svil sur http://www.developpez.net/forums/viewforum.php?f=5

#!/bin/sh

#  XXX.XX.XXX ta classe d'adresse

ipdeb=150
ipfin=254
#je recherche les machines allumées ! obtention d'un tableau contenant la liste des ip
adrip=($(fping -g XXX.XX.XXX.$ipdeb XXX.XX.XXX.$ipfin -C 1 2>/dev/null |awk '{print $1}'))

#parcours les ip en demandant la mac correspondante
for ((i=0;i<${#adrip[@]};i++)); do
adrmac=`arp -a ${adrip[$i]}|tr 'a-z' 'A-Z'|awk '{print $4}'`
echo $adrmac
#le traitement que tu veux en faire ...
done

XVIII ) Terminal serveur X

http://www.cryptos.ch/article.php3?id_article=44

Qu’est-ce qu’un Terminal Graphique ? Sur http://fr.wikipedia.org : « Les terminaux en mode graphique sont capables de présenter les sorties sous la forme d’une interface graphique. En plus d’un clavier, ils disposent d’un dispositif de pointage (souris). Pour cela, ils utilisent, par exemple, le protocole X Window pour ceux connectés à des serveurs Unix. »

Les données : un ordinateur puissant type 2,6 Ghz et 512Mo ram : IP = 192.168.0.1 (nom= serveur) Plusieurs ordis type P166 par exemple, 64 Mo mémoire ; je n’ai pas essayé avec moins... L’IP du premier est : 192.168.0.10 (nom = client1)

Il s’agit donc de faire fonctionner les "petits" ordis avec des applications récentes, avec une interface graphique « évoluée »...

Sur les ordis « clients » : : installer une mandriva en mode texte avec X, type IceWM ou Window Maker ou autre interface graphique légère ;

Sur le « serveur » :

-  ne pas oublier de déclarer les utilisateurs.

-  éditer /etc/kde/kdm/kdmrc et dans la section xdmcp, changer :

[Xdmcp] Enable=false Willing=/etc/X11/xdm/Xwilling Xaccess=/etc/X11/xdm/Xaccess

par :

[Xdmcp] Enable=true Willing=/etc/X11/xdm/Xwilling Xaccess=/etc/X11/xdm/Xaccess

Déporter l’affichage du « serveur » sur le client... Deux procédures :

(Surtout ne pas oublier d’enlever le pare-feu pour les besoins de l’essai et ensuite ouvrir le port 177 nécessaire à xdmcp et les ports 6000-6015 pour Xwindows)

-  1 - lancer le client et ouvrir une session x avec un nom d’utilisateur qui existe sur le client et sur le serveur... en console taper : $X -query adresse_du_serveur :1 par exemple : $X -query 192.168.0.1 :1 le :1 est toujours la machine sur laquelle on se trouve, c’est-à-dire la vieille machine ;
-  2 - KDE permet nativement la connexion distante lancer le client et au login cliquer sur menu->Connexion distante puis taper le nom d’hôte (= IP du « serveur ») dans notre cas : 192.168.0.1 et cliquer sur « connexion » ou taper « entrée ». Et nous nous retrouvons avec le panneau de login de « serveur » : taper le nom de l’utilisateur et le mot de passe...(L’utilisateur bien sûr, sera inscrit parmi les utilisateurs du serveur...) Et la session kde ou autre s’ouvre...

Le vieil ordi bénéficie de l ’affichage et de la puissance du « serveur » et de ses applis... C’est assez bluffant de voir ces vieux ordis tourner avec la rapidité d’un ordi neuf... !!! Toutes les applis de bureautique internet, photo peuvent fonctionner ainsi... En revanche, jeux, vidéo et son, ne fonctionneront pas ; le son fonctionnera à partir du client sur le serveur si sur le serveur est ouverte une session par le même utilisateur que sur le client... Notons aussi que le « serveur » acceptera l’ouverture de plusieurs sessions à la fois... sans problème...



  Post Scriptum : Voilà une solution qui permet de « recycler » de vieux ordinateurs... D’autres solutions plus élaborées existent qui permettent en particulier le son sur les clients qui sont classés en « clients légers » et « clients lourds » : LTSP, freenx, drakTermServ sur la Mandriva et sûrement d’autres... Celle qui est présentée ici est sûrement la plus facile mais elle oblige à installer un système et X sur le client, ce qui n’est pas forcément facile sur de vieilles machines...


XIX ) Gestion d'un serveur de Courriel (Mail)

Merci à http://christian.caleca.free.fr et à http://www.security-labs.org/index.php3?page=413

http://www.postfix.org/non-english.html#french

A ) Installation

Nous allons installer un MTA : Message (ou Mail) Transfert Agent. Agent de transfert de message (ou de courrier), qui s'occupe de l'acheminement des messages. Le démon est postix. Pour installer : « urpmi postfix » (ne pas oublier imap ou uw-imapd pour la suite...voir le point E). Puis démarez-le :

[root@troumad][~]$ postfix reload

postfix: warning: My hostname troumad is not a fully qualified name - set myhostname or mydomain in /etc/postfix/main.cf

postfix/postfix-script: warning: My hostname troumad is not a fully qualified name - set myhostname or mydomain in /etc/postfix/main.cf

postfix/postfix-script: refreshing the Postfix mail system

postsuper: warning: My hostname troumad is not a fully qualified name - set myhostname or mydomain in /etc/postfix/main.cf

[root@troumad][~]$ postsuper: warning: My hostname troumad is not a fully qualified name - set myhostname or mydomain in /etc/postfix/main.cf

vi /etc/postfix/aliases

Si vous voulez modifier le nom du domaine ou de l'hôte sur /etc/postfix/main.cf en modifiant les paramètres myhostname ou mydomain. Ceci est obligatoire si le couple PC/domaine est trop peu qualifié comme ici.

B ) Les aliases

1)Utilisation normale

Les aliases servent à rediriger les messages entrants pour un utilisateur vers un autre utilisateur. Le fichier /etc/postfix/aliases est là pour définir des sortes de redirections. En l'observant, vous constaterez qu'il existe beaucoup d'utilisateurs "fantômes", tous renvoyés vers "root" (faut-il les annuler ? ). Il faut savoir que Postfix n'a en principe pas le droit d'envoyer des messages à root. Vous avez, bien sûr, sur votre machine Linux, un compte d'utilisateur "normal" (pas root). C'est le moment de modifier le fichier des "aliases" pour rediriger "root" vers cet utilisateur. Il faut le faire, c'est impératif. Sur ma configuration, il existe un compte "chris" et la dernière ligne de /etc/postfix/aliases est de la forme :

root: courrier

Faites la modification adaptée à votre utilisateur et vérifiez dans /etc/postfix/main.cf la présence de :

alias_maps = hash:/etc/postfix/aliases (sans le # devant)

Puis exécutez :

postalias /etc/postfix/aliases

postfix reload


Il existe d'autres sortes d'alias ( voir http://www.toolinux.com/linutile/reseau/mail/postfix/index.htm ). Le plus intéressant consiste à rediriger le mail vers une autre boîte au lettre, avec /etc/postfix/canonical :

troumad@lycee.org troumad@free.fr # adresse gérée par postfix vers une autre adresse

Cette ligne fait suivre le courrier vers l'adresse troumad@free.fr d'un autre serveur de mail. Faire « postmap /etc/postfix/canonical », mettre canonical_maps = hash:/etc/postfix/canonical dans main.cf et relancer postfix : « /etc/init.d/postfix reload ».

2)Création d'adresse de groupe (nom à revoir)

Dans /etc/postfix/aliases vous pouvez rediriger vers plusieurs adresses la même adresse :

groupe: toto titi@free.fr toutou@libertysurf.fr tata tonton@chello.fr

C ) Premier test : messagerie locale.

Il existe un fichier de logs très utile pour nous : /var/log/mail/info. Nous allons l'utiliser en permanence dans la suite.

Ouvrez une console sous root et faites :

tail -f /var/log/mail/info

Ceci vous permettra de suivre ce qu'il se passe plus facilement.

Nous allons, en restant complètement en local, envoyer un message à root, en étant l'utilisateur normal, celui que nous avons choisi comme alias de root, et que nous avons convenu d'appeler "user".

Ouvrez une deuxième console avec le compte courrier.

Nous allons envoyer un message à "root" avec l'outil, spartiate, certes, mais installé par défaut dans Mandriva : « mail » il s’installe avec « apt-get install mailx » sous debian,

mail root

Subject: rien

rien

Cc:

A la fin du texte faire [Entrée] + Ctrl-D pour finir la zone de texte. Ou mettre une ligne avec uniquement un point.

Observons le journal dans la console root :

Oct 11 22:31:32 troumad postfix/pickup[17603]: 5091C1201F9: uid=0 from=<root>

Oct 11 22:31:32 troumad postfix/cleanup[17608]: 5091C1201F9: message-id=<20031011203132.5091C1201F9@lycee.org>

Oct 11 22:31:32 troumad postfix/nqmgr[17604]: 5091C1201F9: from=<root@lycee.org>, size=308, nrcpt=1 (queue active)

Oct 11 22:31:32 troumad postfix/local[17611]: 5091C1201F9: to=<courrier@lycee.org>, orig_to=<root>, relay=local, delay=0, status=sent ("|/usr/bin/procmail -Y -a $DOMAIN")

Tout semble bien s'être passé. Notez que le destinataire n'est pas root mais courrier, le système d'alias a fonctionné correctement. Nous devons donc retrouver ce message dans notre boîte aux lettres (celle de courrier) :

La commande "mail" toute seule permet de consulter ses messages. La partie surlignée indique un nouveau message. Nous tapons :

[courrier@troumad][~]$ mail

Mail version 8.1.1 6/6/93. Type ? for help.

"/var/spool/mail/courrier": 1 message 1 new

>N 1 root@troumad.no-ip.o Sat Oct 11 22:31 14/449 "rien"

& t 1

Message 1:

From root@lycee.org Sat Oct 11 22:31:32 2003

X-Original-To: root

Delivered-To: root@lycee.org

To: root@lycee.org

Subject: rien

Date: Sat, 11 Oct 2003 22:31:32 +0200 (CEST)

From: root@lycee.org (root)


rien


& ?

Mail Commands

t <message list> type messages

n goto and type next message

e <message list> edit messages

f <message list> give head lines of messages

d <message list> delete messages

s <message list> file append messages to file

u <message list> undelete messages

R <message list> reply to message senders

r <message list> reply to message senders and all recipients

pre <message list> make messages go back to /usr/spool/mail

m <user list> mail to specific users

q quit, saving unresolved messages in mbox

x quit, do not remove system mailbox

h print out active message headers

! shell escape

cd [directory] chdir to directory or home if none given

& x

Quand mail nous laisse la main, on a une ligne avec un « & ». On tape alors les commandes. Ici « t 1 » puis « , » et « x ».

D ) Second test : vers l'extérieur

1)Sans nom de domaine valide

Après cet essai, vous pouvez recommencer vers une adresse extérieure. « mail troumad@free.fr ». Il est possible que celui-ci revienne, regardons le journal :


Oct 12 07:29:58 troumad postfix/pickup[24570]: ED7801201F9: uid=501 from=<troumad>

Oct 12 07:29:58 troumad postfix/cleanup[24630]: ED7801201F9: message-id=<20031012052958.ED7801201F9@lycee.org>

Oct 12 07:29:58 troumad postfix/nqmgr[24571]: ED7801201F9: from=<troumad@lycee.org>, size=287, nrcpt=1 (queue active)

Oct 12 07:29:59 troumad postfix/smtp[24632]: ED7801201F9: to=<troumad@free.fr>, relay=mx.free.fr[213.228.0.166], delay=1, status=bounced (host mx.free.fr[213.228.0.166] said: 553 sorry, your envelope sender domain must exist (#5.7.1) (in reply to MAIL FROM command))

Oct 12 07:30:00 troumad postfix/cleanup[24630]: 02B841201FC: message-id=<20031012053000.02B841201FC@lycee.org>

Oct 12 07:30:00 troumad postfix/nqmgr[24571]: 02B841201FC: from=<>, size=2020, nrcpt=1 (queue active)

Oct 12 07:30:00 troumad postfix/local[24634]: 02B841201FC: to=<troumad@lycee.org>, relay=local, delay=0, status=sent ("|/usr/bin/procmail -Y -a $DOMAIN")


Selon la machine qui héberge le MTA, l'expéditeur à une adresse qui n'existe pas : lycee.org n'existe pas, le courrier a donc été refusé ! Il faut donc définir un nom d'envoi correct ! On va changer l'adresse de l'expéditeur en réécrivant la redirection dans le fichier /etc/postfix/sender_canonical : courrier troumad@free.fr

Puis après, on fait « postmap /etc/postfix/sender_canonical » et on rajoute la ligne « sender_canonical_maps = hash:/etc/postfix/sender_canonical » à /etc/postfix/main.cf au paragraphe « ADDRESS REWRITING ».

Parfois, dans le journal, on trouve :

Nov 10 14:59:43 troumad postfix/nqmgr[32697]: 7B3B9502D3: to=<______.______@francetelecom.com>, relay=none, delay=0, status=deferred (deferred transport)

Nov 10 14:59:43 troumad postfix/nqmgr[32697]: 7B3B9502D3: to=<troumad@free.fr>, relay=none, delay=0, status=deferred (deferred transport)

Ceci peut être momentanément réparé par :

/etc/init.d/postfix flush

Qui donne dans le journal :

Nov 10 14:59:56 troumad postfix/smtp[5953]: 7B3B9502D3: to=<______.______@francetelecom.com>, relay=relais-inet.francetelecom.com[212.234.67.6], delay=13, status=sent (250 Message received and queued)

Nov 10 14:59:56 troumad postfix/smtp[5955]: 7B3B9502D3: to=<troumad@free.fr>, relay=mx.free.fr[213.228.0.49], delay=13, status=sent (250 ok 1068472817 qp 2927)

Il faut donc reconfigurer /etc/postfix/main.cf, c'est le paramètre « defer_transports = smtp » qu'il fallait commenter car il sert à envoyer le courrier que sur demande : « postfix flush » ou « sendmail -q » avec par exemple un petit script PPP dialout, donc lorsqu'on est pas toujours connecté. Dans les distributions Mandriva, /etc/ppp/if-up contient déjà une commande « sendmail -q » si « /usr/sbin/sendmail » existe. Donc pas la peine de le faire à la main : à chaque connexion, « sendmail -q » devrait être lancé automatiquement.

Après chaque modification de /etc/postfix/main.cf , il faut complètement relancer le service, un simple reload est insuffisant. On doit donc faire :

/etc/init.d/postfix restart

2)Avec un nom de domaine valide

Même valide, si c'est VOTRE nom de domaine, il n'est sûrement pas reconnu, lister dans la liste des serveurs de mails sur. En effet, il y a tellement de petits domaines que seul les grands serveurs peuvent être reconnus, comme free.fr, aol.com... Si j'achète lycee.org et que je gère moi-même ce domaine il a peu de chance d'être reconnu ! En revanche, s'il est piraté et sert de base d'envoi à des spams, il sera vite mis dans la liste noire des noms de domaine à éviter !

Voici une méthode pour que vos mails arrivent même sur les serveurs qui mènent une politique forte de tri sécurisé ( http://www.linuxorable.net/article.php3?id_article=47 ) :

La règle transport_maps permet de définir quel mode de transport sera utilisé pour certains domaines ou adresses.
Exemple: AOL refuse tous les mails qui ne proviennent pas de serveurs SMTP connus.

Donc, je vais mettre dans ma table « transport » des lignes comme ceci:

mon-ami1@aol.com smtp:smtp.free.fr

mon-amie@aol.com smtp:smtp.free.fr

ou, si je souhaite une règle générale:

aol.com smtp:smtp.free.fr

ainsi, tout mail à destination de AOL sera relayé par le setveur smtpd de Free après avoir fait les deux commandes suivantes :

# postmap /etc/postfix/transport

# postfix reload

E ) Troisième test : lire le courriel de l'extérieur

Il faut ouvrir le port 110 vers les ordinateurs qui vont lire leur courrier sur votre serveur. Attention, dès qu'on parle de l'extérieur, il faut se méfier des spameurs qui seraient bien heureux de prendre le contrôle de notre MTA!

Ensuite, sous

Illustration 3 : Paramétrage d'un compte sous mozilla/ thunderbird

mandriva, on doit installer imap : « urpmi imap », sinon le serveur mail marchera sauf qu'on ne pourra pas lire ses mails avec un lecteurs de couriel...

Sous debian : « apt-get install qpopper ».

Il faut faire une modification minimale de la configuration. Dans /etc/postfix/main.cf, le paramètre inet_interfaces doit indiquer d'où on accède au serveur et aussi il peut être utile de relancer ou mettre en route le démon xinetd : /etc/init.d/xinetd restart

Finalement, on doit paramétrer notre lecteur de courriel convenablement :

Pour lire le courriel sur ce serveur : donner le nom du serveur, le nom d'utilisateur (le nom de login du compte que vous avez)

Sous mozilla, ceci se fait avec l'entrée « Paramètres serveur ». Le port est bien le 110 : attention, prévoir le fire-wall pour que ce port soit ouvert en direction des ordinateurs qui doivent lire le courriel.

Pour envoyer le courrier à partir de mozilla, donner l'adresse de notre serveur pour le courrier sortant : troumad.lycee.org (d'après la configuration du DNS)

Avec mozilla, Il faut tout d'abord signaler son existence en cliquant sur serveur sortant (SMTP) et en donnant son nom.

Ensuite, il faut signaler que le compte qu'on est en train de tester doit utiliser ce serveur sortant : avec le bouton [Avancé...] en bas à droite lorsque c'est l'entrée du compte qui est sélectionnée.

Remarque : Il faut configurer le nom du serveur deux fois car on peut lire son courrier sur tous les serveurs de tous les FAI d'où qu'on soit, mais par mesure de sécurité, les serveurs ne relaient que les mails qui viennent de leur domaine. Par exemple, vous ne pouvez pas utiliser le serveur de l'IUT pour envoyer vos mails de chez vous alors que de chez vous, vous pouvez lire le courrier qui vous est adressé à l'IUT.

F ) Quatrième test : recevoir le courriel de l'extérieur

Votre serveur est en marche? Alors ouvrez le port 25 vers l'extérieur, c'est tout !

Attention, il faut configurer la ligne suivante dans /etc/postfix/main.cf :

mydestination = $myhostname,$mydomain

Elle interdit le relais à partir de l'extérieur de mail vers d'autres adresses que celles du domaine local. Vous pouvez vous demander « Alors, mais comment mon serveur repère les PC du réseau interne ? ». C'est avec la ligne de /etc/postfix/main.cf :

mynetworks = 127.0.0.0/8,192.168.0.0/16

Cette ligne permet à tous les PC du sous réseau 192.168.XXX.XXX et aussi au serveur lui même (127.0.0.0/8) d'accéder au serveur de mail pour lui faire envoyer des courriers à n'importe quelle adresse.

G ) Cinquième test : envoyer le courriel depuis l'extérieur

Il faut que le fire-wall ouvre le port 25 (comme précédemment) vers l'endroit d'où on envoie le couriel. Ensuite, la configuration du lecteur de courrier est expliquée dans la rubrique : « Troisième test : lire le courrier de l'extérieur ». Il est important de bien maîtriser l'« extérieur » choisi. Je vous conseille de le restreindre à votre réseau local. Dans ce cas « extérieur » sera simplement « aux autres PC ». C'est ce que font les FAI afin de contrôler l'origine des mails pour éviter de servir de relais aux spameurs.

Si notre serveur sert aussi de passerelle (avec une interface vers le réseau local et une autre vers internet, voir chapitre sur le fire-wall), on peut indiquer dans la configuration de postfix, que seul les mails du réseau local seront pris en compte.

H ) Exemple de fichiers de configuration

1)/etc/postfix/main.cf

Merci à http://www.via.ecp.fr/~alexis/formation-linux/ pour cet exemple et à http://cjovet.free.fr/cours/postfix.htm.

# /etc/postfix/main.cf

# Fichier de configuration de Postfix

# Formation Debian GNU/Linux par Alexis de Lattre

# http://www.via.ecp.fr/~alexis/formation-linux/


# Pour plus d'informations, installer le package "postfix-doc"

# et lire /usr/share/doc/postfix/html/index.html

# ou lire la traduction française disponible à l'adresse

# http://cjovet.free.fr/cours/postfix.htm


# Paramètres de fonctionnement de postfix

# NE PAS CHANGER

command_directory = /usr/sbin

daemon_directory = /usr/lib/postfix

program_directory = /usr/lib/postfix

smtpd_banner = $myhostname $mail_name (Mandriva LINUX)

setgid_group = postdrop

biff = no


# Nom du fichier d'alias

alias_maps = hash:/etc/postfix/aliases

#alias_database = hash:/etc/mail/aliases


# Nom du fichier de correspondance pour les adresses virtuelles

#virtual_maps = hash:/etc/postfix/virtual


# Nom de domaine

# Ce paramètre ne sert pas directement, mais peut être utilisé par la suite.

mydomain = lycee.org


# Nom d'hôte

# Ce paramètre ne sert pas directement, mais peut être utilisé par la suite.

myhostname = troumad.$mydomain


# Extension pour les mails envoyés depuis la machine

myorigin = lycee.org


# Liste des domaines pour lesquels le serveur accepte le mail

# ET délivre le mail en local

mydestination = $myhostname, localhost.$mydomain,localhost


# le paramètre inet_interfaces doit indiquer d'où on accède au serveur pour l'envoi de courrier

inet_interfaces = $myhostname, localhost.$mydomain, localhost,$mydomain


# Liste des domaines pour lesquels le serveur accepte le mail

# ET le relaie à d'autres serveurs de mail

#relay_domains =


# Dans le cas où on a besoin d'un serveur pour relayer les mails sortants :

#relayhost = smtp.free.fr

# #defer_transports = smtp peut être utile si on n'est pas souvent connecté à internet.

# Il Faut alors faire un sendmail -q pour envoyer les mails lors de la connexion.

#defer_transports = smtp


# Réseaux en lesquels j'ai confiance

# i.e. pour lequel mon serveur mail accepte de relayer du mail

# ATTENTION : il ne faut pas mettre n'importe quoi pour que le serveur

# mail ne devienne pas un relai pour le spam !

mynetworks = 127.0.0.0/8,192.168.1.0/24


# Commande à exécuter pour délivrer les mails en local

mailbox_command = /usr/bin/procmail -Y -a $DOMAIN -d $LOGNAME


# Taille maximale pour les mailbox (0 = pas de limite)

mailbox_size_limit = 0

#Les lignes suivantes sont quelque peu paranos...

#connexion d'un client sur le serveur de mail :

# - rejète le client si son adresse IP n'a pas d'enregistrement PTR dans le DNS.

# - juste pour le réseau interne

# - accepte ou rejète le client selon les régles du fichier spécifie hash:/etc/postfix/access

smtpd_client_restrictions = permit_mynetworks,reject_unknown_client,check_client_access hash:/etc/postfix/access

# vérifie le champ MAIL FROM du mail

# - rejète la requête si l'adresse de l'émetteur n'a pas d'enregistrement A ou MX dans le DNS.

# - accepte ou rejète la requête selon les règles du fichier /etc/postfix/access

# - la requête est rejetée si l'adresse email n'est pas un nom de domaine complet

smtpd_sender_restrictions = reject_unknown_sender_domain, check_sender_access hash:/etc/postfix/access,reject_non_fqdn_sender

# Pour /etc/postfix/access : 'man 5 access' et à chaque modification 'postmap /etc/postfix/access'

#


Afin de vérifier votre configuration, vous pouvez faire « postconf », ceci affichera TOUS les paramètres de postfix, mêmes ceux choisi par défaut. Pour afficher les différences de votre configuration avec celle par défaut, entrez « postconf -n ». Pour vérifier la configuration du serveur, lancez « postfix check ».


2)/etc/postfix/access

Le fichier access qui indique à partir d'où on peut poster un mail :

192.168 OK

127 OK

10 NO

I ) Petit plus

Pour faire un petit filtre de pièce jointe, dans le fichier main.cf de postfix, il faut ajouter :

header_checks = regexp:/etc/postfix/header_checks

puis créer le fichier /etc/postfix/header_checks qui contient la ligne suivante (sur une seule ligne) :

/^.*name=.*\.(vbe|vbs|shs|vbx|zip|chm|exe|pif|bat|com|scr)/ REJECT "les fichiers : vbe vbs shs vbx chm exe pif bat com scr zip sont interdits comme piece jointe - message refuse"

J ) Test « open relais »

Vous pouvez, par exemple, tester votre serveur à http://abuse.net/relay.html .

K ) SpamAssassin

http://spamassassin.apache.org/

http://lea-linux.org/cached/index/Reseau-message-postfix.html

« urpmi spamassassin-spamd » installe le logiciel

« /etc/rc.d/init.d/spamd start » le met en route.

thunderbird et mozilla-mail ont cette fonctionnalité directement implémentée dans leur code avec le tri des indésirables.


Il en existe des utilitaires, testez : « urpmi spamassassin- ».

L ) Améliorations possibles

http://mdk.services-virtuavision.com/article.php3?id_article=60 : Fetchmail - postfix - procmail - razor2 - MUA : les Dalton anti-spam.

XX ) Serveur NIS

A ) Présentation

http://www.ac-creteil.fr/reseaux/systemes/linux/nis-linux.html

Le service NIS (Network Information System), permet de centraliser les connexions sur un réseau local. L'objectif central de tout serveur de fichiers d'un réseau local est de permettre aux utilisateurs du réseau de se connecter au serveur de fichier sous un compte centralisé au niveau du réseau, et non pas défini machine par machine et aussi d' accéder à ses fichiers (répertoire personnel, ...).

Dans un réseau homogène Linux, la connexion et l'authentification sont du ressort du service NIS, tandis que les accès aux répertoires personnels et partagés sont permis par le service complémentaire NFS, qu'il faut aussi mettre en oeuvre. Pour utiliser des stations M$-Windows dialoguant avec un serveur Linux, l'alternative à NIS+NFS est la mise en oeuvre du serveur Samba.

NIS maintient une base de données (ou annuaire) centralisée au niveau d'un groupe de machines appelé domaine NIS. Supposons que le nom NIS attribué soit Maison. Ces informations sont alors stockées dans le répertoire /var/yp/Maison, sous forme d'un ensemble de fichiers binaires appelés cartes ou maps.

Les types d'informations que les stations "clientes", celles des utilisateurs, viennent chercher sont essentiellement les correspondances entre noms et adresse IP des machines du réseau, les vérifications des noms de login, mots de passe et groupes d'appartenance des comptes utilisateurs existants sur le serveur. Toutes ces informations sont contenues habituellement dans les fichiers /etc/hosts (annuaire des machines connues), /etc/passwd, (annuaires des utilisateurs qui contient les répertoires à la connexion) et /etc/group (annuaire des groupes) et /etc/shadow (mots de passe cryptés).

Plus concrètement, soit une station Linux, cliente du serveur NIS. Un utilisateur remplit un formulaire de connexion (demande de login). Le client NIS de cette station cherche à obtenir une réponse du serveur NIS du même domaine, à une question du genre "me connais-tu comme station autorisée, et l'utilisateur que j'accueille possède t-il un compte chez toi, mon serveur?"

Les réponses sont contenues dans 6 maps usuels, situés dans /var/yp/Maison, et appelés hosts.byname, hosts.byaddr, passwd.byname, passwd.byuid, group.byname et group.bygid.

Les applications NIS utilisent les fonctions RPC =Remote Procedure Calls, fonctionnalités supplémentaires (logées dans la couche session au dessus de TCP/IP), gérées par un service (ou démon) appelé portmap qu'il faut donc installer.

Le rpm à installer est ypserv sur le serveur et yp-tolls et ypbind sur les stations clientes.

Un peu de précision sur le vocabulaire : yp (yellow pages) correspond à l'annuaire, NIS est l'implémentation basée sur RPC pour les mots de passes partagés, les groupes, les services, ... NIS+ est une implémentation plus sécurisée. NYS est la version domaine public de NIS.

B ) Le serveur

Les services à lancer sont dans l'ordre /etc/init.d/portmap, /etc/init.d/ypserv et /etc/init.d/yppasswd. Les fichiers de configuration sont: /etc/ypserv.conf (configuration du serveur) et les fichiers du répertoire /var/yp comme /var/yp/securenets (machines autorisées à accéder au service NIS), /var/yp/Makefile, mais il y a besoin d'en modifier d'autres comme /etc/sysconfig/network.

Il faut déclarer le domaine NIS dans le fichier /etc/sysconfig/network en rajoutant la ligne NISDOMAIN=Maison. Il faut que ce paramettre soit pris en compte, pour le moment, je n'ai trouvé qu'une seule solution : «  domainname Maison ».

Ensuite, il faut déclarer les machines qui ont accès au domaine avec le fichier /var/yp/securenets et insérer les lignes suivantes :

# pour permettre l'accès sur le serveur même

255.0.0.0 127.0.0.0

# pour permettre l'accès de toutes les machines du sous-réseau (masque et adresse réseau)

255.255.255.0 192.168.1.0 # le réseau à comme adresse 192.168.1.1, le réseau est 192.168.1.XXX

Préciser les informations que NIS doit gérer en éditant le fichier /var/yp/Makefile et en listant sur la ligne commençant par all: les données à gérer : all: passwd group hosts (au moins). Il est recommandé de ne rien modifier d'autre sauf "si on sait ce que l'on fait ...", car pour l'essentiel il a été correctement paramétré lors de l'installation de la distribution.

Ensuite, on doit générer les 3 cartes (maps) correspondant aux 3 fichiers /etc/passwd, /etc/group et /etc/hosts. L'utilitaire /usr/bin/make doit être exécuté par root dans le répertoire du Makefile :

# cd /var/yp

# make

Il y a création d'un sous-répertoire /var/yp/Maison (portant le nom du domaine NIS, qui doit être pris déjà en compte) contenant les 6 fichiers binaires de permissions 600 : hosts.byname, hosts.byaddr, passwd.byname, passwd.byuid, group.byname et group.bygid.

La dernière manipulation à faire est de renseigner le fichier de configuration de NIS : : /etc/ypserv.conf et indiquer l'adresse IP du réseau comme ci-dessous :

# Host : Domain : Map : Security

#

192.168.1. : Maison : passwd.byname : port

192.168.1. : Maison : passwd.byuid : port

ypxfrd est utile si on a un serveur NIS esclave.



C ) Les clients

Toujours dans /etc/sysconfig/network, il faut mettre NISDOMAIN = "Maison". Attention, il faudra activer ce nom!

Dans /etc/yp.conf, et il faut ajouter les 2 lignes :

domain Maison server 192.168.1.1

ypserver troumad #nom du serveur NIS

Dans /etc/nsswitch.conf, veillez à la présence active des lignes :

passwd: files nis

group: files nis

hosts: files nis dns

En ligne de commande, (re)lancer le service client. On devrait obtenir 2 messages : recherche d'un domaine NIS, puis tentative de liaison à un serveur NIS.

$ /etc/rc.d/init.d/ypbind start

Binding to the NIS domain: [OK]

Listening for an NIS domain server: fctice.ac-creteil.fr

Pour permettre à un compte qui existe uniquement par NIS, mais pas dans le fichier local /etc/passwd de se logger par ssh, dans le fichier /etc/ssh/sshd_config, il faut décommenter la ligne UseLogin et mettre yes comme paramètre.

D ) Changement de mot de passe / ajout d'utilisateurs

On rajoute sur le serveur un nouvel utilisateur avec « useradd ». Pour prendre en compte ce nouvel utilisateur; il suffit d'aller dans le répertoire /var/yp et d'exécuter « make ».

Lorsque l'on utilise NYS et les mots de passe distribués, la commande « passwd » sur un client risque de ne pas avoir le comportement attendu puisque qu'elle va éditer le fichier local /etc/passwd.

C'est donc le démon yppasswd du serveur qui doit se charger de cela. En fait lorsqu'un utilisateur voudra changer son mot de passe, il utilisera la commande « yppasswd », qui ira modifier le fichier /etc/passwd du serveur NYS, et qui également mettra à jour les cartes, en faisant appel aux fonctions de notre bon démon.

Pour que l'utilisation de « yppasswd » soit transparente pour les utilisateurs, vous pouvez renommer le fichier /usr/bin/passwd en lpasswd par exemple, et ensuite vous faites un lien passwd vers yppasswd avec la commande :

« ln -sf yppasswd passwd »

Les utilisateurs pourront ainsi changer leur mot de passe sans se rendre compte qu'ils utilisent un compte NYS.

XXI ) Configurer un serveur d'impression

A ) Une imprimante / plusieurs ordinateurs

Une imprimante sur un PC peut être partagée entre plusieurs PC en réseau. Pour savoir comment définir son partage, il faut savoir sur quelle sorte de réseau elle est partagée. En effet, sur le PC qui a l'imprimante, on installe déjà un service CUPS (serveur d'impression local) qui peut servir pour tout le réseau s'il est correctement défini. En revanche CUPS est fait uniquement pour les réseaux Linux/Unix. Si il y a des PC sous Windows, le partage se définit avec Samba (voir le chapitre sur samba).

B ) Cups

1)Serveur

http://people.via.ecp.fr/~alexis/formation-linux/imprimante.html#AEN11363

Il faut installer l'imprimante. Ceci est automatique avec Mandriva, en revanche avec debian, il est recommandé d'installer avant certains paquetages :

# apt-get install cupsys cupsys-client cupsys-bsd foomatic-filters printconf

Cette ligne devrait tout installer, mais je conseille tout de même après un passage par « foomatic-gui » afin de parfaire la configuration.

Avec Mandriva, ce service est directement configuré pour le partage. En revanche sous debian, il faut ouvrir le service à l'extérieur. C'est le fichier /etc/cups/cupsd.conf qu'il faut modifier afin d'avoir :

<Location />

Order Deny,Allow

Deny From All

Allow From 127.0.0.1

Allow From 192.168.0.0/255.255.255.0

</Location>

Puis bien sur, après la modification, il faut relancer le serveur.

/etc/init.d/cupsys restart (ou cups pour Mandriva)


La liste des travaux effectués reste en mémoire avec possibilité de les refaire. Avec la commande, on peut l'effacer avec la liste des travaux en attente :

# cancel -a

2)Client

Sur Mandriva, tout est encore automatique. Avec debian, il faut installer le programme client de Cups :

# apt-get install cupsys-client

Ensuite, éditez le fichier /etc/cups/client.conf et décommentez la ligne commençant par ServerName. Sur cette ligne, vous devez alors préciser l'adresse IP ou le nom DNS du serveur d'impression.

Par exemple, si votre serveur d'impression a l'adresse IP 192.168.0.42, le fichier /etc/cups/client.conf devra contenir :

ServerName 192.168.0.42

Attention : le champ « emplacement » sur le serveur devra être bien configuré. En effet, il est possible que le client s'en serve pour appeler le serveur. Donc il devra être renseigné de la même façon dans /etc/hosts ou par le serveur DNS, afin que le PC ayant l'imprimante réponde bien au nom défini dans ce champ.

XXII ) Partage de scanner

Voir man saned

Il est possible, comme pour les imprimantes de partager un scanner. Voici la manipulation à faire :

A ) serveur

Pour le serveur, mettre dans le fichier /etc/sane.d/saned.conf :

192.168.3.0/24 # Pour partager sur toute machine d'adresse 192.168.3.XXX

localhost # Pour le PC local aussi

B ) Client

De son côté, le client doit avoir le fichier /etc/sane.d/net.conf :

nom_du_serveur # ou ip du serveur

XXIII ) Configurer un serveur de temps avec ntp

De marc guillaume <new at yakati point org>

Adapté à Mandriva par Bernard SIAUD

Voir aussi : http://www.openbsd.org/cgi-bin/man.c...penBSD+Current

A ) Introduction

Qu'un laboratoire de métrologie, de sismique, de physique aie besoin d'une heure très précise semble évident. Mais pour un particulier ou une petite entreprise l'intérêt peut sauter moins immédiatement aux yeux. Pourtant, ne serait-ce que pour envoyer des mails avec une date cohérente, il est important que vous surveilliez la date de votre PC. Si vous avez des serveurs, cela devient indispensable. Imaginez que tous vos postes aient leur répertoire /home déporté sur un serveur central. Si vous mettez en place un système de mirorring avec rsync par exemple sur un serveur de sauvegarde que va-t-il se passer si vos machines ont des heures différentes ? Vous allez perdre la cohérence entre les fichiers et ne plus savoir au bout d'un moment quelle est la dernière version d'un fichier.

NTP (Network Time Protocol) résout cela en fournissant un moyen simple et efficace de synchroniser tout ce petit monde. Si vous avez un accès permanent à internet (style ADSL ou Câble) vous serez de plus à l'heure mondiale sans effort.

B ) Le principe dans ses grandes lignes

Vous trouverez sur internet de la documentation sur les principes de fonctionnement du protocole Network Time Protocol (ntp) mis au point par l'équipe du professeur David Mills de l'université du Delaware. Ce qui suit est fortement inspiré de http://www.starlinux.net/staticpages/index.php?page=20030924221349147

En gros il s'agit d'une hiérarchie dynamique de serveurs. Au sommet sont des serveurs dits de strate 0. Il s'agit des horloges de précision qui peuvent être des horloges atomiques au césium ou des satellites GPS (globa positionning system) par exemple. Aucun ordinateur ne fait partie de la strate 0. Les ordinateurs dits de strate 1 reçoivent l'heure de ces horloges qui composent la strate 0.

Donc ces ordinateurs de strate 1 reçoivent l'heure des ordinateurs de strate 0. La strate 1 est la précision maximale qui puisse être atteinte sur internet.

Quand un ordinateur prend comme référence un serveur de strate 1 il devient un serveur de strate 2. De manière générale quand un ordinateur prend comme référence un serveur de strate n il devient lui-même un serveur de strate n+1.

Le plus bas niveau est la strate 16 qui signifie en fait que l'ordinateur n'est pas encore synchronisé (ce qui se passe lorsque vous lancez pour la première fois ntpd, ou que votre serveur de référence n'est pas joignable pendant un temps suffisant).

Il y a sur internet une petite centaine de serveurs de strate 1 qui sont pris comme référence par quatre mille (à peu près) serveurs de strate 2 qui à leur tour sont utilisés par un bien plus grand nombre de serveurs de strate 3.

Le système est dynamique dans la mesure où un serveur peut être à un moment en strate 3 ou en strate 2 et même en strate 16 quand il perd sa synchronisation. Tout dépend du serveur sur lequel il parvient à se synchroniser.

Au démarrage du démon ntpd le système lit ses fichiers de configuration, parmi lesquels il trouve :

Les adresses IP ou les noms des serveurs de référence (peers)

Les intervalles maximaux et minimaux entre deux consultations de serveurs (maxpoll et minpoll)

la correction de son horloge interne, si l'information est disponible

D'autres paramètres comme des options de log, des restrictions d'accès etc.


En utilisant la liste des serveurs ou peers, il demande une information horaire à tous. Dans cette information, en plus de l'heure, sont inclues des informations sur le temps pris par le paquet pendant sa traversée du réseau, sur la stabilité et la qualité des serveurs.

En même temps, si le démon a tourné suffisamment longtemps dans une session antérieure, il lit la dernière correction qu'il faut appliquer à la fréquence de l'horloge interne pour maintenir l'heure exacte dans la fourchette adéquate. Chaque horloge de chaque ordinateur compte le temps en cycles donnés par les oscillateurs internes. NTP est capable de renseigner le noyau (kernel) sur les erreurs que peuvent induire ces oscillateurs (problèmes de fréquences de quartz etc.).

En début de session l'ordinateur suppose qu'il n'est pas synchronisé. Il commence à lire l'information horaire des ses "peers" à un rythme rapide de toutes les 16 secondes (en fait 2^minpoll) puis toutes les 32 secondes puis encore plus tard toutes les 64 secondes ainsi jusqu'à un rythme de 2^maxpoll secondes (par défaut maxpoll est réglé à 10).

Chaque fois qu'il reçoit une nouvelle référence de temps d'un de ses peers le démon ntpd reclacule les paramètres de ce peer, c'est à dire son déphasage par rapport à l'horloge locale, le retard sur le réseau et la dispersion des données. A la suite de cela il élit comme référence le meilleur et seulement le meilleur des peers avec lesquels il est en contact, dès qu'ils ont atteint un minimum de qualité.

Quand il estime avoir atteint les conditions minimales de stabilité notre ordinateur se déclare synchronisé et acquière la strate n+1 si le peer élu est en strate n.

Plus le temps passe, plus les corrections que fait ntpd sont fiables, le système est plus stable et l'intervalle entre deux consultations des peers va en augmentant. L'erreur maximale que s'autorise le système est de 128 millisecondes par défaut. Si cette limite est dépassée le système se considère de nouveau comme non synchronisé et tout repart comme au premier lancement. C'est très rare que cela arrive (sauf problème réseau) et un pc standard de particulier peut très facilement conserver une erreur maxi de 2 millisecondes avec une bonne stabilité (ce qui pour tous les usages courants est même "luxueux").

Les corrections d'horloge interne peuvent aller jusqu'à 500 partie par million (ppm). En pratique 12 ppm équivaut à une dérive de 1 seconde par jour. Sur du matériel standard la correction est souvent entre 30 et 150 ppm. Mais cela peut varier grandement si la température des quartz subit des variations importantes. En gros si vous avez une salle machines climatisée vous aller rester plus stable que si votre pc est derrière la fenêtre et que le soleil le chauffe la journée.

C ) L'installation concrète

Nous allons prendre un cas de figure qui devient courant avec l'ADSL : vous avez un pc sous linux qui sert de passerelle nat et firewall entre internet et les postes clients (le votre sous Linux, le Mac de votre épouse et le PC windows du gamin, ben ouais à cause de jeux...).

Vous voudriez que tout ce petit monde soit à la même heure entre eux et si possible à l'heure avec le reste du monde.

La technique la plus logique est de vous créer un serveur de temps local afin de diminuer le trafic inutile sur internet. Il semble logique d'utiliser la machine passerelle pour fournir ce service. On a vu que plus le démon ntpd tournait longtemps plus il devenait stable et précis. Donc cette machine qui vous relie à internet et ne s'arrête jamais est la place idéale pour ce type de service.

1)Configuration de ntp

Le schéma que nous avons choisi nous permet de présenter pratiquement toutes les utilisations de ntp pour le particulier ou la PME/PMI. Il nous manquera juste l'ouverture sur internet afin de devenir nous même serveur de temps pour d'autres uilisateurs (mais ce serait très facile si vous aviez une IP fixe et un nom de domaine).

a) Configuration du serveur

Installation Mandriva : « urpmi ntp ».

Installation debian : « apt-get install openntpd »

On veut que notre passerelle se mette à l'heure sur des serveurs de temps de l'internet et que les machines de notre réseau puissent l'interroger comme elles interrogeraient un serveur de temps externe.

Si vous êtes en France Métropolitaine vous trouverez à l'adresse ci-dessous une liste de serveurs de temps publics dont les précisions sur les conditions d'utilisation sont précisées au cas par cas.

http://www.cru.fr/NTP/serveurs_francais.html ou http://www.pool.ntp.org/zone/europe

Une bonne politique est de choisir 5 serveurs différents pour être certain que l'un d'eux sera toujours accessible en synchronisation. Vous pourriez n'en mettre qu'un, mais si vous perdez la liaison avec lui, vous perdez votre synchro.

Les informations nécessaires à ntpd figurent dans le fichier /etc/ntp.conf pour Mandriva ou /etc/openntpd/ntpd.conf pour debian.

Le fichier présente deux sections, une section qui fournit les informations nécessaires à la mise à l'heure de la machine et une section servant à paramétrer la machine en tant que serveur pour d'autres machines. Regardons un exemple de fichier ntp.conf

##

## Exemple de fichier de configuration ntp '/etc/ntp.conf' pour un poste français

## (c) Marc Guillaume - yakati - 2003

##

## Horloge locale non synchronisée. Il s'agit d'une adresse fictive

## quand aucune autre n'est accessible notre serveur non synchronisé sur internet

## peut tout de même servir de serveur pour notre LAN

##

server 127.127.1.0 # horloge locale(LCL)

fudge 127.127.1.0 stratum 10 # LCL est désynchronisée nous lui donnons la strate 10


##

## il est recommandé dans la liste des serveurs de mettre au moins trois adresses, ce qui est

## en principe suffisant, mais il est préférable d'en avoir cinq.

## Pour le choix des serveurs il est préférable de choisir des serveurs fiables mais qui ne soient

## pas forcement très hauts dans la hiérarchie. Même si vous vous calez sur une strate 3 ou 4

## vous conserverez largement mieux que la seconde de précision. C'est bien assez pour un LAN et

## ainsi vous ne saturez pas les strates 2 dont certains peuvent avoir plus besoin que vous.

## A vous de juger du besoin de précision qui est le vôtre.

## En pratique vous ne pourrez pas vous connecter aux serveurs de strate 1 sans accréditation et

## mot de passe. Voici un choix de serveur qui devrait convenir à beaucoup de monde.


## Les serveurs peuvent être désignés par une adresse IP ou par un nom DNS. La plupart des

## serveurs vous encouragent à utiliser un nom DNS, certaines IP étant sujettes à changement.

## De plus il existe des serveurs de zones géographiques qui sont regroupés sur un même nom et

## DNS vous dirigent au hasard sur l'un de ces serveurs qui sont tous équivalents, de manière à

## les répartir la charge sur ces machines.

##

## maxpoll 12 indique que chaque 2^12=4192 secondes au maximum le démon consultera le serveur.

## La valeur ## ## par défaut est 10.


server ntp.cpsc.ucalgary.ca maxpoll 12

server fr.pool.ntp.org maxpoll 12

server pool.ntp.org maxpoll 12

server europ.pool.ntp.org maxpoll 12

server ntp.shorty.com maxpoll 12

server ntp.ndsoftwarenet.com maxpoll 12 # zone mondiale

server ntp1.tuxfamily.net maxpoll 12 # IP 80.67.177.2

server ntp2.tuxfamily.net maxpoll 12 # IP 80.67.179.2

server ntp.univ-lyon.fr maxpoll 12

server ntp.via.ecp.fr maxpoll 12



## La seconde partie du fichier fournit des informations permettant à la machine de devenir

##un serveur local

##

## Divers

##

## Le fichier /etc/ntp/drift sous Mandriva, qui dans d'autres distributions

## /var/lib/ntp/ntp.drift est celui qui contient la correction qu'il faut appliquer à notre

## horloge locale pour qu'elle soit le plus exacte possible.

## Le chiffre qu'il contient est exprimé en parties par million (ppm). Le maximum par défaut est

## de 500 ppm. Une correction de 12 ppm équivaut à une seconde par jour.

## Vous n'avez pas à intervenir sur ce fichier qui est entretenu par ntpd.

##

## On indique ici où il doit se trouver. Ce chemin est celui proposé par défaut sur Mdv.

##

driftfile /etc/ntp/drift


##

## On peut en principe faire écrire un log à ntpd en décommentant les lignes suivantes,

## mais pour ma part je n'ai jamais réussi à utiliser cette option.

##

## logfile /var/log/ntp # fichier de log # décommenter pour l'utiliser

## logconfig = syncstatus + sysevents

## logconfig =all # décommenter pour l'utiliser


## Il existe aussi la possibilité de faire générer des statistiques à ntpd mais je n'ai jamais

## non plus utilisé cette possibilité aussi n'en parlerai-je pas. En revanche si vous voulez

##ouvrir votre serveur sur internet ce sera indispensable.


## Local users may interrogate the ntp server more closely.

restrict 127.0.0.1 nomodify

#restrict 127.0.0.1 192.168.0.0 mask 255.255.0.0 nomodify


## Clients from this (example!) subnet have unlimited access,

## but only if cryptographically authenticated

#restrict 192.168.0.0 mask 255.255.0.0 notrust

## Il faut tous les paramètres suivants pour que ça marche, la ligne précédente est insuffisante

restrict 192.168.0.0 mask 255.255.0.0 kod nomodify notrap nopeer


## If you want to provide time to your local subnet, change the next line.

## (Again, the address is an example only.)

## L'activation de la ligne suivante coupe l'accès à mon serveur ntp de mon réseau 192.168.X.X

#broadcast 192.168.255.255

b) Configuration finale – activation du serveur

Le port par défaut sur lequel circulent les paquets ntp est UDP #123. Si nous voulons accéder à un serveur ou que des machines accèdent à notre serveur nous devons l'ouvrir. Pour les distributions en noyau 2.4.x qui utilisent iptables la règle iptables à appliquer est :

#iptables -I INPUT 1 -m udp -p udp -s 0/0 --sport 123 -d 0/0 --dport 123 -j ACCEPT

Pour ceux qui utilisent encore des noyaux 2.2.x (comme Mandriva 7.2 ou Single Network Firewall (SNF) par exemple) la règle ipchains est :

ipchains -I input -p udp -s 192.168.0.0/24 -d 192.168.0.1 123 -j ACCEPT -b

-s 192.168.0.0/24 est le réseau que l'on veut laisser entrer

-p 192.168.0.1 est la machine serveur elle-même

Suivant que vous serez sur une distribution en noyau 2.2 ou 2.4 le fichier de démarrage sera xntpd ou ntpd. on démarre le service (en root) par :

/etc/init.d/ntpd start ou /etc/init.d/xntpd start

Si l'on veut avoir le service au démarrage :

chkconfig --level 235 ntpd pour avoir le service démarré en init 2 3 et 5 par exemple

c) Vérification du fonctionnement

Quelques utilitaires sont livrés avec ntpd qui permettent de contrôler certains aspects de son fonctionnement.

Tout d'abord ntptrace qui donne le statut du serveur et du serveur sur lequel il se synchronise. Au démarrage il présente un aspect comme celui-ci (le serveur s'appelle avicenne dans le domaine "en bois" mg.lan) :

[marc]$ /usr/sbin/ntptrace

localhost: stratum 16, offset 0.000073, synch distance 0.00000

0.0.0.0: *Not Synchronized*

au bout de quelques minutes il présente un aspect comme celui-ci :

[marc]$ /usr/sbin/ntptrace

avicenne.mg.lan: stratum 3, offset -0.000842, synch distance 0.26396

hora.oxixares.com: stratum 2, offset 0.001512, synch distance 0.07550

ntp2-rz.rrze.uni-erlangen.de: stratum 1, offset -0.010752, synch distance 0.00021, refid 'GPS'


La signification est que avicenne est passé en serveur de strate 3 synchronisé sur le serveur de strate 2 hora.oxixares.com et que ce dernier est synchronisé sur le strate 1 ntp2-rz.rrze.uni-erlangen.de dont on voit qu'il se cale sur une horloge GPS.

Avicenne est prêt à servir de serveur de temps pour mon réseau LAN.


Un autre utilitaire est ntpq, il fournit des informations sur les serveurs sélectionnés comme peers par exemple :

[marc]$ /usr/sbin/ntpq -p

remote refid st t when poll reach delay offset jitter

==============================================================================

LOCAL(0) LOCAL(0) 10 l 13 64 377 0.000 0.000 10.010

*209.195.3.50 ntp-s1.cise.ufl 2 - 772 1024 377 393.690 -2.350 1.680

-ntp1-rz.rrze.un .DCFp. 1 u 446 512 377 110.762 -9.304 3.525

+fsa.cpsc.ucalga bonehed.lcs.mit 2 - 163 1024 377 283.780 0.122 0.640


le serveur précédé d'un astérisque (*) est celui qui est utilisé, celui précédé d'un + est un serveur dont le temps de réponse est actuellement trop long. Celui dont le nom est précédé d'un - est un candidat possible à la synchronisation.

On obtient également des informations sur chaque peer :

la colonne (remote) donne le nom du serveur (un des serveurs sélectionnés comme peers)

la colonne (refid) indique le serveur ntp qui sert de source au serveur

la colonne (st) indique la strate du serveur,

a colonne (t) indique si il est actif,

la colonne (when) dit depuis combien de temps il n'a pas été appelé en secondes,

a colonne (poll) indique la durée qui doit s'écouler entre chaque requête,

la colonne reach est le masque de requêtes réussies exprimé en octal,

la colonne (delay) exprime le temps, estimé en millisecondes, que met le paquet UDP à nous parvenir,

la colonne (offset) est la différence estimée entre l'heure de notre horloge interne et celle de référence,

la colonne (jitter) exprime la dispersion des valeurs de référence obtenues de ce peer, il exprime la qualité moyenne de cette source.

Pour estimer la qualité de votre connexion au serveur la colonne reach est à surveiller. A chaque contact réussi avec le serveur peer, ce nombre augmente. Comme il est exprimé en octal il va de 0 à 7 puis un second chiffre s’affiche. Lorsque la connexion est stable et de qualité on obtient 377. Pour que le serveur se considère comme synchronisé il faut qu’il ait au moins atteint 177. Ce n’est qu’à partir de là que des clients peuvent commencer à se synchroniser dessus.

2)Synchroniser un poste LINUX sur votre serveur de temps local

Comme on s'en doute il faut installer ntpd sur notre machine et configurer ntp.conf. Ce dernier fichier est dans notre cas très simple :


##

## exemple de fichier de configuration '/etc/ntp.conf' pour un client LAN

##

server 127.127.1.0 # local clock

fudge 127.127.1.0 stratum 10


## server local (si vous avez un DNS ou des fichiers hosts à jour vous pouvez utiliser son nom

## si ce n'est pas le cas vous utilisez son adresse IP.

server 192.168.0.1 # passerelle avicenne.mg.lan


## chemin du fichier de correction d'horloge

driftfile /etc/ntp/drift


## on indique que le serveur ne demande pas d'identification

authenticate no


Et c'est tout. Votre poste client va se synchroniser avec votre serveur de strate n et devenir un serveur potentiel de strate n+1

Au bout de quelques minutes vous allez avoir par exemple :


[marc@maimonides marc]$ /usr/sbin/ntptrace

localhost.localdomain: stratum 4, offset 0.000011, synch distance 0.28328

avicenne.mg.lan: stratum 3, offset -0.000099, synch distance 0.27109

hora.oxixares.com: stratum 2, offset 0.001512, synch distance 0.07550

ntp2-rz.rrze.uni-erlangen.de: stratum 1, offset -0.010752, synch distance 0.00021, refid 'GPS'

et

[marc@maimonides marc]$ /usr/sbin/ntpq -p

remote refid st t when poll reach delay offset jitter

==============================================================================

LOCAL(0) LOCAL(0) 10 l 21 64 377 0.000 0.000 0.008

*avicenne.mg.lan 209.195.3.50 3 u 582 1024 377 0.923 -0.108 0.020

3)Synchroniser un poste windows

Il existe un client ntp pour windows en GPL du nom de NetTime qui permet de se synchroniser facilement sur un serveur de temps (local ou externe). On le trouve en téléchargement sur : http://www.nettime-server-client.net-software-download.com/

Il figure également sur la compilation de logiciels libres pour windows qui complète le serveur free-EOS : http://free-eos.org/

Pour les postes sous WindowsXP, il existe une synchronisation intégrée ntpd. Le serveur par défaut est un serveur microsoft, mais vous pouvez le remplacer par votre serveur local.

4)Synchroniser un poste MACINTOSH SYSTEME 8 OU 9

Pour les Mac dits "old world", il suffit d'utiliser la procédure suivante :

Tableau de Bord / Date et Heure

Cochez "Utiliser une horloge réseau"

Cliquez sur "Options d'horloge réseau"

Cliquez sur "Apple, Europe..."

et choisissez "Modifier la liste"

Cliquez sur "Ajouter"

Description = le nom de votre serveur (facultatif)

Adresse = l'adresse IP de votre serveur de temps

Cliquez sur "OK"

Supprimez tous les autres serveurs de temps

Cliquez sur "OK"

Cochez "Chaque 12 heures"

Cliquez sur "OK"

5)Système MacOSX

N'ayant pas de poste sous MacOSX je n'ai pas pu expérimenter. A priori la fonctionnalité a dû être conservée. Tout retour d'information est le bien venu.

XXIV ) LDAP

Ce chapitre est très long car on peut revoir la configuration de beaucoup de serveurs précédemment décrit afin de les faire marcher avec LDAP. Malgré cela, il est incomplet et je ne compte pas le finir de si tôt car je ne vais ni enseigner LDAP, ni utiliser LDAP de si tôt sur un réseau.

Je laisse tout de même ce qui a déjà été fait car le début marche (authentification) mais si on n'utilise LDAP que pour ça, le jeu n'en vaut pas la chandelle! Vous êtes libre de me compléter ce chapitre comme le reste de ce cours. J'attends :-) .

A ) Présentation

LDAP (Lightweight Directory Access Protocol) est le protocole d'annuaire sur TCP/IP. Les annuaires permettent de partager des bases d'informations sur le réseau interne ou externe. Ces bases peuvent contenir toute sorte d'information que ce soit des coordonnées de personnes ou des données systèmes.

LDAP est un protocole d'annuaire standard et extensible. Il fournit :

le protocole permettant d'accéder à l'information contenue dans l'annuaire,

un modèle d'information définissant le type de données contenues dans l'annuaire,

un modèle de nommage définissant comment l'information est organisée et référencée,

un modèle fonctionnel qui définit comment on accède à l'information ,

un modèle de sécurité qui définit comment données et accès sont protégés,

un modèle de duplication qui définit comment la base est répartie entre serveurs,

des APIs pour développer des applications clientes,

LDIF, un format d'échange de données.

Les données LDAP sont structurées dans une arborescence hiérarchique, qu'on peut considérer comme un arbre. Si on prend un parallélisme avec un arbre chaque branche de l'arbre peut être considéré comme un objet de l'annuaire, et chaque feuille de l'arbre est une entrée dans l'annuaire ( une personne , une imprimante, une machine, une règle d'authentification etc.... )

B ) Installation

1)Les rpm

On vérifie d'abord qu' Openldap n'est pas déjà installé sur votre système en tapant :

rpm -qa | grep -i ldap

Il faut rajouter les rpm de LDAP :

libldap2 openldap-server openldap-clients openldap nss_ldap openldap-migration pam_ldap : utilisés pour un serveur ldap comme un systeme NIS.

« urpmi php-ldap libltdl3 libunixODBC2 --auto-select »

2)Le fichier de configuration

Ce fichier est : /etc/openldap/slapd.conf. Voici un exemple commenté :

# inclusion des autres fichiers de configuration

# on utilise ce dont on a besoin ...

include /usr/share/openldap/schema/core.schema

include /usr/share/openldap/schema/cosine.schema

include /usr/share/openldap/schema/inetorgperson.schema

include /usr/share/openldap/schema/nis.schema

include /usr/share/openldap/schema/misc.schema

include /usr/share/openldap/schema/kerberosobject.schema


#include /usr/share/openldap/schema/rfc822-MailMember.schema

# Un include manquant introduira une erreur, il suffit alors de retrouver le fichier

# qui défini la classe manquante et de le rajouter (attention à l'ordre!).

# Pour les autres, gardez les commentaires afin de conserver l'ordre!

# Voir plus loin pour les choix

#include /etc/openldap/schema/local.schema


# Define global ACLs to disable default read access.

include /etc/openldap/slapd.access.conf


# on demande à ldap de vérifier si chaque ajout

# dans l'annuaire respecte bien la structure

schemacheck on


# fichiers qui stockent les arguments et les PID du serveur

pidfile /var/run/ldap/slapd.pid

argsfile /var/run/ldap/slapd.args


#######################################################################

# ldbm database definitions

#######################################################################


# Type de l'annuaire LDAP

database ldbm

#dans quelle "branche" de base on se situe

suffix "dc=troumad,c=org"

rootdn "cn=root,dc=troumad,c=org"


# rootpw secret

rootpw {MD5}je_ne_vais_pas_vous_le_donner!

# choisir le mode md5 pour le mot de passe : slappasswd -h {MD5}


#Ou sera stocke l'annuaire, dans une partition non effacée lors d'un update!

# Attention, ce répertoire devra appartenir à ldap : chown -R ldap:ldap /maison/ldap

directory /maison/ldap


# Indices to maintain

#index objectClass eq

index objectClass,uid,uidNumber,gidNumber eq

index cn,mail,surname,givenname eq,subinitial


password-hash {crypt}

password-crypt-salt-format "$1$%.8s"


# logging

loglevel 256


# Basic ACL

access to attr=userPassword

by self write

by anonymous auth

by dn="cn=root,dc=troumad,c=org" write

by * none


access to *

by dn="uid=root,ou=utilisateurs,dc=troumad,c=org" write

by * read

Après ceci, il faut lancer le démon : « /etc/init.d/ldap restart » ou en cas de problème, nous avons toujours la possibilité de faire : « nohup slapd -d 255 1>/dev/null 2>/dev/null & ».

3)Premiers essais

Je fais un fichier dans lequel je rentre mes données : juste la racine de ma base de données. Ces données doivent comprendre le chemin des données à rentrer (la ligne dn). Comme c'est la racine, elle doit correspondre à la ligne suffix "dc=troumad,c=org" du fichier /etc/openldap/slapd.conf.

Voici une première manipulation commentée.

[root@troumad ldif]# cat racine.ldif

dn: dc=troumad, c=org

objectclass:top

objectclass:organization

o:troumad

description: Informatique Maison

[root@troumad ldif]# ldapadd -x -D "cn=root,dc=troumad,c=org" -W -f racine.ldif

Je rentre les données avec la commande « ldapadd ». Attention, il est important de dire que vous voulez avoir le compte qui est "cn=root,dc=troumad,c=org" avec l'option -D et de demander le mot de passe avec l'option -W. Il en est de même avec ldapdelete.

Enter LDAP Password:

adding new entry "dc=troumad, c=org"


[root@troumad ldif]# slapcat

Je regarde les données avec la commande slapcat.

dn: dc=troumad, c=org

objectClass: top

objectClass: organization

o: troumad

description: Informatique Maison

creatorsName: cn=root,dc=troumad,c=org

createTimestamp: 20031003070930Z

modifiersName: cn=root,dc=troumad,c=org

modifyTimestamp: 20031003070930Z

[root@troumad ldif]# ldapadd -x -f utilisateur.ldif -D "cn=root,dc=troumad,c=org" -W

Je rajoute une donnée dans ldap. Cette donnée doit être nouvelle, si c'est une modification, il faut utiliser ldapmodify. S'il y a une entrée existante, même les nouvelles entrées ne seront pas prises en compte.

Enter LDAP Password:

adding new entry "ou=utilisateurs,dc=troumad,c=org"


[root@troumad ldif]# ldapsearch -x -b "dc=troumad, c=org" 'ou=utilisateurs'

Je n'affiche dans mon arbre, que les données qui vérifient 'ou=utilisateurs'. On peut mettre * comme condition, dans ce cas, on a tout l'arbre.

version: 2


#

# filter: ou=utilisateurs

# requesting: ALL

#


# utilisateurs, troumad, org

dn: ou=utilisateurs,dc=troumad,c=org

objectClass: organizationalUnit

ou: utilisateurs

description: Les utilisateurs du reseau


# search result

search: 2

result: 0 Success


# numResponses: 2

# numEntries: 1


[root@troumad ldif]# cat utilisateur-modif

dn: ou=utilisateurs,dc=troumad,c=org

objectClass:organizationalUnit

ou:utilisateurs

description:Les utilisateurs du reseau LINUX

[root@troumad ldif]# ldapmodify -x -f utilisateur-modif -D "cn=root,dc=troumad,c=org" -W

Je modifie l'entrée utilisateur avec utilisateur-modif , c'est un fichier d'entrée normal au format ldif, puis je vérifie. On ne peut modifier qu'une entrée déjà existante. Si dans le fichier, il existe une entrée nouvelle, elle ne sera pas prise en compte. Avec la remarque faîte sur ldapadd, on en conclu que pour rajouter juste une nouvelle entrée, il faut lui fire un fichier à part.

Enter LDAP Password:

modifying entry "ou=utilisateurs,dc=troumad,c=org"


[root@troumad ldif]# ldapsearch -x -b "dc=troumad, c=org" 'ou=utilisateurs'

version: 2


#

# filter: ou=utilisateurs

# requesting: ALL

#


# utilisateurs, troumad, org

dn: ou=utilisateurs,dc=troumad,c=org

objectClass: organizationalUnit

ou: utilisateurs

description: Les utilisateurs du reseau LINUX


# search result

search: 2

result: 0 Success


# numResponses: 2

# numEntries: 1

[root@troumad ldif]# ldapdelete -x "ou=utilisateurs,dc=troumad,c=org" -W -D "cn=root,dc=troumad,c=org"

J'enlève l'entrée utilisateurs que je venais de modifier et je vérifie (commande suivante).

Enter LDAP Password:

[root@troumad ldif]#slapcat

dn: dc=troumad, c=org

objectClass: top

objectClass: organization

o: troumad

description: Informatique Maison

creatorsName: cn=root,dc=troumad,c=org

createTimestamp: 20031003070930Z

modifiersName: cn=root,dc=troumad,c=org

modifyTimestamp: 20031003070930Z

[root@troumad ldif]# rm-f *.gdbm

J'efface les données de ldap., C'est une manipulation à éviter sur un serveur péniblement configuré !!!!

[root@troumad ldif]# /etc/init.d/ldap restart

Je relance le démon afin d'être sur de ne pas récupérer des données d'un cache et de planter le serveur.

Arrêt du serveur LDAP : [ OK ]

ldaps

Lancement du serveur LDAP (ldap + ldaps) : [ OK ]

[root@troumad ldif]# slapcat

slapcat: could not open database.

La base de données est vide : j'ai bien repéré où étaient les données.

4)Structure des données

Les objets et leurs attributs sont normalisés par le RCC2256 (http://www.ietf.org/rfc/rfc2256.txt) de sorte à assurer l'interopérabilité entre les logiciels. Ils sont issus du schéma de X500, plus des ajouts du standard LDAP ou d'autres consortium industriels. Ils sont tous référencés par un object identifier (OID) unique dont la liste est tenue à jour par l'Internet Assigned Numbers Authority (IANA : http://www.iana.org/)

Les formes sont prédéfinies dans les « include » du début du fichier /etc/openldap/sldap.conf.

Vous avez différents moyens d'ajouter des données à l'annuaire, pour une meilleure compréhension on va d'abord aborder la méthode manuelle. Pour ajouter des données au serveur LDAP vous devez vous fournir un fichier au format LDIF (pour LDAP Directory Interchange Format), le format est un format texte facilement lisible au contraire du format interne de l'annuaire. Voici un exemple de fichier LDIF, à noter que:

- chaque enregistrement dans le fichier est séparé du précédent et du suivant par une ligne vierge,

- les espaces sont pris en compte. ATTENTION, il est très important qu'il n'y ait aucun espace en fin de ligne.

La syntaxe est la suivante:

dn: description du distinguished name

objetclass: classe d'objet d'origine

... Il faut obligatoirement indiquer la parenté de la classe d'objet

... en partant de l'objet top et en passant par chaque ancêtre de l'objet

objetclass: classe d'objet dérivée

type attribut: valeur


Voici un exemple de définition d'une personne :

dn: cn=Nom Prenom, ou=agenda, o=xenux, dc=net

objectclass: top

objectclass: person

objectclass: inetOrgPerson

mail: nom.prenom@xenux.net

displayName: Nom Prenom

givenName: Prenom

cn: Nom Prenom

sn: Prenom

mobileTelephoneNumber: 06 00 00 00 00

telephoneNumber: 00-00-00-00-00

homeTelephoneNumber: 11-11-11-11-11

homePostalAddress: XX Xenux Street

street: XX Xenux Street

pager: 22-22-22-22-22

postalCode: 99999

title: Job

preferredLanguage: fr


Explications :

-pour avoir une adresse email, il faut que l'objet soit de type inetOrgPerson

A partir de là, on peut chercher quels sont les fichiers de configurations dont on a besoin :

[root@monPC][/usr/share/openldap/schema]$ find . -type f -print |xargs grep inetOrgPerson

./inetorgperson.schema:# inetOrgPerson

./inetorgperson.schema:# The inetOrgPerson represents people who are associated with an

./inetorgperson.schema: NAME 'inetOrgPerson'

./openldap.schema: SUP ( pilotPerson $ inetOrgPerson )

Je vois que inetOrgPerson est défini dans ./inetorgperson.schema. Je dois donc inclure le fichier inetorgperson.schema dans mon fichier de configuration sldap.conf. Maintenant, je vais rechercher la définition dans inetOrgPerson. Je vais tapper les commande suivante : less inetorgperson.schema[Entrée]/[# inetOrgPerson[Entrée].

# inetOrgPerson

# The inetOrgPerson represents people who are associated with an

# organization in some way. It is a structural class and is derived

# from the organizationalPerson which is defined in X.521 [X521].

objectclass ( 2.16.840.1.113730.3.2.2

NAME 'inetOrgPerson'

DESC 'RFC2798: Internet Organizational Person'

SUP organizationalPerson

STRUCTURAL

MAY (

audio $ businessCategory $ carLicense $ departmentNumber $

displayName $ employeeNumber $ employeeType $ givenName $

homePhone $ homePostalAddress $ initials $ jpegPhoto $

labeledURI $ mail $ manager $ mobile $ o $ pager $

photo $ roomNumber $ secretary $ uid $ userCertificate $

x500uniqueIdentifier $ preferredLanguage $

userSMIMECertificate $ userPKCS12 )

)

donc inetOrgPerson dérive de l'objet organizationalPerson : SUP organizationalPerson

- Toujours avec la même méthode, nous cherchons ou est défini organizationalPerson :

./core.schema:objectclass ( 2.5.6.7 NAME 'organizationalPerson' SUP person STRUCTURAL

Il est donc défini dans core.schema et cette fois, comme c'est sur la même ligne, nous pouvons même dire que organizationalPerson dérive quant à lui de person

- person de top toujours dans core.schema : ./core.schema:objectclass ( 2.5.6.6 NAME 'person' SUP top STRUCTURAL

- ./core.schema:objectclass ( 2.5.6.0 NAME 'top' ABSTRACT : top est encore dans core.schema

Nous avons donc déjà besoin de deux includes : inetorgperson.schema et core.schema.

Avec tout ça que peut-on donner comme renseignements sur notre homme? On va encore regarder les includes.

Le fichiers core.schema ne nous apporte rien de particulier sur top : il dit qu'il doit contenir une classe.

Ce même fichier nous donne des informations sur 'person' :

objectclass ( 2.5.6.6 NAME 'person' SUP top STRUCTURAL

MUST ( sn $ cn )

MAY ( userPassword $ telephoneNumber $ seeAlso $ description ) )

On doit (MUST) donner les informations sn et cn. Nous pouvons aussi (MAY) compléter les champs userPassword, telephoneNumber, seeAlso, description. Bien que ce soit de l'anglais, je pense que c'est compréhensible !

Pour sn et cn, on trouve toujours dans ce même fichier :

attributetype ( 2.5.4.3 NAME ( 'cn' 'commonName' ) SUP name )


attributetype ( 2.5.4.4 NAME ( 'sn' 'surname' ) SUP name )

Le premier est le nom commun et le second le nom de famille.

Maintenant, pour organizationalPerson :

objectclass ( 2.5.6.7 NAME 'organizationalPerson' SUP person STRUCTURAL

MAY ( title $ x121Address $ registeredAddress $ destinationIndicator $

preferredDeliveryMethod $ telexNumber $ teletexTerminalIdentifier $

telephoneNumber $ internationaliSDNNumber $

facsimileTelephoneNumber $ street $ postOfficeBox $ postalCode $

postalAddress $ physicalDeliveryOfficeName $ ou $ st $ l ) )

On garde les informations de personn auxquelles on peut (MAY) rajoute : un titre (Mr, Mme, Mlle), et d'autres informations.

Pour inetOrgPerson, on voit qu'un peut rajouter plein d'information comme son adresse électronique et sa langue préférée.

C ) Un peu de vocabulaire

Comme nous venons de le voir, on est vite débordé par les nouveaux termes. Alors voici un petit lexique!

1)Le schéma

L'ensemble des définitions relatives aux objets que sait gérer un serveur LDAP s'appelle le schéma. Le schéma décrit les classes d'objets, leurs types d'attributs et leur syntaxe. On trouve les définitions des objets dans les includes du fichier de configuration.

2)Les attributs

Une entrée de l'annuaire contient une suite de couples types d'attributs - valeurs d'attributs. Les attributs sont caractérisés par :

Un nom qui l'identifie

Un Object Identifier (OID) qui l'identifie également

S'il est mono ou multi-valué

Une syntaxe et des règles de comparaison

Un indicateur d'usage

Un format ou une limite de taille de valeur qui lui est associée

Les attributs décrivent généralement des caractéristiques de l'objet, ce sont des attributs dits normaux qui sont accessibles aux utilisateurs. Certains attributs sont dits opérationnels car ils ne servent qu'au serveur pour administrer les données (ex : attribut modifytimestamp).

La syntaxe indique le type de données associées à l'attribut et la manière dont l'annuaire doit comparer les valeurs lors d'une recherche.

Certains serveurs LDAP respectent les standards X500 de hiérarchisation des attributs, qui permettent de décrire un attribut comme étant un sous-type d'un attribut super-type et d'hériter ainsi de ses caractéristiques. Par exemple, les attributs cn, sn, givenname sont des sous-types de l'attribut super-type name. Ces attributs super-types peuvent être utilisés comme critère de recherche générique qui porte sur tous ses sous attributs.

Vous pouvez trouver une liste commentée sur : http://ldap.akbkhome.com/

3)Les classes d'objets

Les classes d'objets modélisent des objets réels ou abstraits en les caractérisant par une liste d'attributs optionnels ou obligatoires. Une classe d'objet est définie par :

Un nom qui l'identifie

Un OID qui l'identifie également

Des attributs obligatoires

Des attributs optionnels

Un type (structurel, auxiliaire ou abstrait)

Le type d'une classe est lié à la nature des attributs qu'elle utilise.

Une classe structurelle correspond à la description d'objets basiques de l'annuaire : les personnes, les groupes, les unités organisationnelles... Une entrée appartient toujours au moins à une classe d'objet structurelle.

Une classe auxiliaire désigne des objets qui permettent de rajouter des informations complémentaires à des objets structurels. Par exemple l'objet mailRecipient rajoute les attributs concernant la messagerie électronique d'une personne. L'objet labeledURIObject fait de même concernant les infos Web.

Une classe abstraite désigne des objets basiques de LDAP comme les objets top ou alias.

Les classes d'objets forment une hiérarchie, au sommet de laquelle se trouve l'objet top. Chaque objet hérite des propriétés (attributs) de l'objet dont il est le fils. On peut donc enrichir un objet en créant un objet fils qui lui rajoute des attributs supplémentaires.

On précise la classe d'objet d'une entrée à l'aide de l'attribut objectClass.

4)Le Distinguish Name

Chaque entrée est référencée de manière unique dans le DIT par son distinguished name (DN). Le DN représente le nom de l'entrée sous la forme du chemin d'accès à celle-ci depuis le sommet de l'arbre. On peut comparer le DN au path d'un fichier Unix. Par exemple, mon DN est :

uid=mirtain,ou=people,dc=inria,dc=fr

Le DN représente le chemin absolu d'accès à l'entrée. Comme pour le système de fichier Unix, on peut utiliser un relative distinguished names (RDNs) pour désigner l'entrée depuis une position déterminée de l'arbre.

5)LDIF

LDAP Data Interchange Format (LDIF) permet de représenter les données LDAP sous format texte standardisé, il est utilisé pour afficher ou modifier les données de la base. Il a vocation à donner une lisibilité des données pour le commun des mortels.

LDIF est utilisé dans deux optiques :

faire des imports/exports de base

faire des modifications sur des entrées.

La syntaxe est un nom d'attribut suivi de : suivi de la valeur (uid: mirtain), le premier attribut d'une entrée étant le DN (dn: uid=mirtain,ou=people,dc=inria,dc=fr). Le format utilisé est le BER ou UTF8, les données binaires étant codés en base 64. C'est pour cela que  certaines valeurs doivent etre encodé en base64 dans ce cas l'attribut est suivi de "::"  au lieu de ":"

La forme générale est :

dn: <distinguished name c'est la seule ligne avec des signe '='

objectClass: <object class Comme pour les suivantes, les affectations se font avec un ':'

objectClass: <object class

...

<attribute type:<attribute value

<attribute type:<attribute value

...

D ) phpldapadmin


E ) Utiliser OpenLDAP pour l'authentification

Changer le gestionnaire des groupes et des utilisateurs n'est pas une mince affaire car on doit refaire la base de données des utilisateurs et des groupes. Ceci n'est pas si facile qu'on pourrais le penser. Pour vous donner une idée, regardez le nombre de groupes présents dans /etc/group et le nombre d'utilisateurs dans /etc/passwd.

Pour cela, nous avons des utilitaires. Je vais utiliser ceux qui sont fournis avec Mandriva. Ils sont décrits sur http://www.Mandrivasecure.net/en/docs/ldap-auth2.php (cette page sera un résumé en français de ce lien). Mais il en existe d'autres comme ceux décrits (en français) sur la page : http://www.xenux.net/?article=22.

1)Manipulation sur le serveur

Tout d'abord, il faut être sur d'avoir installer les rpm désignés au début de ce chapitre sur ldap.

On commence tout d'abord à configurer correctement son /etc/openldap/slapd.conf comme indiqué juste après la liste des rpm. Surtut, n'oubliez pas de crypter votre mot de passe ldap avec slappasswd -h {MD5} et prenez en un différent du mot de passe utilisateur. Vous comprendrez pourquoi!

Après ceci, il faut redémarer ldap : service ldap restart. Pour voir si vous avez correctement défini vos paramètres, essayez : ldapsearch -x -b '' -s base '(objectclass=*)' namingContexts et regardez la réponse. Si ceci vous semble correct, configurez ldap pour démarrer avec votre ordinateur : chkconfig ldap on.

Maintenant, nous allons utiliser les outils de migrations, des script en Perl, mis à notre disposition par Mandriva. Ils sont dans le répertoire /usr/share/openldap/migration. On va dans ce répertoire car les scripts font appel à d'autres scripts de ce répertoire qui n'est pas dans le PATHxii.

Si on veut tout migrer, on utilise le script migrate_all_online.sh. Cependant, vous aurez peut-être des lignes à commenter en plaçant un dièse (#) devant comme "Migrating protocols..." ou "Migrating services..." car vos sources seront absentes (non installées). On exécute migrate_all_online.sh :

[root@ldap]# ./migrate_all_online.sh

Enter the X.500 naming context you wish to import into: [dc=troumad,o=org]

Enter the name of your LDAP server [ldap]: localhost

Enter the manager DN: [cn=manager,dc=troumad,o=org]: cn=root,dc=troumad,o=org

Enter the credentials to bind with: secret à mettre en clair

Do you wish to generate a DUAConfigProfile [yes|no]? no


Pour mieux comprendre ce qui se fait, on peut exécuter les scripts un par un pour mieux comprendre. Personnellement, pour des raisons de clareté, je conseille de vous faire un répertoire personnel où vous allez stoquer les fichiers ldif générés par ces outils de migration. Leur structure est intéressante, elle vous permettra, par duplication, de créer de nouveaux comptes où de nouveaux groupes.

[root@ldap]# ./migrate_base.pl >/repertoire_stockage/base.ldif

[root@ldap]# ldapadd -x -D "cn=root,dc=troumad,o=org" -W -f /repertoire_stockage/base.ldif

On peut visualiser alors le fichier : cat /repertoire_stockage_perso/base.ldif. On voit la structure de notre base ldap. Cette lecture peut être instructive. Ensuite, on passe aux données elles-mêmes.

[root@ldap]# ./migrate_hosts.pl /etc/hosts /repertoire_stockage/hosts.ldif

[root@ldap]# ldapadd -x -D "cn=root,dc=troumad,o=org" -W -f /repertoire_stockage/hosts.ldif

[root@ldap]# ldapsearch -LL -H ldap://localhost -b "dc=troumad,o=org " -x "(cn=wrkstation)"

Comme ceci, vous importez ordinateurs définis dans hosts dans la base et vous visualisez que l'importation a été correcte. Ensuite, vous exporterez les groupes et les comptes utilisateurs.

[root@ldap]# ./migrate_group.pl /repertoire_stockage/group group.ldif

[root@ldap]# ldapadd -x -D "cn=cn=root,dc=troumad,o=org" -W -f /repertoire_stockage/group.ldif

[root@ldap]# ETC_SHADOW=/etc/shadow ./migrate_passwd.pl /etc/passwd /repertoire_stockage/passwd.ldif

[root@ldap]# ldapadd -x -D "cn=root,dc=troumad,o=org" -W -f /repertoire_stockage/passwd.ldif

On peut compléter à la main le fichier passwd.ldif pour rajouter des informations : celles que j'ai mis en italique. Celle qui est souligée, je l'ai modifiée. En revanche, pour modifier un mot de passe manuellement dans ce fichier, on trouve la version cryptée en faisant : « slappasswd -c crypt » ou « slappasswd -h {crypt} ».

dn: uid=troumad,ou=People,dc=troumad,c=org

uid: troumad

cn: Bernard

sn: SIAUD

title:Monsieur

mail: troumad@libertysurf.fr

mailRoutingAddress: troumad@lycee.org

mailHost: lycee.org

objectClass: mailRecipient

objectClass: person

objectClass: organizationalPerson

objectClass: inetOrgPerson

objectClass: account

objectClass: posixAccount

objectClass: top

objectClass: kerberosSecurityObject

objectClass: shadowAccount

userPassword: {crypt}Je_ne_le_donne_pas!

shadowLastChange: 12321

shadowMax: 99999

shadowWarning: 7

krbname: troumad@lycee.org

loginShell: /bin/bash

uidNumber: 501

gidNumber: 501

homeDirectory: /home/bernard

telephoneNumber: xx xx xx xx xx

street: ma rue

postalCode:69XXX

postalAddress:Vers Lyon

Pour vérifier les informations, vous pouvez visualiser un utilisateur en faisant par exemple :

[root@ldap]# ldapsearch -b "dc=troumad,o=org " -x "(uid=troumad)"

Je conseille sur cet exemple de créer un nouvel utilisateur que vous allez rentrer dans ldap : il vous permettra de voir si ldap est bien pris en compte.

C'est fini pour le serveur. Nous pouvons maintenant le tester en apprenant à manipuler les utilisateurs.

2)Installation du client

Installer chez le client : nss_ldap.

Attention, une erreur dans cette configuration et vous ne pouvez plus vous logger sur votre machine! Une méthode pour tout de même vous rendre la main consiste à arrêter le serveur ldap. Donc, éviter de mettre une authentification ldap sur le serveur même car vous ne pourrez même plus prendre la main pour réparer le plantage!

Il faut définir dans le fichier /etc/hosts le serveur ldap :

192.168.1.1 troumad # c'est lui mon serveur ldap

127.0.0.1 localhost

192.168.1.10 s_travail

Ensuite, on doit configurer le serveur ldap en modifiant le fichier /etc/ldap.conf qui devra avoir les lignes suivantes non commentées (laissez les autres, elles pourront toujours vous informer par la suite).

host 192.168.1.1 # adresse du serveur

base dc=troumad,o=org # votre serveur ldap

rootbinddn cn=root,dc=troumad,o=org # dn du responsable de la base

scope one

pam_filter objectclass=posixaccount

pam_login_attribute uid

pam_member_attribute gid

pam_password md5 # important, initialement, c'est script et ça fait planter!

nss_base_passwd ou=People,dc=troumad,o=org?one

nss_base_shadow ou=People,dc=troumad,o=org ?one

nss_base_group ou=Group,dc=troumad,o=org?one

nss_base_hosts ou=Hosts,dc=troumad,o=org?one


Le clou, c'est le fichier /etc/ldap.secret qui doit juste contenir en clair le mot de passe ! Mettez lui les droits 600, mais bon, c'est pour cela que je vous avais dit d'avoir un mot de passe ldap différent du mot de passe root! Pour le créer il suffit de faire « echo mot_de_passe_secret >ldap.secret ». Sans ce fichier l'authentification ldap est impossible!


On va aussi configurer NSS pour qu'il utilise ldap. Ceci se fait en configurant le fichier /etc/nsswitch.conf :de la façon suivante (si besoin, on enlève les références à nisplus et nis mise pour le serveur NIS):

passwd: files ldap

shadow: files ldap

group: files ldap

hosts: files ldap dns

On peut vérifier si tout est bien pris en compte en examinant les sorties de :

[root@ldap]# getent hosts

[root@ldap]# getent group

[root@ldap]# getent passwd

[root@ldap]# getent shadow

Si ldap est bien pris en compte, vous devez voir que le fichier hosts donne des doublons. Je vous conseille alors de le réduire au minimum vital : localhost et le serveur ldap car il faudra bien trouver ce serveur!


Après il faut aussi paramétrer PAMxiii pour qu'il utilise Ldap. On rajoute les 4 lignes en gras, celles qui contiennent ldap dans le fichier /etc/pam.d/system-auth.

#%PAM-1.0


auth required /lib/security/pam_env.so

auth sufficient /lib/security/pam_unix.so likeauth nullok

auth sufficient /lib/security/pam_ldap.so use_first_pass

auth required /lib/security/pam_deny.so


account required /lib/security/pam_unix.so

account sufficient /lib/security/pam_ldap.so


password required /lib/security/pam_cracklib.so retry=3 minlen=2 dcredit=0 ucredit=0

password sufficient /lib/security/pam_unix.so nullok use_authtok md5 shadow

password sufficient /lib/security/pam_ldap.so use_authtok

password required /lib/security/pam_deny.so


session required /lib/security/pam_limits.so

session required /lib/security/pam_unix.so

session optional /lib/security/pam_ldap.so

/etc/pam.d/passwd ajouter les 4 lignes en gras :

#%PAM-1.0

auth sufficient /lib/security/pam_ldap.so

auth required pam_stack.so service=system-auth

account sufficient /lib/security/pam_ldap.so

account required pam_stack.so service=system-auth

password required /lib/security/pam_cracklib.so retry=3 minlen=4 dcredit=0 ucredit=0

password sufficient /lib/security/pam_ldap.so use_authtok

password required pam_stack.so service=system-auth

F ) Utiliser OpenLDap pour Samba

http://www.Mandrivasecure.net/en/docs/samba-pdc.php. http://samba.idealx.org/

Comme nous devons avoir en main le minimum vital d'instruction en ligne de commande, nous pouvons maintenant utiliser un GUI pour visualiser les données : GQ. Pour l'installer « urpmi gq ». S'il ne trouve pas gq, c'est que nous n'avons pas installé la source de rpm contrib ce que nous pouvons faire facilement grâce à la page : http://plf.zarb.org/~nanardon/.

Il est possible avec l'intermédiaire de ldap d'avoir la même base de mot de passe aussi bien pour Samba que pour les autres partages. Ceci demande de reconfigurer samba selon les explications qui suivent.

Il faut installer les rpm samba compilés pour ldap. On peut directement les récupérer sur un serveur de samba comme : http://us3.samba.org/samba/ftp/Binary_Packages/Mandriva/RPMS/9.1/. On les installe « urpmi samba-common-ldap-2.2.8a-2mdk.i586.rpm » et « urpmi samba-server-ldap-2.2.8a-2mdk.i586.rpm ».

Après, on rajoute dans smb.conf les lignes suivantes :

ldap admin dn = cn=root,dc=troumad,c=org

ldap server = 192.168.1.1

ldap suffix = dc=troumad,c=org

ldap port = 389

ldap ssl = start tl

sadd user script = /usr/share/samba/scripts/smbldap-useradd.pl -w -d /dev/null -g machines \

-c 'Machine Account' -s /bin/false %u

domain admin group = root Administrator @adm @Administrators @wheel


On rentre le mot de passe administrateur ldap sous Samba : « smbpasswd -w mot_de_passe_en_clair ». Cette manipulation ne peut marcher que si vous avez installé les rpm


Ensuite on modifie un script /usr/share/samba/scripts/import_smbpasswd.pl :

$DN="ou=people,dc=mylan,dc=net";

$ROOTDN="cn=root,dc=mylan,dc=net";

# If you use perl special character in your

# rootpw, escape them:

# $rootpw = "secr\@t" instead of $rootpw = "secr@t"

$rootpw = "n0pass";

$LDAPSERVER="scooby";


Après, nous devons faire une modification à notre base de données d'OpenLDAP. Nous aurons besoin d'une nouvelle unité d'organisation additionnelle (ou). Jusqu'ici nous gardons nos utilisateurs sous l'ou de Peoples mais nous avons besoin d'un endroit pour nos comptes d'ordinateur : windows gére les ordinateurs comme des personnes. Nous appellerons ceci les ou=Computers d'endroit, dc=troumad, c=org comme montré ci-dessous. Créez un dossier des textes avec le contenu suivant appelé ComputersOU.ldif :

dn: ou=Computers,dc=troumad,c=org

ou: Computers

objectClass: top

objectClass: organizationalUnit

objectClass: domainRelatedObject

associatedDomain: Maison


installez pam_ldap et modifiez le fichier /etc/ldap.conf. comme dans l'installation du client pour l'authentification avec une différence :

nss_base_passwd dc=mylan,dc=net?sub

nss_base_shadow ou=People,dc=mylan,dc=net?one

nss_base_group ou=Group,dc=mylan,dc=net?one

nss_base_hosts ou=Hosts,dc=mylan,dc=net?one




[root@ldap samba]# smbldap-groupshow adm

[root@ldap samba]# smbldap-usershow Administrator




Puis dans /etc/openldap/slap.con

include /usr/share/doc/samba-doc-2.2.3a/examples/LDAP/samba.schema



Nous allons rajouter, tester et enlever l'utilisateur test1 :

[root@troumad][~]$ smbldap-useradd -m test1

[root@troumad][/~]$ smbldap-passwd -m test1

Changing password for test1

New password :

Retype new password :

all authentication tokens updated successfully

[root@troumad][~]$exit

Pour tester aussi le mot de passe.

[troumad@troumad][~]$ su - test1

Password:

su: AVERTISSEMENT: ne peut changer de répertoire vers /home/test1: No such file or directory

-bash-2.05b$ exit

logout

[troumad@troumad][~]$su -

[root@troumad][~]$ smbldap-userdel test1

[root@troumad][~]$ su test1

su: L'usager test1 n'existe pas.




Remarques : Ne pas mettre de lettres accentuées sauf si cat dcorral.ldif | recode ISO-8859-15..UTF-8 > dcorral_utf8.ldif


Sur LDAP :

http://www-sop.inria.fr/semir/personnel/Laurent.Mirtain/ldap-livre.html

Cette documentation vous expliquera le fonctionnement interne de LDAP.


http://www.xenux.net/?article=28

L'objectif de cette documentation est d'inclure complètement la gestion du DHCP dans notre Annuaire LDAP


http://annuaire.univ-aix.fr/ldap.doc/

http://www.int-evry.fr/mci/user/procacci/ldap/

http://www.toolinux.com/linutile/reseau/intranet/partie4/index3

http://www.linux-france.org/article/serveur/ldap/ldap.html#toc4

http://listes.cru.fr/wws/arc/ldap-fr/2001-10/msg00024.html

http://www.rycks.com/documentations/ldap/

XXV ) Sauvegarde système

Ceci est un script que j'ai récupéré sur la liste Mandriva débutant. Il prend en compte plusieurs distributions :

nfo 0.15 -- gather info from various Linux systems

# 6/2003 Christian Perle

#

# set PATH to include /sbin and friends

export PATH=/bin:/usr/bin:/sbin:/usr/sbin:/usr/local/bin:/usr/local/sbin

# english please

export LANG="en_EN"

# we use internal dirname

dirname()

{

echo ${1%/*}

}

echo "gathering system info..."

# which distro are we running?

[ -f /etc/debian_version ] && DISTRO=debian

[ -f /etc/SuSE-release ] && DISTRO=suse

[ -f /etc/redhat-release ] && DISTRO=redhat

[ -f /etc/Mandriva-release ] && DISTRO=Mandriva

# use redhat as default

[ -z $DISTRO ] && DISTRO=redhat

rm -f linf.tgz

mkdir linf

(

cd linf

conflist=" \

/etc/modules /etc/modules.conf /etc/conf.modules /etc/services \

/etc/lilo.conf /etc/fstab /etc/inittab /etc/inetd.conf /etc/hosts \

/var/log/XF*.log /etc/XF86* /etc/X11/XF86* /etc/resolv.conf \

/proc/interrupts /proc/ioports /proc/dma /proc/cmdline \

/proc/devices /proc/partitions /proc/version /proc/cpuinfo "

# include debian specific files

if [ $DISTRO = debian ] ; then

conflist="$conflist /etc/debian_version /etc/network/interfaces "

fi

# include redhat specific files

if [ $DISTRO = redhat -o $DISTRO = Mandriva ] ; then

conflist="$conflist /etc/redhat-release /etc/Mandriva-release \

/etc/sysconfig/network /etc/sysconfig/network-scripts/ifcfg-eth? "

fi

# include suse specific files

if [ $DISTRO = suse ] ; then

conflist="$conflist /etc/SuSE-release /etc/rc.config /etc/route.conf "

fi

# copy files

for file in $conflist

do

if [ -r $file ] ; then

DESTDIR=`dirname $file`

DESTDIR=${DESTDIR#?}

mkdir -p $DESTDIR

cp $file $DESTDIR

fi

done

lsmod > loaded.modules 2> /dev/null

# use /proc/modules as fallback

[ $? != 0 ] && cat /proc/modules > loaded.modules

lspci -v > pci.devices 2> /dev/null

lspci -n >> pci.devices 2> /dev/null

# use /proc/pci as fallback

[ $? != 0 ] && cat /proc/pci > pci.devices

dmesg > dmesg

df > df

cat /proc/mounts > mounted.filesystems

hostname > hostname

ifconfig > ifconfig

route -n > route

uptime > uptime

# /proc/config.gz is more reliable than /usr/src/linux/.config

if [ -r /proc/config.gz ] ; then

gzip -cd /proc/config.gz > kernel.config.proc 2> /dev/null

else

[ -r /usr/src/linux/.config ] && cp /usr/src/linux/.config kernel.config.usrsrc

fi

# distro dependent package managers

if [ $DISTRO = debian ] ; then

COLUMNS=400 dpkg -l | tr -s " " > package.list 2> /dev/null

else

rpm -qa > package.list 2> /dev/null

fi

# visit the /usr/local zoo

ls /usr/local/bin > usrlocal.list

# extract default runlevel from inittab

if [ -r /etc/inittab ] ; then

DEFLV=`grep "^id:" /etc/inittab`

DEFLV=${DEFLV#*:}

DEFLV=${DEFLV%%:*}

fi

# use current runlevel as fallback

if [ -z $DEFLV ] ; then

DEFLV=`runlevel`

DEFLV=${DEFLV#? }

fi

# distro dependent rc directories

case $DISTRO in

suse) RCD=/etc/init.d ;;

redhat|Mandriva) RCD=/etc/rc.d ;;

debian) RCD=/etc ;;

*) ;;

esac

ls $RCD/rc$DEFLV.d > running.services 2> /dev/null

pstree > process.tree 2> /dev/null

ps auxww > running.processes

netstat --inet -nap > connections 2> /dev/null

)

tar czf linf.tgz linf

rm -rf linf

echo "result saved in linf.tgz"

echo "done."


XXVI ) Configurer et compiler le noyau

Général : http://lea-linux.org/kernel/kernel.html

Ubuntu : http://doc.ubuntu-fr.org/doc/custom_kernel?s=compilation

Mandriva : http://doc.Mandrivalinux.com/MandrivaLinux/92/fr/Command-Line.html/compiling-kernel-chapter.html ou http://www.Mandrivaclub.com/docs/10.0/fr/Command-Line.html/ch13s02.html

A ) Premier test

Cette manipulation est sans danger car on conserve les noyaux précédents (en boot automatique) et qu'il faut une manipulation volontaire pour utiliser le nouveau noyau.


Les lignes suivantes indiquent la méthode à suivre pour faire votre propre noyau :

- Installer les sources du noyau : « urpmi kernel-source » avec Mandriva ou « sudo apt-get install linux-source-2.X.X » avec ubuntu (trouvé avec « apt-cache search source 2.6 » )

- Installer aussi pour Mandrivale compilateur c++ : « urpmi gc++ libqt3-devel » et pour debian qt3 : « apt-get install qt3-apps-dev » et ubuntu : « sudo apt-get install build-essential fakeroot kernel-package », sous ubuntu, il faut décompresser les sources : « tar jxvf linux-source-2.XX.XX.tar.bz2 » (l'utilisateur appartenir au groupe src).

- Aller dans le répertoire où sont les sources : cd /usr/src/linux sur Mandriva ou sur « cd /usr/src/linux-source-2.6.16 » en fonction sur noyau installé et/ou choisi (il peut en avoir plusieurs disponibles ) sur debian.

- Modifier l'entête du fichier « Makefile » afin de repérer votre version : l'item EXTRAVERSION servira à repérer votre version. On repérera la version du noyau qui tourne grâce à « uname -r ».

- Lancer l'interface graphique (c'est long, ne pas s'inquiéter) : « make xconfig ». (Ou « make menuconfig » si vous n'avez pas d'interface graphique, sur une console). Notre premier test consistera à choisir votre processeur : entré « Processor type and feature ». Le reste, on n'y touchera pas, déjà certains disent que cette manipulation accélère le système.

- Afin de conserver votre nouvelle configuration, sauvegarder le fichier .config dans un endroit personnel.

- Lancer la compilation : make dep (fait automatiquement avec le noyau 2.6)

make clean bzImage modules

make modules_install install

-Installation du nouveau noyau (fait automatiquement avec le noyau 2.6).

$ cp arch/i386/boot/bzImage /boot/vmlinuz-2.6.3-toto

$ cp System.map /boot/System.map-2.6.3-toto

- Mise à jour de grub ou de LILO (ne pas oublier d'exécuter lilo) en rajoutant les lignes suivantes (fait automatiquement avec le noyau 2.6) :

image=/boot/vmlinuz-2.6.3-toto

label=test

root=/dev/hda1

read-only

Rebooter votre PC en choisissant le nouveau noyau avec lilo (ou grub)... Si vous avez choisi le bon processeur, ça devrait marcher !


Explication de ces étapes :

make xconfig : modifier le fichier « .config », ceci consiste surtout à mettre ou enlever des # en début de ligne (commenter une ligne).

make clean : supprimer tous les fichiers temporaires de compilation

make bzImage : construit l'image de kernel compressé par bzip, créé le kernel non compressé "exécutable" vmlinux dans la racine du répertoire des sources puis il va compresser ce vmlinux en vmlinuz qu'il va placer dans arch/i386/boot/bzImage pour une architecture x86. le bzImage, c'est vmlinuz mais avec un nom différent

make modules : construit tous les modules demandés

make modules_install : installe tous les modules dans /lib/modules/kernel.version/

make install : installe l'image du kernel, les modules si c'est pas déjà fait, le System.map et met à jour le bootloader

B ) Tests suivants

Avec la nouvelle version du noyau (2.6), lorsqu'on fait un nouveau « make xconfig », on récupère la dernière version du noyau mémorisée dans le fichier .config. Il est d'autant plus important de conserver la dernière version valide de ce fichier afin de pouvoir reprendre une configuration qui marche : il se fait automatiquement une archive dans /boot/config-<version>. Cette sauvegarde est d'autant plus intéressante que lors d'une mise à jour des sources, le répertoire avec vos sources « périmées » peut être effacé.

En dehors de cette sauvegarde, la démarche est la même. Pensez cependant à nettoyer de temps à autre le répertoire /boot de vos noyaux intermédiaires ainsi que le fichier /etc/lilo.conf ou /boot/grub/menu.lst qui devient vite trop grand !

Note concernant les noyaux de Mdk : tant qu'à compiler son noyau, autant enlever le maximum de modules (inutiles dans la plupart des cas pour son matériel spécifique) et d'options (si on a pas de wifi, pas la peine de le compiler). Cela permet de diminuer considérablement le temps de compilation du noyau et des modules.

Enfin, changer la variable 'EXTRAVERSION' dans le fichier Makefile afin de créer un noyau avec un nom bien distinct de celui de Mdk. Cela permet de faire cohabiter les noyaux de manière beaucoup plus transparente.

Attention : si vous utilisez plusieurs cartes réseau sur votre PC et que vous incluez les drivers dans le noyau, il ne vous sera alors plus possible de définir leur ordre avec les alias.

C ) Faire le ménage

Il est bien beau de faire le ménage dans le noyau (ceci se voit au moins au temps de compilation). Mais chaque test laisse ses restes ! Il faut donc les enlever !

Pour cela, il faut nettoyer, les entrées du répertoire /boot/, les entrées de lilo ou grub. Et aussi /lib/modules. Pour cela, il est agréable d'avoir une structure logique et simple pour différentier les essais,

[root@localhost][/lib/modules]# ll

total 48

drwxr-xr-x 2 root root 4096 fév 8 12:23 2.6.12-13mdk/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 8 11:33 2.6.14-0.mm.7mdk/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 8 11:33 2.6.14-0.mm.7mdk-i915-1/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 8 14:08 2.6.14i915-1/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 8 16:41 2.6.14-i915-2/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 8 17:47 2.6.14-i915-3/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 8 18:49 2.6.14-i915-4/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 9 11:15 2.6.14-i915-5/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 9 18:54 2.6.14-i915-6/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 11 10:19 2.6.14-i915-7/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 11 15:58 2.6.14-i915-8/

[root@localhost][/lib/modules]# ls -1 | grep i915- | grep -v i915-8 | xargs rm -fr

[root@localhost][/lib/modules]# ll

total 16

drwxr-xr-x 2 root root 4096 fév 8 12:23 2.6.12-13mdk/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 8 11:33 2.6.14-0.mm.7mdk/

drwxr-xr-x 3 root root 4096 fév 11 15:58 2.6.14-i915-8/

[root@localhost][/lib/modules]# cd /boot

[root@localhost][/boot]# ls -1 | grep i915- | grep -v i915-8 | xargs rm

Notez et cherchez à comprendre ma commande : « ls -1 | grep i915- | grep -v i915-8 | xargs rm -fr ».

XXVII ) Sécurité

Cette partie va vous permettre de sécuriser votre machine Linux, déjà contre des attaques lorsque vous vous connectez sur Internet (surtout si vous faites de l'IRC, les attaques sont fréquentes), si votre machine sert de serveur WEB, etc...


Pour la sécurité
1- mot de passe root le plus compliqué possible
2- mettre un mot de passe au BIOS du PC.
3- utiliser le compte root au strict minimum
4- configurer bien ton firewall
5- désactiver tous les services dont on n'a pas besoin
6- mettre à jour les packages et le noyau
7- il faut lire les fichiers log
8- configurer pour un boot uniquement sur disque dur
9- mettre un mot de passe au BIOS
10- protéger l'accès physique au serveur (les 2 derniers points sont facilement détournables avec un tourne vis et on peut toujours prendre le disque dur -ou PC entier- pour le travailler tranquillement chez soi). Mettre des vis spéciales sur le boitier (des petites secondes de plus peuvent décourager un agresseur éventuel)...

A ) Les utilisateurs

Tout d'abord la sécurité passe par des mots de passes utilisateurs. Il est impensable de laisser un compte utilisateur sans mot de passe. Pour une sécurité accrue je vous conseille fortement de :

- Mettre des mots de passes de 8 caractères minimum.

- Mélanger des caractères minuscules, majuscules et numériques (ex: imDe56T4z).

- Ne pas mettre des mots contenus dans un dictionnaire (style nom propre ou nom commun).

On peut tester la validité des mots de passe avec john (urpmi john) en faisant :

john --user=aline /etc/shadow

B ) l'utilisateur root

Comme je l'ai déjà dit, Mandriva 9.1 empêchait l'utilisation facile de WM sous root. Ceci est tout à fait légitime.

Ce compte est réservé à l'administration de votre machine, ainsi vous devriez toujours être connecté en tant que simple utilisateur. C'est généralement la première grosse erreur sous windows : tout programme peut être exécuté avec les droits complets, ne faîtes pas de même sous Linux.

Si vous devez faire des manipulations avec les droits administrateurs, faîtes les soit sur un des 6 premiers terminaux, soit en faisant un su sur un shell déjà ouvert dans un WM, soit en exécutant un GUI qui vous demandera le mot de passe du super utilisateur (comme Mandriva contrôle Center) ou avec la commande « sudo ».

C ) Configurer lilo

Il faut enlever l'option « failsafe » bien utile pour les tests, mais géniale pour prendre en main le PC lors du boot ! Pour cela, il faut éditer le fichier /etc/lilo.conf et enlever l'entrée dont le label est « failsafe ». Ensuite on exécute lilo.

On peut commencer par mettre le lilo actuel sur une disquette :

$ fdformat -u /dev/fd0 : formater une disquette

$ lilo -b /dev/fd0 : mettre lilo sur la disquette

Ceci afin de pouvoir booter sur la disquette avec « failsafe » pour réparer d'éventuels problèmes. Là, les points 7 et suivants de la configuration prennent toute leur importance.

Remarque 1 : $ lilo -u : pour enlever lilo du disque dur.

Remarque 2 : Voir aussi Grub.

D ) Configurer le noyau

Un noyau permet de faire bien plus de choses que nécessaire (surtout celui de la Mandriva). On peut donc modifier ses options et ne prendre que les options nécessaires. En effet, le noyau, comme tout autre élément peut contenir des failles, moins on prend d'option dans le noyau, moins il est susceptible d'en avoir (de connues).

E ) Les démons et versions de logiciels

Les trous de sécurité sont également dus à des versions de démons (SSH, FTP, WWW, etc ...) qui ne sont pas mis à jour depuis longtemps ou à temps. Si vous avez un minimum de méthode et que vous pensez sécuriser votre machine comme un serveur, vous faîtes sans doute partie de ces personnes qui visitent les sites de sécurité sur des bases régulières. C'est une bonne étape pour voir rapidement si votre distribution favorite est vulnérable.

La seconde option est d'aller sur le site de la distribution que vous possédez et vérifier qu'aucune mise à jour de sécurité n'est disponible depuis votre installation ou dernière mise à jour. Ainsi, dans la liste des applications les plus mises à jour, on notera : Apache, OpenSSH & OpenSSL et les démons FTP. Voici donc une liste de sites de sécurité que je vous conseille de visiter régulièrement : http://www.linuxsecurity.com/ , http://www.securiteam.com/ , http://www.sans.org , http://www.securite.org , http://www.securityfocus.com/

Après avoir mis à jour, il convient de ne laisser ouvert que ce que vous utilisez. Ainsi, si vous faîtes une installation complète de Mandriva, SuSE ou Redhat, vous pouvez vous retrouver avec les démons SSH, Apache, Apache SSL, CVS et encore d'autres choses qui ne vous sont pas vraiment nécessaires. Assurez vous de désactiver tous les services que vous n'utilisez pas et vérifier bien les configurations des autres. Utilisez également SSH (et par conséquent scp, qui vous permet de faire des copies de fichiers sur des machines distantes) et oubliez FTP. FTP transmet vos mots de passe en clair sur le réseau, il pourrait être récupéré rapidement par quelqu'un. Dans le cas de SSH, il est crypté. Si vous voulez un maximum de sécurité, vous pouvez également échanger la clé publique entre vos machines, cela vous permettra de vous connecter sans échanger de mot de passe.

Pour Mandriva, RedHat ou autre distribution qui utilisent les rpm, je conseille de faire exécuter toutes les nuits une mise à jour automatique en mettant dans le répertoire /etc/cron.daily le fichier suivant :

#!/bin/sh

urpmi.update -a;urpmi --auto-select --auto

rpm -qa --qf '%{name}-%{version}-%{release}.%{arch}.rpm\n' 2>&1 | sort > /var/log/rpmpkgs

Si vous avez un serveur de mail, vous avez un retour quotidien sur cette mis à jour.

F ) Un bon fire-wall

Un fire wall permet de filtrer les entrées sur votre ordinateur. Il peut permettre certaines opérations sur le réseau privé et les empêcher sur le réseau internet mondial. Comme ça, il y aura moins de démons ouverts sur l'extérieur, donc moins de failles possibles.

Pour la configuration du fire-wall, voir un chapitre précédent.

G ) Visualiser vos ports ouverts

La meilleure façon de voir les ports sur ouverts est de taper une des commandes :

netstat -vtlnp

iptables -vL

nmap -sS IP

Un nmap sur l'adresse de loopback (nmap -sS 127.0.0.1) ne montrera que les ports ouverts sur l'interface lo 127.0.0.1.. ceci représente donc peu d'intérêt... Un nmap sur sa propre adresse donnera une information sur ce qui tourne localement. Un nmap sur un autre